Lyme : Chronicité n’est pas fatalité !

Lyme : Chronicité n’est pas fatalité !

Le rapport que nous proposons n’est pas exhaustif. Ce n’est pas non plus un document médical. Il s’agit d’une synthèse succincte et vulgarisée des débats très denses qui ont été tenus pendant deux jours. Si vous souhaitez disposer de l’intégralité des échanges, adressez-vous à l’association Lyme Sans Frontière qui vous proposera, si vous le souhaitez, un enregistrement des débats.

Les journées des 15 et 16 juin ont été historiques. D’abord par le nombre de médecins et de patients présents, venus apprendre, discuter et débattre de la maladie de Lyme que l’on appelle aussi borréliose. Ils étaient 170 médecins et thérapeutes la première journée à assister aux exposés des spécialistes de Lyme. Et le lendemain, pas moins de 450 patients se trouvaient réunis pour écouter la suite des débats et surtout, poser leurs innombrables questions.
C’était aussi la première fois qu’on démontrait en France, preuves à l’appui, qu’il existe de très sérieuses raisons de croire que la forme chronique de la maladie de Lyme est une réalité et mieux, que l’on peut la soigner.

Et c’est peut-être le message le plus important à faire passer à l’issue de ces journées de conférences : bien que la forme chronique de la maladie de Lyme existe, il ne s’agit pas d’une fatalité. Il est possible de traiter la maladie. Et les résultats sont encourageants à la fois dans le traitement de la forme aiguë que chronique de l’infection.

Un déni mondial

Ce succès par le nombre est d’autant plus remarquable qu’il existe aujourd’hui une polémique mondiale sur la maladie de Lyme. A part peut-être au Canada, où un certain nombre de responsables politiques commencent à s’inquiéter d’une possible pandémie de l’infection, les classes dirigeantes sont généralement hermétiques à toute discussion sur le sujet.

On accepte Lyme mais on minimise son étendue et on refuse sa forme chronique. A ce titre, l’exemple de l’Allemagne est édifiant : alors que les autorités sanitaires comptent 60 000 à 100 000 nouveaux cas tous les ans selon le Dr. Pétra Hopf Seider, il y aurait eu 800 000 nouveaux cas rien qu’en 2009. Ces chiffres sont calculés sur le remboursement des caisses d’assurances maladies pour lesquelles il y a environ un million de nouveaux cas tous les ans au moins. A ce rythme, il ne faudra pas attendre très longtemps pour que toute la population allemande soit touchée.

Il est normal du reste que cette infection gagne la population subrepticement. 75% des infections seraient dues aux nymphes qui sont à peine visibles à l’œil nu. Et dans la majorité des cas, la forme chronique de la maladie ne se déclare que des mois voire des années après l’infection et de manière très différente selon les personnes.

Mais là comme ailleurs, les autorités ne veulent pas souligner l’inquiétante montée d’une maladie pour laquelle il n’y a pas de solution simple.
Lutter contre la maladie de Lyme, c’est possible mais il faut y mettre du temps, de la rigueur et une adaptation à chacun de ses patients. C’est un domaine où le « miracle » médicamenteux n’opère pas.

Magistral Horowitz

Il était attendu. Et il n’a pas déçu. Il a d’abord « sévi » le samedi : pendant trois heures devant un par terre de médecins en quête de solutions, il a expliqué comment on pouvait soigner la maladie de Lyme. Il a fondé son exposé sur son expérience (12 000 patients sont passé par son cabinet depuis qu’il travaille sur l’infection) et sur la lecture assidue et la classification méthodique de l’ensemble des études qui sortent sur le sujet.

Dans un français impeccable, « l’american Doctor », a expliqué qu’il existait aux Etats-Unis une controverse majeure entre les médecins de l’ILADS (International Lyme and Associated Societies) dont il est membre fondateur et la IDSA (Infectuous Disease Society of America).
Les premiers estiment que la maladie existe sous forme chronique et que pour cette raison elle se répand très rapidement en Amérique du Nord et demande une réponse adaptée des instances médicales. Les seconds à l’inverse, ne reconnaissent que la forme aiguë de la maladie à laquelle il suffit, selon eux, de répondre par une cure d’antibiotiques.

Sans rentrer dans la polémique, le Dr Horowitz a souligné que la très grande majorité des études sur la borréliose de Lyme penchaient vers l’existence de la forme chronique et que par ailleurs, les résultats encourageants obtenus dans le traitement de la maladie sous cette forme confortent ceux qui s’y confrontent.

Puis, il est rentré dans le vif du sujet, et a expliqué point par point, comment l’on pouvait établir un diagnostique fiable malgré des tests (sérologies) insatisfaisants avant d’expliquer la méthode qu’il avait développée avec ses collègue de l’ILADS pour contrer les effets de l’infection, dont on ne guérit pas mais avec laquelle on peut vivre bien sans souffrir. C’est debout et par des applaudissements nourris, que l’ensemble des médecins et thérapeutes présents a tenu à remercier le Dr Richard Horowitz pour sa prestation généreuse qui ouvre une réflexion nouvelle sur la manière de répondre à la maladie de Lyme, voire de traiter les patients.
Les autres intervenants n’étaient pas en reste. Si bien que les présentations se sont enchaînées sur deux jours avec sérieux et enthousiasme.

L’impossible diagnostic ?

On le sait les tests (sérologies) pour la maladie de Lyme ne sont pas fiables. Le test Elisa fiable à 5% est presque inutile, tandis que le Western Blot légèrement mieux, n’est fiable que dans certaines conditions que seuls certains laboratoires d’analysent réunissent. C’était le cas, du laboratoire de Viviane Schaller à Strasbourg qui a été fermé par les autorités sanitaires. Il en existe d’autres mais ils sont peu nombreux.

Reste le diagnostique clinique. Le problème est qu’il existe plus d’une trentaine de symptômes de la maladie de Lyme. C’est une infection complexe causée par une ou plusieurs bactéries de type borrelia et transmises par une piqûre de tique ou de parasite. 95% des infections aux Etats-Unis sont liées à la Borrelia burgdorferi. En Europe, en revanche, les tiques peuvent transmettre une dizaine d’autres bactéries de type Borrelia.

Dans un cas comme dans l’autre, le patient risque de souffrir de co-infections ce qui explique en partie la multiplicité des syndromes. Douleurs à la tête, problèmes de visions, douleurs aux oreilles, paralysie faciale, douleurs articulaires, etc., on en compte plus d’une trentaine possibles. Par ailleurs, on estime que la borrelia burgdorferi est un organisme « intelligent » doté de nombreuses capacités et notamment celles d’imiter d’autres bactéries ou symptômes. Certaines scléroses en plaques par exemple seraient en réalité des maladies de Lyme. Dans ces conditions, le diagnostic parait impossible.

Il existe deux certitudes pour aider à y voir plus clair :

– si le patient vient d’être piqué par une tique ou un parasite et qu’il présente sur son corps un grand cercle rouge que l’on appelle érythème migrant, il a été infecté par la maladie de Lyme. Attention toutefois, une petite rougeur peut être le fait d’une allergie.
– Lorsque les symptômes sont migrants, on n’est presque sûr d’être en présence d’une borréliose de Lyme.

In fine, c’est par un questionnaire méthodique que le médecin pourra déterminer s’il s’agit d’une maladie de Lyme ou non. L’ennui, c’est que cette méthode, mise en place par l’équipe du Docteur Horowitz, demande de passer beaucoup de temps avec le patient et ce temps nécessaire au diagnostic n’est rien comparé à celui qu’il faut consacrer au traitement.

Les 16 « clous » du patient

70% des patients traités par le Docteur Horowitz souffrent de co-infections. Outre une infection liée aux borrélioses, le patient peut également souffrir d’infections provoquées par d’autres bactéries mais aussi des mycoses, des candidoses, des virus ou des parasites. L’essentiel de l’approche thérapeutique proposé par l’ILADS réside donc dans la recherche des causes de ces différentes infections, suivie de l’administration du traitement adapté à chaque cause. Cela nécessite un long travail avec le patient qui permet de s’attaquer aux différentes infections une par une, tout en renforçant le terrain du patient. Selon Richard Horowitz, le médecin est comme un pêcheur qui lance son filet à la mer sans savoir ce qu’il va rapporter.

C’est au médecin traitant d’établir sa stratégie sachant qu’il peut utiliser une gamme d’antibiotiques chimiques et/ou de produits naturels (plantes, huiles essentielles, argent colloïdal). Ces traitement sont parfaitement bien décrits dans le livre de Judith Albertat : Mon parcours pour retrouver la santé, publié aux éditions Thierry Souccar (2012).
Pour ceux qui lisent l’anglais, le site http://buhnerhealinglyme.com/ est aussi une source intéressante d’information.
Médecin et patient auront probablement différents défis à relever: il faudra traiter des inflammations, peut-être procéder à une chélation des métaux lourds et adopter une alimentation spécifique. Dans l’hypothèse d’une désintoxication, l’utilisation du Glutathion est recommandée par le Dr. Horowitz qui précise par ailleurs qu’un travail sur l’exposition du patient aux toxiques (perturbateurs endocriniens, pesticides…) sera peut être nécessaire.

Dans tous les cas, il s’agit d’un travail de longue haleine qui tendra à lutter contre les inflammations et les infections et à renforcer le système immunitaire. Au total, le Dr Horowitz distingue 16 problèmes potentiels à régler pour le patient qui sont comme autant de « clous » dont il va devoir se défaire avant d’espérer pouvoir revivre normalement (bactéries, mycoses, candidoses, métaux lourds, pesticides etc….)

Les traitements proposés…

Afin de mieux comprendre la maladie et d’améliorer les traitements proposés de nombreux médecins et biologistes ont étudié la question et émis des hypothèses. Du côté des médecins du groupe Chronimed rassemblés autour du Professeur Luc Montagnier, Prix Nobel en 1983 pour avoir co-découvert le virus du Sida, on reconnaît la forme chronique de la maladie de Lyme. Le travail de fourmi du Dr Phiippe Bottero, qui a rassemblé et analysé un très grand nombre d’études dans le monde sur la borréliose de Lyme, confirment cette hypothèse, qui reste « une controverse médicale, comme il y en a parfois dans l’histoire de la médecine », selon le mot du Dr. Louis Teulières, autre médecin de Chronimed. Toutefois, les traitements préconisés par le groupe sont essentiellement à base d’antibiotiques ce qui pose un problème dans le temps.

D’abord, se pose la question de la résistance des bactéries qui à force de muter finissent par s’adapter aux traitements, ensuite celle des effets secondaires qui peuvent être catastrophiques. En effet, les antibiotiques tuent les bactéries de notre corps sans distinction. Or, il faut rappeler que si certaines bactéries sont pathogènes, la plupart de celles que nous avons en nous sont neutres ou bénéfiques, voire absolument nécessaires.

A les tuer toutes sans distinction on finit par créer de graves problèmes digestifs, sans compter les incidences sur notre immunité, qui dépend largement de notre écosystème intestinal. Ce problème vaut aussi pour l’utilisation de produits naturels bien qu’avec une moindre acuité.
Pour ces derniers, c’est surtout la question de la compétence qui se pose. Les phytothérapeutes sont rares et combien d’entre eux sont formés sur la maladie de Lyme ? Or, soigner la maladie de Lyme avec des produits naturels suppose de solides connaissances en aromathérapie et en phytothérapie. Des produits comme le Tic-tox distribué en Allemagne mais interdit en France, sont difficiles à élaborer sans compter que les herboristes, pharmaciens ou laboratoires susceptibles de les proposer risquent les pires ennuis. (Je ne reviendrai pas sur le sujet dans cet article !)

Il existe toutefois des solutions naturelles simples qui peuvent s’avérer bénéfiques : l’alimentation joue un rôle clé dans le renforcement du terrain. Il convient notamment de manger bio et d’éviter le gluten, les sucres et la caséine. Les bains chaud (40°), que l’on utilisaient pour soigner la syphilis semblent fonctionner aussi, les borrélies n’aimant pas la chaleur. Cela dit, aucune étude n’a été menée sur le sujet.

Par une combinaison subtile des traitements (antibiotiques et/ou naturels), on peut déjouer la résistance des bactéries et s’adapter à la borréliose de Lyme.

Cette guerre des bactéries n’est du reste pas de tout repos pour le patient qui, très souvent, connaîtra une réaction violente de son corps au traitement antibiotique. Fortes fièvres, frissons, malaises… telles sont les manifestations de ce que l’on appelle la réaction de Herxheimer décrite dans le détail par le Dr Ivan Boucher (Chronimed Belgique). Selon lui, malgré cette réaction, il est important que le patient tienne. Il faut continuer le traitement. La réaction de Herxheimer passera tandis que la borréliose continuera à reculer.

Mais au stade de la médecine aujourd’hui, si l’on sait comment lutter contre l’infection et améliorer la vie des patients, parfois de manière satisfaisante, on ne parvient pas à éradiquer la bactérie qui revient toujours causer des inflammations dès lors que le système immunitaire faiblit.

La Borréliose, un combattant extraordinaire

Il faut dire que la borréliose de Lyme est un organisme hors norme. Dotée de qualités exceptionnelles, elle peut muter toutes les trois semaines pour s’adapter aux attaques qui lui sont portées.

On lui connaît différentes formes : le spirochète, la forme mobile qui se déplace beaucoup plus vite que nos cellules de l’immunité, ces fameux « tueurs naturels » ou lymphocytes ou encore globules blancs qui aident le corps à combattre les infections et les maladies.
Mais la borréliose peut aussi se transformer en spore, ou en kyste et devenir quasiment indécelable ou encore en biofilm, forme découverte par le Dr. Alan Mc Donald. La biologiste Viviane Schaller, dans un exposé palpitant a également expliqué que la borrélia peut se cacher dans des tissus cellulaires ou dans certaines parties improbables du corps comme les globes des yeux.
Toutes ces découvertes des formes de la borréliose de Lyme sont récentes. C’est donc une nouvelle page de la médecine qui s’ouvre, qui comme toujours dans ces cas là, est parsemée de doutes et d’inconnues.

Une révolution positive pour notre système de santé

Une chose est sûre néanmoins, le terrain est essentiel. Comme le disait Claude Bernard « le microbe n’est rien le terrain est tout ». La légende veut même que Louis Pasteur ait repris cette phrase à son compte sur son lit de mort.

Qu’importe. Pour les patients, il suffit de savoir que le mode de vie et l’environnement sont primordiaux dans la lutte contre la maladie de Lyme et qu’il existe donc un espoir quotidien d’améliorer sa santé malgré une infection (dont on ne dira pas ici qu’elle n’est rien.)
On peut citer aussi le cas de chasseurs qui malgré de multiples infections, ne ressentent que quelques douleurs articulaires et aucun autre symptôme de la maladie alors que leurs sérologies sont archi-positives. Eux ont la chance d’avoir un terrain très résistant. Rien n’empêche des patients moins bien dotés par la nature de tout mettre en œuvre pour fortifier leur terrain.
Mais comme le dit avec optimisme, le Docteur Louis Teulières, l’essentiel pour lutter contre la maladie c’est de créer une relation de confiance avec le patient. Il ajoute que c’est par l’union entre les médecins, les naturopathes et les patients que l’on parviendra à vaincre la maladie.

Derrière cette phrase mais aussi toute la méthodologie développée par le Dr Horowitz, se cache une autre idée de la médecine, que ce que nous proposent, les officiels aujourd’hui. Car pour bien soigner la maladie de Lyme, il faut d’abord la diagnostiquer. On l’a vu, cela demande un questionnaire complet et rigoureux. La consultation peut prendre une bonne heure.
Si le diagnostic est positif : les symptômes sont là, le western blot est positif etc., il faudra commencer les traitements. C’est un long chemin qui s’annonce. On fera des examens comme un bilan immunitaire et d’autres. On renforcera le terrain tout en soignant chaque co-infection l’une après l’autre. Le médecin cherchera à connaître les causes de ces co-infections. Seul un dialogue nourri avec le patient ainsi que des observations précises du médecin, notées dans un calepin (ou sur informatique) lui permettront de suivre l’évolution des traitements. Là encore, chaque consultation durera bien une heure.

Peut-être essaiera t’on différentes combinaisons d’antibiotiques et s’il y a la compétence, si l’on a un médecin phytothérapeute aidé d’un bon herboriste ou d’un pharmacien qui connaît ses plantes on optera pour des solutions naturelles.

Pas à pas, seront retirés du corps du patient les 16 « clous » qui l’empêchent de vivre normalement.

Des raisons d’espérer

Il suffit de voir avec quelle énergie Judith Albertat et toute l’équipe de Lyme Sans Frontière dont la plupart des membres souffrent de la maladie de Lyme pour se rendre compte qu’il est possible de vivre avec cette satanée borréliose et d’être très actif.

Dans le temps, il est évident que le meilleur traitement reste d’adopter un mode de vie extrêmement sain associé à la prise de médicaments naturels (huiles essentielles notamment).
Mais rappelons pour toutes les personnes atteintes de la maladie : ce traitement fonctionne même s’il demande bien plus d’investissement de la part du patient et médecin.

Par ailleurs, selon Bernard Christophe, une étude menée sur le sang à Oslo pourrait proposer une nouvelle approche intéressante. Nous attendons donc avec impatience les résultats de ces travaux.

Une dernière chose : il est possible aussi de prévenir la maladie. Pour cela, il convient d’abord de savoir que les forêts sont des endroits de balades mais aussi d’infection par les tiques. Lorsque l’on se promène dans les bois, il est bon de se couvrir et, pourquoi pas de mettre certaines huiles essentielles sur ses vêtements qui empêchent les tiques de s’accrocher. Lorsque l’on est piqué par une tique, il ne fait pas la tuer. L’éther ou la cigarette – méthode des aventuriers – sont à proscrire. Utilisez une tire tique et retirer l’animal délicatement.

84 témoignages

  1. Je ne manque jamais l’occasion de m’instruire sur la maladie de Lyme
    car a chaque promenade que je fais avec mon chien, je suis oblige’
    de le soumettre a une inspection minitieuse de sa fourrure. La chasse aux tiques est une occupation a laquelle je me consacre tous
    les jours. Merci pour tous vos precieux conseils.

  2. D’abord, grand merci pour les précieuses informations que vous nous communiquées.
    Je crains de vous faire perdre du temps avec mon questionnement sur l’importance de la borrelia burgdoferi mentionnée dans 3 sérologies me concernant, les deux dernières faites sur mes propres deniers, mon médecin traitant les jugeant injustifiées : 3 08 02011 – IgG 1.97
    1 10 2012 – IgG 1.02 et 12 6 2013 IgG- 2.04 Fatigue, douleurs osseuses et musculaires, nausées, problèmes intestinaux et… infections urinaires à répétition avec grosse fièvre tout récemment et résistance aux antibiotiques. Escherishia coli en cause le plus souvent
    Je m’interroge sur le lien possible avec Lyme ?
    Dois-je consulter et quel praticien en dehors de l’urologue ? Merci de me guider, je suis bien perplexe, avec mes 77 ans que je voudrais ne pas vivre trop piteusement

  3. Très interessent merçi

  4. Merci de vos informations précieuses sur la maladie de lyme, j’ai moi-même été piquée jeune femme à la jambe il y a quelques années, et j’ai tout de suite demandée à mon medecin traitant de l’époque de me traiter aux antibiotiques.
    Malheureusement ce même médecin m’a prescrit également du médiator pendant 11 ans, et depuis je suis vite fatiguée, essouflée, diabétique, insuffisant rénal et des problèmes digestifs.
    J’utilise de moi-même des compléments alimentaires en magasins bio et naturels, je ne connais pas de bons médecins sur Poitiers.
    Peut-être pouvez-vous m’en indiquer si cela est possible..
    Merci de votre obligeance, bien cordialement,

    Brigitte Noblet

  5. infectée par une tique au nombril en 1986 avec manifestations énormes : j’étais entourée ,aux hanches d’une « bande » rouge de 10cm de large et démarrant par un cercle rouge au départ du nombril ; j suis allée voir un dermato trop tard et sa réaction a été très forte au regard du « dégat  » selon lui . j’ai eu des piqures d’antibiotique pendant un mois. Par la suite je me suis sentie affaiblie . C’est en sept. 1990 que « l’enfer » a débuté 15j après avoir été vaccinée pour le tétanos : fièvre a 40 pendant 8j sans aucun symptome la justifiant, épuisements d’une telle force jamais connue auparavant ,anémie,douleurs musculaire mes muscles « sautaient » comme sous l’action d’un courant électrique douloureux …. etc la liste est longue !!! reconnue seulement en 1998 comme fibro-myalgique , c’est une surprise de découvrir votre site il y a quelques jours avec tous les symptomes que je ressens depuis tant d’années et que j’ai fini par taire devant les médecins successifs tant je les affolais et passais pour fabulatrice ou à diriger sur la psychiatrie (ce qui n’a pas manquer !!! ma souffrance morale a été longtemps en accompagnement de mes symptomes vécue comme une injustice terrible !!! j’y ai vu,la, une limite aux hautes études médicales et perdu confiance en elle

  6. Je vous remercie pour cet article ! Malheureuse c’est mon combat.
    Pour les personnes désireuses de contacter un médecin je vous renvoie auprès de l’association Lyme Sans Frontière et d’autres associations comme France Lyme.

  7. Dans l’excellent ouvrage « Prenez en main votre santé » tome 3, Editions Guy Trédaniel, de Michel Dogna, ingénieur chimiste de formation, naturothérapeute et Heilpraktiker de l’Université de Sarrebruck, nous parle du remède de Jim Humble, appelé le « chlorite de sodium »(CIO2Na)à 28%.

    Mélangé à un acide, il produit brièvement de l’acide chloreux
    (CIO2H)
    lequel, par étapes successives produit le « dioxyde de chlore ».
    Le dioxyde de chlore peut -être utilisé pour éliminer les bactéries, les levures, les champignons et d’autres agents pathogènes mortels.
    Il agit sur différentes pathologies d’origine virale, infections d’origine bactérienne et parasitaires.

    Il est précisé que c’est de loin le meilleur traitement pour le sida, la maladie de Lyme, les maladies nosocomiales, les leucémies, le staphylocoque doré, l’herpès, les maladies tropicales…

    Il est indiqué comment fonctionne le dioxyde de chlore dans l’organisme, le protocole de traitement standard d’après Jim Humble,
    les recommandations, les dosage préventif, etc…

    Voici le site de Jim HUMBLE pour commander son livre http;//miraclemineral.org

    On peut se procurer le chlorite de sodium ( MMS )en cure pour un an :
    25 euros + port 5 euros à Apoticaria BP9 32190 Vic-Fézensac

    Tél; 0562665076 -Portable 0629340325 -Site Internet http://www.apoticaria.com Courriel: contact@apoticaria.com

  8. Merci,
    Pour l’importance que vous accordez à la maladie de Lyme, il y a peu méconnue personnellement à titre de pathologie véçue…
    Et oui, belge mais grâce à un laboratoire spécialisé à Augsburg en Allemagne, j’ai été considérée comme Lyme positive alors que cela fait 6 ans que je suis fibromyalgique reconnue et donc, à quand date l’innoculation ?…
    peut-être à plus de vingt ans…
    Pas de pîqure de tiques,à ma connaissance connue, mais bien d’autres pîqures, style moustiques, guêpe, araignée, fourmis…
    Alors, nette amélioration après 4 mois d’anti-biothérapie !

    • Bonjour, Je pense être atteinte de la Maladie de Lyme mais le test ELISA est négatif. Je souhaiterai faire le test WESTERN BLOT du LABORATOIRE SPECIALISE EN ALLEMAGNE. Je demande si Christiane Cauchie de Belgique, (j’habite Mons) pourrait me donner les renseignements et le nom du médecin en Belgique qui a accepté de faire ce test en Allemange (voici mon adresse email : j.carletta@hotmai.com. Merci.
      Je combats ma maladie depuis 01/2011 avec de grosses co-infections bactérienne (ASLO/+267 et virales

    • Bonjour,
      Belge aussi, piqûre non détectée dans le pli du genou en Belgique en juillet 2013 et érythème quelques jours plus tard (prolifération favorisée par le fait de me trouver aux Iles Canaries où la maladie est inconnue, seule remède prescrit = crème corticoïde, érythème de 60 cm de la mi-cuisse à la cheville + autre sur le haut de la cuisse); retour en Belgique, 3 semaines d’antibiotiques prescrit sans analyse de sans car symptômes évidents. Depuis janvier douleurs atroces dans tout le corps par « crise » (je peux passer 15 jours sans douleurs et puis ne même plus dormir la nuit, tellement cela me fait mal partout), test borréliose négatif, mais tout coïncide trop… merci de bien vouloir indiquer les coordonnées de ce laboratoire allemand, cela devient intenable…

      • Bonjour la Belgique,
        Récemment diagnostiquée Syndrome de Fatigue Chronique associée à une fibromyalgie. Désemparée face à la douleur. Je ne vous explique pas ici ma longue liste de symptômes. Je n’en suis pas restée là ! J’ai cherché et je suis tombée sur cet article. J’ai pris RDV chez le Dr BOUCHER dont on parle dans l’article ci-dessus. J’ai commencé l’antibiothérapie depuis 1.5 mois. J’ai fait une première réaction de Herz. Depuis, mes symptômes quotidiens se sont déjà beaucoup améliorés. Il reçoit à Bruxelles au Centre médical d’Etterbeek. Tapez dans Google, vous trouverez le site Internet et toutes les coordonnées.

        • C’est est un super docteur, le seul humain que je découvre enfin et qui ne me prends pas pour une folle. Fatigue chronique, fibromyalgie, voilà tout ce que j ai entendu depuis des années, je ne suis rien mais attend beaucoup maintenant, Merci.

  9. Un livre trés interessant
    le grand dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel
    ou il parle du symbolysme du corps humain
    Des révélations sur nos malaises et maladies
    Ca peut nous faire avancer

  10. Je suis atteinte de la maladie de Lyme et après avoir lu un des livres du Dr Penoël, médecin aromathérapeute, je suis allée le consulter. La préparation d’huiles essentielles qu’il préscrit et que je prends depuis quotidiennement m’aide énormement et surtout, contrairement à celles préconisées habituellement, sont bien acceptées par l’organisme parce que non corrosives.

    • Bonjour, atteinte de Lyme chronique depuis 3 ans. Je cherche à traiter de façon naturelle notamment via l’aromathérapie auriez vous des noms d’huiles essentielles et des références d’ouvrages sur la question?
      Contacts de mèdecins aromathérapeutes phytothérapeutes en Aquitaine?

  11. Borreliose de Lyme attrapée en 1990 en Allemagne et soignée avec une semaine antibiotiques. En 2005, en quelques jours, les deux genoux gonflent, impossible de les plier, puis toutes les articulations sont touchées (de colonne vertébrale à boite crânienne + membres). Analyses biologiques mais pas de diagnostique pendant des mois. Sensation de passer de 45 ans à 90 ans, fatigue, douleurs, myalgies, … enfin corrélation établit entre la borréliose et les symptômes : j’ai l’arthrite chronique tardive de Lyme (confirmée par WB en analyses bio, + anticorps basse spécificité anti-ADN, comme rapporté dans biblio médicale). Entre temps, un médecin inscrit à l’association Kousmine me prescrit des diètes alimentaires qui sont d’une grande aide. Deux ans de souffrance avec haut et bas, mais je me suis soignée cette fois sans aucun anti-inflammatoire de synthèse, ni antibiotiques. Pliure genoux retrouvée à 95% et je vais bien. J’évite stress physique et mental, me tiens en forme avec immuno-modulation alimentaire (pas laitaige, peu matière grasse animale….etc..), ajoute intégrateurs en roulement (anti-oxydants, omega3-6, magnesium,….) + homeopathie et , victoire, je suis remontée sur mes skis de piste !! J’ai compris que je ne serai jamais guérie, mais mes symptômes ont tous disparu et je vis normalement depuis plusieurs années, avec parfois des douleurs bizarres qui surgissent (surtout le bassin), mais que je calme aussitôt avec une diète drastique de fruits et crudités en abondance (de une à qqs semaines, attention voir un médecin pour conseil reprise alimentation normale très très lente). Voilà, prenons la responsabilité de connaitre et comprendre nos maux, et il existe des moyens simples et naturels d’aider nos organismes à combattre et à se soigner, pour restaurer l’equilibre rompu.

    • Thank you for all the info. I would like to get rid of my infection in a way that reinforces my own body rather than creating more problems. I would like to know if the doctor you contacted is still working and where could I see him. many thanks,

    • Bonjour Sylvie,
      Pouvez vous me dire ce que vous prenez comme traitement homéopathique et quel médecin vous soigne.
      Je suis également atteinte la maladie de lyme.
      Bien à vous

  12. Je rappelle que dans son livre Madame Judith Albertat écrit qu’elle a été soignée aussi avec plusieurs années de cure antibiotique et je me demande si elle aurait l’énergie qu’elle a actuellement si elle s’était soignée seulement avec les huiles essentielles .
    L ‘infection chronique de lyme accompagnés de ses nombreuses coinfections est beaucoup plus complexe et tous les malades ne retrouvent pas une vie normale avec un régime alimentaire ou autres méthodes naturelles .
    Pour moi , il sera possible de guérir pour tous grâce aux avancées des recherches du professeur Luc Montagnier . Malheireusement il est peu entendu en France . J’ai été testée par la PCR ultra sensible du professeur. Il a des solutions à proposées . Je me demande pourquoi les malades de lyme ne participent -ils pasplus à ces recherches en faisant son test à Paris car lui seul détient la clé de la GUERISON.
    Amoins que vous vous complaisiez dans cette maldie et qu’

    • Je suis de votre avis et j’aimerais me mettre en contact avec le service du Pr Luc Montagner pour égoïstement trouver un remède à tous mes inconvénients mais également permettre au monde de progresser dans la lutte contre ce genre d’épidémie invisible…

  13. Je rappelle que dans son livre Madame Judith Albertat écrit qu’elle a été soignée aussi avec plusieurs années de cure antibiotique et je me demande si elle aurait l’énergie qu’elle a actuellement si elle s’était soignée seulement avec les huiles essentielles .
    L ‘infection chronique de lyme accompagnés de ses nombreuses coinfections est beaucoup plus complexe et tous les malades ne retrouvent pas une vie normale avec un régime alimentaire ou autres méthodes naturelles .
    Pour moi , il sera possible de guérir pour tous grâce aux avancées des recherches du professeur Luc Montagnier . Malheireusement il est peu entendu en France . J’ai été testée par la PCR ultra sensible du professeur. Il a des solutions à proposées . Je me demande pourquoi les malades de lyme ne participent -ils pasplus à ces recherches en faisant son test à Paris car lui seul détient la clé de la GUERISON.

  14. Bonjour,

    On ne parle pas de test pratiqué à l’aide d’un microscope à fond noir
    ou encore de test de salive qui démontrent la présence de spirochètes et d’autres bactéries. On les fait en Allemagne, en Suisse et en Autriche( Les tests à envoyer par la poste).
    Ils ne sont pas donc remboursés mais fiables à 100%.

    Edwige P.

  15. Depuis 3ans,mes pieds sont en carton avec un manque de ressenti,et d’affreuses douleurs sous les pieds,aux talons et aux chevilles.
    Dès le mois de juin ces douleurs s’empliffies mes pied enflent,le seul
    moyen de soulagement est d’aller marcher dans l’eau de mer ou en piscine……
    J’ai un médicamentje prends 3 comprimés par jour sur un mois j’arrête 15 jours le résultat? par contre l’accuponctur m’a donnée un peu plus de sensations
    La neurologue a constatée ce manque de sensibilité jusqu’à 10 cm au dessus de la cheville.
    Je vais me commander le livre et suivre ce que cette personne recommande

  16. Bonjour
    Merci pour ce beau résumé.
    Actuellement hospitalisée après 6 mois de traitement huiles essentielles, antibio, … mon état ne s’est pas amélioré, au contraire. Chutes de tension, vertiges, problèmes digestifs,insuffisance rénale, kystes au pieds, cheville gonflée, problèmes neurologiques, difficulté d élocution, de déglutition, nausées, fatigue générale,trouble de la vision, perte de mémoire, de repaires, etc,…
    C’est très difficile à vivre, j’ai du mal a voir le bout du tunnel…

  17. Antonina J

    Bonjour!
    Suite à un voyage il y a 2 ans en France au mois de juin-juillet j’aicontracté la maladie de lyme.
    Atteinte de douleurs atroces dans les jambes et le bas du dos, j’ai consulté un rumathologue qui a décelé
    un début de paralysie des membres inférieurs en me demandant de me mettre sur la pointe des pieds et je ne décollais pas d’un centimètre. Aussitôt, il m’a transféré chez un neurologue qui dans la discussion a aussitôt pensé à la
    maladie de lyme. Ont suivi tout un tas d’examens sanguins qui sont revenus négatifs au niveau du lyme (ce qui est normal
    d’après tout ce que j’ai pu lire: maladie quasiment indétectable). Le neuro m’a prévenu de cette éventualité. Une ponction lombaire est demandée: liquide du L.C.R très trouble. Et c’est là où j’ai commencé un antibiothérapie forte pendant un mois et demie. Ce qui a beaucoup amélioré
    mon état de santé. Cependant j’ai perdu la sensibilité au niveau des pieds et un peu des mollets. Qu’a celà ne tienne, celà ne m’empêche de marcher et de vivre tout à fait normalement, Dieu merci, grâce à ma prise en charge rapide et le
    très bon diagnostique de ces 2 médecins.
    Voilà, je voulais un peu partager mon aventure après de très belles vacances. Mais celà ne va pas pour autant m’empêcher de retourner en France. Un si beau pays.

  18. Bonjour,

    Je suis un peu perdue avec toutes ces informations.
    Mon fils a eu une morsure de tiques il y a quelques semaines de cela. A eu un syndrome grippal avec mal de gorge intense. A eu un traitement antibiotique de 5 jours pour pharyngite et du paracétamol à prendre. J’ai écrit sur le site de l’assocation pour avoir des adresses de médecin traitant connaissant bien les protocoles de soin et pouvant effectuer des tests biologiques. Mais pas de réponse.
    Merci de m’aider. J’habite en région parisienne dans le 95.

  19. Le débat continue et j’espere que nous trouverons une médecine capable d’enrayer cette maladie, il serait intéressant de se pencher sur une plante qui remporte doucement un certain succès dans d’autres domaines Anacyclus Pyrethrum le pyrèthre d’Afrique(a suivre)…

  20. 4 ans déjà, 4 ans de souffrance, d’incompréhension de rejet par mon entourage, même les médecins baissent les bras, il est vrai qu’ils ont tout essayé selon leur savoir, on ne peut pas trop les blâmer se mettre à jour sur toute les maladies ne doit pas être simple.

    Néanmoins pour nous qui souffrons mille morts la vie devient un calvaire perpétuel.

    Après avoir laissé faire la médecine j’ai demandé à mon médecin de me prescrire les antibiotiques dont je ressentais les bienfaits, c’était pour moi la première étape de ma prise en main de la maladie, des heures et des heures d’internet pour tout savoir sur cette torture du corps et de l’esprit.

    Les antibiotiques je n’en prends que lorsque je perds pieds, sinon je me suis adapté, ayant constaté que les effets indésirables des antibios, anti-inflammatoires, aide au sommeil, anti-douleurs etc, donnent plus de soucis sur le long terme que des bénéfices.

    C’est avec un os entre les dents que j’ai réussi à éliminer doucement toutes ces toxines, qui je le reconnaît soulage, mais sur le court terme et nous sommes confrontés au long terme.

    Les produits miracles sont pour moi l’argent colloidal que je fais moi même et l’aspirine passée au mortier avant de la dissoudre dans un peu d’eau et dont je laisse le résidu… très important de ne pas l’avaler, aspirine que j’utilise lors d’attaque inflammatoire subite et très forte, en générale une aspirine suffit.

    L’argent colloidal 25ppm c’est tous les jours 2 à 3 fois par jour et j’augmente les doses lors des récidives, suite à un stress ou l’autre.
    La première prise se fait le matin au pied levé, avant que le pilord de l’estomac ne soit fermé.

    Et quand vraiment c’est la grosse crise, arret complet de toute nourriture, au lit 90% de la journée. Ce jusqu’au moment ou je sais que je peux manger le corps l’exprime assez bien, sinon beaucoup d’eau et argent colloidal double dose. Une demi coupelle de porcelaine à chaque prise, c’est ma dose d’attaque.

    Actuellement je prépare le générateur plasma pour faire l’or colloidal et j’attends mes barre de magnésium pour démarrer la cure de magnésium colloidal que je ferai également à 25ppm.

    C’est fou non ! mais ça fonctionne pour moi, je ne dis pas que c’est la panacée universelle mais si ça peut aider quelqu’un, n’hésiter pas à demander plus de précisions.

    Ha j’oubliais un détail 2 mois de D-Cure et trois mois sans 2 mois de D-Cure etc.

    Je dors à peut près, les douleurs ça va c’est supportable (après « l’avant »), la fatigue c’est ok sauf en cas de crise, les articulations presque impeccable sauf en crise.

    Voilà mon meilleur de moi-même pour aider les malheureux en souffrance qui comme moi se retrouvent bien démuni avec cette terrible maladie et toujours de plus en plus détesté par leurs voisins car les gens sont méchants, un philosophe à dit un jour, « quand les gueux auront du pouvoir ils seront bien pire que le furent les aristocrates. » Ici ces gueux me traite de fainéant de malade imaginaire, et ils cherchent à me faire expulser, il y a bien des gens méchant ici à Vielsalm, si vous venez par ici je vous les montrerai du doigt.

    • Bonjour,

      je suis très interressée par votre expérience avec l’argent colloïdale. Continuez-vous à vous soigner de la sorte? Pourriez-vous m’en apprendre davantage à ce sujet? J’ai également une Boréliose de Lyme chronique. Merci

  21. Marc Demol

    Je reposte car il semble que le précédent ne soit pas passé…
    Bonjour,
    Bravo et merci pour l’action ispn.

    4 ans déjà, 4 ans de souffrance, d’incompréhension et de rejet par mon entourage, même les médecins baissent les bras, il est vrai qu’ils ont tout essayé selon leur savoir, on ne peut pas trop les blâmer, se mettre à jour sur toutes les maladies ne doit pas être simple.

    Néanmoins pour nous Lymés qui souffrons mille morts la vie devient vite un calvaire perpétuel.

    Après avoir laissé faire la médecine 5 hospitalisations et 2 en psychiatrie j’ai demandé à mon médecin de me prescrire les antibiotiques dont je ressentais les bienfaits, c’était pour moi la première étape de ma prise en main de la maladie.

    Des heures et des heures d’internet pour tout savoir de cette maladie, sur cette torture du corps et de l’esprit.

    Maintenant :
    Des antibiotiques je n’en prends que lorsque je perds pied, oui il a bien fallu s’adapter ayant constaté que nombreux effets indésirables viennent des antibiotiques, anti-inflammatoires, aide au sommeil, anti-douleurs etc, donnent plus de soucis sur le long terme que des bénéfices.

    Stopper les médicaments :
    C’est avec un os entre les dents que j’ai réussi à éliminer doucement toutes ces toxines, qui je le reconnais soulage c’est vrai sur le court terme et nous sommes confrontés à du long terme.

    Mes nouvelles armes :
    Les produits miracles sont pour moi l’argent colloïdal que je fais moi-même et de l’aspirine passée au mortier avant de la dissoudre dans un peu d’eau et dont je laisse le résidu des cristaux non assimilable… très important de ne pas les avaler, aspirine que j’utilise lors d’attaque inflammatoire subite et très forte, en général une aspirine suffit.

    L’argent colloïdal à 25ppm c’est tous les jours 2 à 3 fois par jour et j’augmente les doses lors des récidives, qui surviennent suite à un stress ou l’autre.
    La première prise se fait le matin au pied levé, avant que le pilord de l’estomac ne soit refermé.

    A banir :
    Le gluten et le sucre, j’avoue ne pas être totalitaire sur cette forme, sauf en cas de crise, (surtout ne pas nourrir cet ennemi).
    Et quand vraiment c’est la grosse crise, arrêt complet de toute nourriture et au lit 90% de la journée. Ce jusqu’au moment où je sais que je peux manger à nouveau le corps l’exprime assez bien, sinon beaucoup d’eau et argent colloïdal double dose ce le régime. Une demi coupelle de porcelaine à chaque prise, c’est ma dose d’attaque.

    Actuellement je prépare un générateur plasma pour faire l’or colloïdal et j’attends mes barre de magnésium pour démarrer la cure de magnésium colloïdal que je ferai également à 25ppm.

    C’est fou non !? Mais ça fonctionne pour moi, je ne dis pas que c’est le remède universel mais si ça peut aider quelqu’un, n’hésiter pas à me demander plus de précisions.

    Ha j’oubliais un détail 2 mois de D-Cure 24000UI et trois mois sans, 2 mois de D-Cure et… etc.

    Je dors à peu près bien, les douleurs ça va c’est supportable (comparativement « avant »), la fatigue c’est OK « enfin c’est mieux », sauf en cas de crise, les articulations presque impeccable sauf en crise aussi.

    Voilà mon meilleur de moi-même pour aider les malheureux en souffrance qui comme moi se retrouvent bien démuni à cette terrible maladie et toujours de plus en plus détesté par leurs voisins car les gens sont méchants et ne se rendent pas compte, un philosophe à dit un jour, « quand les gueux auront du pouvoir ils seront bien pire que le furent les aristocrates. » Ici ces gueux me traitent de fainéant et de malade imaginaire, et ils cherchent à me faire expulser de mon logement, il y a bien des gens méchant ici à Vielsalm, si vous venez par ici je vous les montrerai du doigt par signe d’impolitesse à leur égard.

  22. Bonjour,
    Merci pour cet article. Gros travail de synthèse!
    Je souhaite juste partager un petit livre gratuit que je mets à disposition par internet.
    Il s’agit de propositions de prescriptions et d’aides à la prescription en huiles essentielles AVEC l’antibiothérapie spécifiquement contre la BORRELIOSE.
    Après avoir traité de nombreux patients, je voulais partager ce qui marche avec les miens car on voit DE TOUT en traitement d’aromathérapie avec le Lyme, des fois.
    Voici donc un lien si vous le souhaitez. PS Je ne vends rien.
    http://www.aromarc.com/livre-ebook-lyme.html

  23. je suis une « rescapée » de Lyme grâce au tic tox et à tout l’arsenal de compléments alimentaires et de la naturopathie. En 2006, J’avais perdu la vue de l’œil droit, je marchais difficilement (je me « trainais »), je ne pouvais plus monter les escaliers, je ne pouvais plus bien sûr travailler, mon corps était douleur de la tête au pied, j’étais exténuée mais la médecine d’Etat m’a cataloguée « psy » car les tests officiels de Lyme étaient revenus par 2 fois négatifs. Comme j’ai refusé les anti-dépresseurs, je suis devenue un « très mauvais/vilain » patient et lorsque j’ai demandé à être soignée pour la maladie de Lyme, j’ai essuyé un refus catégorique par mon médecin au prétexte qu’il ne pouvait pas car il n’avait pas le protocole (j’ai mis du temps à comprendre qu’il s’agissait du sésame du résultat des tests). Devant mon insistance déterminée, il m’a finalement mis dehors de son cabinet !…. A ce moment là, j’étais effondrée et il a fallu toute la force de l’amour de ma fille pour me soutenir et m’engager à essayer les thérapies qualifiées de placebo et me tourner vers les « charlatans ». N’ayant plus rien à perdre, j’ai osé faire le plongeon dans ce qui était pour moi l’Inconnu. Et cela a été une véritable résurrection, , la métamorphose est telle que mes clients (j’ai repris mon activité) ne me reconnaissant pas, pensaient que j’étais « la nouvelle » qui avait repris le fond de l’ancienne propriétaire qui était « au bout du rouleau » tout mon entourage peut en témoigner, de même que les photos. J’ai rajeuni d’au moins 10 ans. Merci à tous ceux qui œuvrent pour une autre approche de la manière de se soigner (la plupart sont cités dans l’article) et qui nous apprennent à nous réapproprier notre santé. Merci à Monsieur Christophe pour son tic tox que je continue à prendre et Honte au réquisitoire de La Procureure dont la seule excuse à sa décharge est de ne pas savoir de quoi elle parle. Je suis une preuve des bienfaits de cette préparation, j’ai même retrouvé la vue, perte de vue pourtant bien diagnostiquée par le Professeur Vighetto. alors ?
    Alors courage, espoir à tous, osez sortir du carcan de cette médecine de profit mais non à notre profit? Une chose encore, le test fait finalement au laboratoire de Viviane Challer (avant qu’on ne le ferme) est revenu … POSITIF ! Dernier point, depuis 2007, je ne coûte plus un centime à la Sécu. Cherchez l’erreur…

    • Bonjour,

      où peut-on à l’heure actuelle se procurer du tic-tox?
      Merci pour votre témoignage.

      • Bonjour on peux se procurer du tic tox j en prends au jour d aujourd hui sonner moi au:0475425741
        Et je vous ferais parvenir le produit

    • Bonjour,

      merci pour votre témoignage.
      Egalement atteinte de la maladie de lyme, je recherche un médecin compétent.Pouvez-vous m’aider?
      Je souhaite me procurer du tic-tox, maintenant qu’il est interdit en France, comment faire.

  24. Salutation,
    l’api-thérapie pourrait-elle être efficace? traitement par « venin » d’abeille. Il existe même une technique pour ne pas tuer l’animal. Cette thérapie est trop peu connue en Europe de l’ouest. je crois qu’en Hongrie, d’éminents chercheurs se penchent sur la question.
    Je me sent très concernée car ma fille de trente ans est atteinte par la maladie de Lyme. L’antibiothérapie de plus de vingt mois l’a aidé mais complètement épuisé.
    Je suis assez choquée par la fermeture du laboratoire de Viviane Challer,car ici en Belgique nous n’avons pas de laboratoire compétent dans le diagnostique et le suivi des malades atteints de cette pathologie.

  25. je connais votre souffrance, je veux juste vous dire MERCI a tous

  26. j’ai développé la maladie il y a 3 ans après une piqure de tique supposée 10 année auparavant = test revenu positif = 2 semaines d’antibiotiques et me voila « guérie » d’après la médecine dite normale !!! tous les sypthomes qui persistent (déprime / perte de sommeil / douleurs articulaires / grande fatigue / entre autres petits maux)ce sont des signes de « vieillerie avérée » !!!!!
    grâce a des gens comme vous j’ai eu connaissance du tic tox qui m’a bien soulagé !
    pour l’heure – je suis en pleine récidive de la maladie, car il faut savoir que l’on ne s’en débarrasse jamais = donc re cure de tic tox – heureusement – pour nous malades – une pharmacie d’Allemagne fait le lien avec le Laboratoire pour la vente de ce produit. merci à eux !

    • Bonjour Picot Marie Claude,
      Pourriez vous nous communiquer les coordonnées de la pharmacie en Allemagne pour le tictox, merci

  27. Bonjour,
    Je suis maman d’une enfant de 10 ans, mordue à l’âge de 4 ans.
    Un mois après la morsure – paralysie faciale – sérologie Elisa positif – hôpital Necker Paris–> 2 semaine d’antibiotique.

    6 mois après douleurs à genoux, puis à l’autre, début des Gros ennuis.

    Parcours du combattant, une antibiothérapie par an, administré par les mêmes médecins de l’hôpital, dans le doute disait-ils….

    On m’a dit : c’est certainement pas LYME mais dans le doute, ou bien encore, une autre fois ailleurs : Votre fille a eu LYME elle est guérie, maintenant ce sont des « restes » de LYME…. ça va s’arrêter tout seul …

    Aujourd’hui je veux juste dire qu’il y en a marre de la polémique, médico-politico tout ce que vous voulez… marre car, pendant que certains ne pensent qu’a polémiquer, des enfants de 2,3,4,5 10 15 ans souffrent en silence en France, on en a a marre !

    On veut de l’aide pour nos enfants qui souffrent, et je parle au pluriel car je me suis mise en relation avec un grand nombre de parents dans le même cas que moi.. c’est lamentable ce qui se passe en France, nos enfants on TOUS été mordus par un tique, et plusieurs années après ils souffrent tous de multiples et divers symptômes.

    Nos enfants ont mal partout, certains ne peuvent plus marcher tous les jours.

    Aujourd’hui il faut arrêter de polémiquer et il faut AGIR, venir en aide aux familles, venir en aide enfants dans leur quotidien, dans leur scolarité, favoriser les suivis psy, facilité les démarches d’accompagnement dans leur vie, comme pour d’autres pathologies chroniques…. on en a marre !!!!

  28. Dix fois déjà que je crois être sauvé, mais les problèmes resurgissent toujours, je ne suis bien sur plus suivi ni soutenu par les médecins, comme vous tous.
    Je me soigne donc avec tout ce que je trouve, je vais essayer les HE, cfr post de Marc Ivo Böhning.
    Néanmoins je constate quand même une diminution de l’intensité des symptômes depuis que je me fais mon argent colloidal que je prends 3X par jour au début en 25ppm maintenant en 17ppm, la grosse différence à été après la deuxième injection en IV, j’ai eu des HERX après la première et maintenant j’ai l’esprit plus clair, ça a été significatif et positif, malgré tout je vais finir le nettoyage avec les HE.
    Allez cool à tous et toutes, courage luttons.

    • Bonjour Marc, merci pour ton témoignage, je voulais savoir comment tu faisais pour les IV d’argent colloïdal ?
      Tu as trouvé un médecin d’accord pour te les prescrire à faire faire par une infirmière ou tu te débrouilles tout seul ?
      Tu peux me trouver sur Facebook avec le même nom sur divers groupes de Lymés.
      J’espère ta réponse, merci.

  29. je tiens à préciser que je prends l’argent colloidal (fait à la maison) par voie orale et que j’ai fais à ce jour seulement deux IV de 0.5ml à 17ppm, et ça m’a fait un excellent bien. pour le moment je viens d’arrèter l’AG colloidal par voie orale car ça commencait à me chauffer un peu trop l’estomac, ça fait plus de six mois que j’en prend, un petit break pour faire le point et voir l’effet des deux IV sur le long terme. J’imagine qu’il serait préférable d’avoir un baxter avec plus de produit et moins fortement dosé >5ppm, instillé sur une heure de temps ou plus. Mais c’est pas demain la veille que l' »industrie du profit » hospitalier va tollérer ce genre de protocole. Ah oui ! aujourd’hui je vis pratiquement normalement, reste une grosse fatigue résiduelle mais pas d’autres symptômes invalidants.

  30. Moi aussi je prend de l’argent colloidal que je fais moi même et je note une nette diminution des symptomes, c’est vraiment motivant !! Si vous ne souhaitez pas vous aventurer dans la fabrication vous pouvez en acheter tout prêt chez http://www.argentcolloidal.fr par exemple

  31. Après une balade en foret, je me suis aperçu que j’avais une plaie bizarre derrière le genou… 1 mois après des cercles rouges sont apparus sur mon corps, dont un gros autour de la plaie qui ne parvenait pas à guérir!
    1er médecin me dit que j’ai un champignon de peau et me prescrit des pommades et gels douche, mais rien ne se passe..
    second médecin une semaine apres, il suspecte une maladie de lyme et prescrit une analyse de sang mais pas de médicaments… j’attends encore une semaine pour avoir 1 semaine de traitement d’amoxiciline à 3g/j, les taches ont disparus en 3j.
    En rentrant chez moi (car tout ça s’est passé en vacances) mon médecin traitant m’a prescrit une analyse de sang qui affiche positif sur igG et igM avec une grosse anémie, mais ne me donne que 2 semaines de traitements, donc j’y retourne moi même d’ici quelques jours pour le relancer sur un autre traitement…
    Je suis toujours très fatigué moi qui était un gros coureur et était toujours débordant d’énergie…
    Je me sens un peu désarmé….

  32. Bonjour,je viens à vous car,comme vous,je suis certainement atteinte de lyme,ainsi que ma fille de 17 ans.Ayant été piquée à 2 reprises et morue par un chat sauvage,il y a 25 ans et 23 ans,3 mois d’antibios,suite à une fièvre terrible,ganglions,fatique,je me croyais sauvée,sauf,que les céphalées ont commencées,fatigue,état grippal récurent,paralysise temporaire des membres inférieures,et diagnostiquée sclérodermie,et fibro ,il y a 16 ans,mon état de santé est déplorable,il n »y a que quand je prend des antibios pour X raisons que mes douleurs se calment,mais personne ne me croit!
    Ma fille quand a elle,a été piquée par 2 fois,dans les vosges il y a 11 ans,et 10 ans!Idem pour elle,douleurs,fatigue extreme,impossibilité pour elle d’aller en cours depuis 3 ans tant son état est cata,elle perd connaissance,tombe endormie subitement et ce pendant 3 jours,fièvre,etc///La dernière prise de sang j’avais coché les infections bactériennes et virus,résultats,chlamidiae pneumoniae positif,mais là encore personne ne réagit!On me dit que ce n’est rien,alors,qu’elle va très mal!Je ne sais plus ou aller,j’en ai marre d’entendre dire que nous sommes folles!Je recherche dans l’est de la franceje suis allée à bxelle,mais,le cas de ma fille est trop complexe,et je sens le médecin un peu perdu!Je suis belge du sud de a belgique,et ai crée un groupe sur facebook afin de nous rassembler,car les cas sont inombrables dans le coin!Merci pour vos réponses,je suis sur facebook,fabia mathieu,si vous voulez me répondre en privé,merci bcou

  33. Bonjour,
    Suite à la lecture des différents témoignages et demande d’infos….
    Voici mon témoignage….
    J’ai été détecté de la maladie de « Lyme » voici +- 1an.
    Cela ne s’est pas fait si simplement, après avoir eu un malaise vagal (évanouissement) suite à une hémorragie interne (la cause n’a pas été détectée) mon corps étant affaibli après les différents examens, J’ai ressenti des douleurs proches d’un état grippal, mais avec plus de force, température, douleurs musculaires, tremblement, frissons…..Direction médecin traitant.
    Celui-ci me dit que cela n’est rien, remède contre l’état grippal, le temps passe, les symptômes persistent avec des hauts et des bas et je revois régulièrement ce médecin qui ne réagit pas.
    Tantôt « tes douleurs sont de la polyarthrite », plus tard « c’est l’âge » et puis « fibromialgique »….et j’en passe et le temps passe.
    Je fais des recherches sur le net et je découvre que certains parasites peuvent provoquer les symptômes ainsi que certaines bactéries dont la borélia. J’en fais part à mon médecin et il me dit « qu’il ne fallait pas faire l’apprenti docteur et que cela ne pouvait que me perturber ». Preuve en est « les symptômes n’ont rien de commun avec la maladie de Lyme »…Ce qui est faux ! J’aurais du consulter un psy ,il est vrai que j’aurais eu plus de chance.
    Donc ! Presque 2ans de douleurs passent, j’en arrivais à ne plus sortir et un état dépressif s’installait, je n’en savais rien, il faut savoir que je vis en dehors de la ville et isolé, solution de facilité. De temps en temps, j’arrivais à sortir, en serrant les dents et me présenter ainsi dans un milieu familial.
    Et puis je me décide de prendre un autre médecin, je l’informe directement et j’insiste sur mes ressentiments, il a demandé une analyse afin de détecter la bactérie…et vlan…positif !
    Une bombe de bonheur que de savoir ! Je comprenais, ce n’était pas moi, j’avais raison.
    J’ai appris que le test n’est pas toujours fiable dans la négation et qu’il fallait si reprendre et même changer de test. J’ai eu de la chance. Arrive le traitement « 3 semaines d’antibiotiques »
    Rien ! sauf une réaction de douleurs intense et après des douleurs qui parcourent le corps, la nuque, les bras, les jambes, la tête….impossible de programmer une journée.
    Donc je consulte et je vais de médecin en médecin spécialiste en infectiologie…..tous disent vous avez reçu le bon traitement, donc vous êtes guéri ! Et le temps passe
    Je découvre par le hasard de la télévision un médecin qui soigne des patients atteint de la maladie de Lyme, je fais les démarches pour le découvrir et obtient un rendez-vous.
    Après consultation, j’étais abasourdi finalement « un médecin » qui sait… Il connait notre douleur, nos souffrances et qui sait parler de cette maladie. (Son premier patient était sa propre femme) Il est impliqué et il s’est informé). Je suis en traitement depuis 4 mois chez lui, ce n’est pas gagné, mais j’ai vécu et je vis des jours en pleine forme. J’ai un ballon de vie, d’oxygène….ce qui me permet d’espérer.
    Je cherche encore des infos parallèlement, notamment sur l’argent colloïdal et sur le Tic Tox.
    Lorsque mon esprit me le permet, je pense à l’avenir et mon être aspire encore à des projets. Ce qui pour moi est positif.
    Cette maladie m’a enseigné aussi à penser aux autres personnes souffrantes d’autres pathologies.
    Je comprends, sans savoir !
    Je souhaite que ce témoignage aide au moins une personne.

    • Merci pour ce témoignage qui me parle. Je sais qu’il n’est pas possible de donner des noms sur un blog, mais j’aimerais avoir le nom d’un médecin qui connait cette maladie, ou tout au moins en appréhende la complexité. Pourriez-vous me transmettre les coordonnées de celui dont vous parlez s’il vous plait. Merci infiniment.

      • Bonjour,

        Nous ne pouvons vous communiquer un nom en particulier, toutefois nous vous invitons fortement à vous rendre sur le site Internet de Lyme sans frontières, ou de les contacter, ils pourront davantage vous renseigner.

  34. Suite de ma situation
    L’estomac a été pour moi un des soucis majeur persistant.
    Séquelles gastriques persistantes.
    Pour m’en sortir je suis arrivé à ceci, plus de lait, plus de pain, presque plus de sucre, IPP en petite quantité comprimé découpé en +- 5mg à la demande selon douleur 2à3 jours (si doses supérieures = douleurs,crampes, lourdeur.
    Anti bile Ursohol +-20mg idem quand l’estomac gargouille 2 à 3 jours puis arrêt de tout 3 à 4 jours pour recommencer etc.
    C’est ce que je fais depuis presque deux ans, C’est pour moi une sacrée évolution de mon état.

    Maintenant j’ai des fibroses des tissus qui ont été attaqués par les borélies, c’est douloureux et invalidant, inquiétude pour la valve cardiaque qui a été atteinte par deux fois. J’avais vu un toubib pour ce sujet, évidemment déni que ce soi les borélies ( c’est à cause du saint esprit, ou de mes « névroses ») mais il ne c’est pas gêné pour me proposer des ondes de choc pour ramollir les tissus, séance hors de prix non remboursées et 50% d’efficacité probable.

    Les dernières poussées je les ai traitées 10 jours avec « tétralysal 300 1x le soir au repas » et « Azythromicine 500 1x à midi au repas » et pour l’estomac IPP 20mg le soir avant le couché pendant la durée du traitement antibio etc voir plus haut : Séquelles gastriques persistantes
    Maintenant avec ce dernier protocole antibio, je tiens plus de 5 mois sans nouvelles poussées.

    Bon courage à tous

  35. Puis je avoir une adresse de docteur sérieux svp n’importe où en France, ou frontalier? Un nom ou au moins des initiales de la ville et de son nom? Merci d’avance.
    Ou bien un ttt efficace contre Lyme neuro.Prière de ne pas répondre si pas sérieux, pas prouvé.
    Et puis je avoir vos avis sur le ttt du docteur N. dans l’est de la France. pas sur lui mais sur son ttt je précise.
    Re-merci

  36. bonjour je suis atteint de la maladie de lyme et les médecins se foutent de moi et je prends les 2 produits tic tox et j espere guerir

  37. ah oui et si jamais quelqu un d entre vous cherchez ce produit je sais ou vous pourriez en trouver

  38. je cherche moi aussi un docteur pour me soigner .merci

  39. je cherche moi aussi un docteur merci

  40. Cela fait plus de 10 ans que mes douleurs ont augmenté, tendinites, inflammations des fascia(hanches, tendons d’achille, mauvais métabolisme)j’avais mis çà sur le compte d’un entrainement intensif de haut niveau pendant des années alors que mes amis du même âge continuaient à faire de la compétition; mon corps a dit stop!j’ai du ralentir l’intensité des efforts et espacer les entrainements avec des grosses siestes et une fatigabilité importante.J’étais fibrosé de partout aux dires de mon kiné(ondes de choc, ultra-sons…je n’ai jamais voulu prendre d’anti-inflammatoires sauf l’an passé, je n’en pouvais plus avec du coltamyl pour détendre le tout et l’intervention dun ostéo). Le stress systèmique est un bon déclencheur des inflammations et des douleurs… A côté de çà,perte de mémoire, idées confuses, douleurs intestinales, diarrhées, troubles de la vision, vertiges,étourdissements, recherche de calme, dépression, spasmes musculaires avec tremblements inexpliquées,fonte musculaire, herpès,squames, peau qui se flétrit,… enfin La totale sur un stress systèmique et oxydatif lié à un divorce et une séparation et de nombreux changements de vie.
    l’an passé, on m’a diagnostiqué une fibromyalgie,dépression, et comme je ne veux pas prendre de médicaments, je gère mon alimentation et me suis soigné par les plantes, l’homéo, mais c’est trop limité…
    En septembre de cette année, je m’oriente vers un médecin qui me fait faire le test de western blot et décèle la borréliose; mais il fait bcp de business avec les compléments alimentaires par le biais d’un labo!! 60 euros sa consultation+ une séance d’acupuncture 38 E +des produits en complémentation pour s’en sortir à chaque fois avec 200 euros de dépense… La dernière fois, ça s’élève à ° de 300 E… ya de l’abus!

    j’ai entendu parler du TICTOX! où s’en procurer? et de la méthode de jim Humbble…ça fait un peu peur… j’en ai parlé à ce médecin qui n’a pas daigné se pencher dessus mais qui avait comme bible le livre du Dr montagnier, bref pas très ouvert.mêm si c’est déjà un grand pas… Il ne m’a pas parlé d’alimentation suivie, d’éviter les sucres et le lait et le gluten.
    j’ai du lui suggéré de prendre du charbon actif pour absorber les gaz; que faire au niveau des vermifuges? des collyres pour les yeux afin d’éviter la prolifération à ce niveau, des saunas(les bactéries n’aiment pas la chaleur, l’été je vais mieux), les décoctions de feuilles d’olivier, tout ce qui est alcalinisant pour le milieu, limiter les émotions facteurs de stress…
    J’aimerais essayer le protocole de Jim Humbble mais je ne sais pas par quel bout commencer et il ya des risques, pas de chlore!!
    qui peut m’en dire plus?

  41. Bonjour,

    Je cherche un docteur dans Paris ou la région parisienne qui traiterait la maladie de lyme.

    Merci pour votre aide

  42. Bonjour,
    après avoir été piquée plusieurs fois dans ma jeunesse, c’est aujourd’hui que je suis dépistée… à 42ans. Cela fait plus de vingt ans que la bactérie agit… des tas de symptômes différents qui apparaissent et disparaissent et vous renvoient de médecin en médecin sans rien de concluant; depuis 10 ans ils s’accentuaient (allergies, asthme, tendinites à répétition, corps douloureux au réveil, seule la douche brulante pour soulager, le cerveau embrumé sans arrêt, les fatigues constantes et les siestes impérieuses, les fuites urinaires, les mini- dépressions, nuits courtes et cauchemardesques, frilosité et transpiration concomitantes, douleur dans les reins constante, règles douloureuses comme des coups de couteaux sans raison médicale encore)… alors que je ne travaille pas et que ma vie est cool! C’est une amie d’enfance dont la fille est soignée pour cela, qui m’a donné les coordonnées d’un rare spécialiste de Lyme près de Rennes. J’habite la Somme… peut importe! Après un questionnaire très long et très complet, il a jugé bon de faire les tests de suite… Test PCR positif en coïnfection bartonnelle et borellia (laboratoires vétérinaires à Troyes et Toulon). J’ai commencé l’antibiothérapie et parallèlement 2 traitements homéopathique et 1 de phytothérapie. Privilégier aussi une alimentation saine « maison » sans gluten, ni colorant et autres additifs! Je vois le chiropracteur tous les deux mois, j’ais repris le sport en douceur (Pilates), je fais mes courses au marché local… Ce n’est que le début d’un long parcours, mais déjà mettre un nom sur ce mal! Ce n’est pas psychologique!! La souffrance morale du silence a durée vingt ans, j’espère en avoir pour moins longtemps de traitement!!
    Bon courage.
    Nous sommes nombreux atteint par ce fléaux, beaucoup de cas d’anciennes guides, louvettes, scouts…nous campions dans les bois…à l’époque personne ne savait.

    • Galdera

      Eh si, bien des gens savaient… mais préféraient que d’autres ne sachent pas.
      La maladie de Lyme a été identifiée aux USA dans le village éponyme au début des années 1970. Cependant les autorités étasuniennes ont tout fait, main dans la main avec les assureurs et le monde médical pour étouffer la recherche. La même chose s’est passée et continue de se passer en France, alors qu’en Allemagne et en Hollande la maladie a été abordée avec sérieux et responsabilité.

      L’affaire de la maladie de Lyme
      Un livre qui fait le point sur la maladie de Lyme et son scandale mondial, sorti en avril 2016 et signé Chantal Perrin et Roger Lenglet, enquêteurs émérites. A lire absolument !

    • Bonjour,
      j’ai relevé dans votre témoignage que vous évoquiez un spécialiste près de Rennes;
      J’habite dans cette ville et suis à la recherche d’un médecin pouvant me prendre au sérieux s’agissant de symptômes durant également depuis des années.
      Merci d’avance de votre aide

    • Bonjour,
      pouvez vous me transmettre les coordonnées de ce spécialiste près de Rennes? Je n’en peux plus de cette maladie et cherche un médecin à l’écoute.
      Merci beaucoup de votre réponse.

  43. Bonjour à toutes et à tous,

    dans le courant de l’année 2014, j’ai commencé à avoir des douleurs aux extrémités de mes orteils du pied gauche, cela vers la mi-avril. Celles-ci sont progressivement devenues insupportables de telle manière que je devais me tenir aux façades des maisons pour marcher ou utiliser une canne, bref impossible de ne pas boiter avec gonflement du pied. Cela a du durer plus d’une semaine. Pour finir, je me suis résolu à me présenter aux urgences de l’hôpital d’Ixelles (j’habite Bruxelles) où ils ont diagnostiqué une crise de goutte. Étonné, vu que je suis abstème et végétalien, ils m’ont suggéré de prendre contact avec un rhumatologue. Entre temps, la douleur a disparu aussi mystérieusement qu’elle est apparue mais j’ai gardé le rendez-vous avec la rhumatologue qui par un frottis des plus douloureux à la verge a diagnostiqué la maladie de Lyme au mois de mai 2014. J’en ai pris connaissance que fin 2014 et début 2015, il me fut imposé un traitement aux anti-biotiques que je n’ai pas pris car je les redoute fortement. Actuellement, j’ai des picotements aux extrémités des doigts et des orteils, les examens neurologiques n’ont pas révélé d’anomalies. Les fatigues que j’éprouve sont moins dues à la maladie de Lyme qu’à la dépression dont souffre et que j’espère passagère. Si je témoigne donc, c’est pour bénéficier de vos conseils et surtout éviter un traitement par anti-biotique que j’ai du mal à supporter.
    Merci de bien me lire.

    JacquesB PercherL

  44. merci à chacun de vous pour ces expériences…
    depuis 6 mois que mon ami a été découvert atteint par cette maladie « qui n’existe pas en France » et dont il souffre depuis 4ans…
    la fabrication du tic tox n’a-t-elle pas été stoppée?
    quelqu’un se trouve-t-il atteint aussi de l’empoisonnement aux métaux lourds? essentiellement au nickel?
    aidez moi s’il vous plaît à le sauver, tous vos témoignages ou renseignements seront les bienvenus.
    merci encore à tous

  45. bonjour,
    atteinte de Lyme aussi et métaux lourds, je peux conseiller le docteur TAILLEFER à PARIS
    Il s’intéresse à Lyme et privilégie le tt naturel par les plantes samento banderol et cumanda mais prescrit aussi des antibiotiques.
    Cela dépend de chacun.
    Pour les métaux lourds, tt par dmsa.
    Lyme est une leçon de vie qui nous enseigne COURAGE et DETERMINATION.
    MERCI A TOUS POUR VOS TEMOIGNAGES.

  46. Bonjour je prends du tic tox depuis maintenant 4 mois mais tous mes symptômes sont exacerbés et depuis quelques temps je fais des fortes chutes de tensions des malaises et une fatigue terrible je n’ose pas arrêter le tictox car je ne sais vers quoi me tourner pour me soigner soigner j’ai été piquée en 89…26 ans de souffrances sans savoir ce que j’avais si ce n’est une « polyarthrite »…j’aimerais que quelqu’un qui s’est soigné au tictox me donne des conseils merci

  47. bonjour
    je suis la maman d une ado de 14 ans qui depuis 3 ans fait des sortes de malaises non identifies
    depuis fevrier dernier (2015) ces malaises ont tourne « a la crise d epilepsie partielle  » avec yuex fixes , confusion , tourner la langue hors de la bouche , et ce pendant quelques minutes …c est malaises quand ils surviennent durent 2 a 3 mn , à raison de toutes les 2 heures et pendant 48 h
    c est long , tres eprouvant pour ma fille , elle ne se souvient de rien de ces malaises quand elle va mieux (soit a l

  48. (soit a la fin des 48 h) et laisse des dégâts neurologiques de perte de mémoire , de concentration , fatigue chronique physiqye et morale
    c était une spotive ,en surf , elle n y va plus que rarement car elle se sent toujours fatiguée …
    IRM RIEN
    SCANNER RIEN
    ENCEPHALO RIEN
    nous avons vu bcp de médecins , spécialistes etc…RIEN

    jusqu a un medecin nous mette sur le chemin de Lyme , analyses faite au labo de chez nous RIEN , a paris dans un labo specialise , MAYA EST BIEN INFESTE PAR LYME
    depuis elle a fait des malaises tres forts , a du etre hospitalise car elle restait confuse , et la on en est a la PONCTION LOMBAIRE
    on attend les résultats d ici 10 jours mais les médecins a l hôpital ne pense pas que ces symptômes viennent de LYME et ont fait partir des recherches sur d autres maladies AUTO IMMMUNE
    J ai eu beau leur dire que ces désordres neurologiques etaient surement du a lymz , ils ne pensent pas
    nous attendons les résultats ET JE CHERCHE ACTIVEMEMNT UN MEDECIN , UN PROFESSEUR QUI SACHE SOIGNER LYME AVEC SES DESORDRES NEUROLOGIQUES QUI SONT EN TRAIN DE S INSTALLER ET D ABIMER LE SYSTEME NERVEUX DE MA FILLE
    je garde la foi , le courage et j irai au bout du monde s il faut pour la soigner soit a N.york SI JE VOIS QU ICI CA BOUGE PAS
    voila notre parcours
    nina ,la maman de MAYA

    • Bonjour

      Pour Maya, vous pouvez vous adresser au service de maladie infectieuse
      de l’hôpital de Garches dans le 78 qui ont une équipe spécialisée dans le lyme

      Bon courage

      Tenez nous au courant

  49. 15 mois de galere
    handicape depuis 21 ans, j ai du contracte la maladie en juin 2014 en espagne.
    Les medecins (infectiologue, neurologue etc..) ignorent l origine des troubles.
    douleurs musculaires articulaires frissons trouble de la vue etc…
    depuis 8 mois je suis suivi par un medecin reconnu dans la maladie de lyme
    mes releves sanguin revele la presence d anticorps de 4 souches de borrelia mais nenmoins negatif a elisa etw.blot pffff.
    en 8 mois aucune avance (antibiotique, intra veineuse, hospitalisation sur lanmezan etc) là je commence le tic tox 1 et 2 ras le bol
    j ai maintenant un fauteuil roulant et dans 21 mois si pas de resultat je passe en invalidiite et je perd mon boulot.ne pouvant pas marcher je suis cloitre chez moi (toute la semaine).
    courage aux personnes touche par cette salope de bacterie faut etre costaud pour supporter les douleurs 24h 24h et etre bien entoure et aussi avoir un peu d argent car aucun des produits n est rembourses.

    • Je veux juste témoigner d’un  » sauvetage miracle  » de mon cheval atteint de la lyme , et condamné à l’eutanasie .. J’ai refusé d’en arriver là , et , passionnée de medecine homeopathique , j’ai cherché LE remède qui pourrait le remettre sur pied . Dans son cas , c’est  » arsenicum – 30 ch  » et  » belladonna » 30 ch qui l’ont sauvé ( les neurotoxines le rendez fou , car vraissemblablement rendues dans les méninges …
      Si cette cochonnerie de lyme est tjrs là , la plupart des symptômes ont disparu ( le cheval est un peu plus fatigué qu’avant , et il est un peu anémié , mais celui qui ignore son état le trouve vraiment en forme ) !
      L’homeopathie n’est pas ce que l’on croit généralement . C’est une immense médecine , qui malheureusement est bien mal pratiquée dans notre pays . Mais elle sauve des vies , il faut le savoir .
      Bon courage – DE tout cœur avec vous !

    • Bonjour J’aimerai bien connaître votre réaction au tictox car je l’ai commencé il y a 8 mois et pour l’instant je n’ai aucune amélioration et même mes symptômes exacerbés alors j’essaie d’être patiente vue que mon infection remonte à 1989… mais j’aimerai savoir les réactions de ceux qui prennent du tictox j’ai aussi 2 filles nées en 94 et 2001 qui ont commencées le tictox depuis décembre. Merci de me répondre je suis épuisée

  50. Bonjour,
    J ai une double infection streptoccoque et lyme avec grave burn out.C’est la médecine parallèle qui me à détectée. Cela fait 3 ans maintenant car rien n’a été traité à temps à cause du médecin qui ne voulait rien entendre! Je vis un véritable enfer, j’ai rien qui me soulage. Les douleurs et surtout les troubles neurologiques et psychiatriques m’empêchent de faire des choses. Mes tissus sont fibroses et me font souffrir atrocement. Je suis dans mon monde et je pense au suicide tous les jours parce que c’est trop dur! Merci de me lire. Je sais que je ne suis pas seule… malheureusement. Anne

  51. Bonjour

    ma fille a été infectée à 8 ans (tique retiré et cible)
    clairement infecté mais le medecin n’a preconisé qu’une semaine d’antibiothique….
    inutile de dire que ma fille allait de plus en plus mal (neuroborelliose)
    nous avons consulté un grand pediatre decrit comme specialiste de lyme et qui s’est contenté de soulever son T shirt et la declaré guérie !
    j’ai claqué la porte de ce « specialiste »
    aucun medecin ne nous a écouté et il m’ont même expliqué que c’était dans la tete de ma fille
    heureusement , je n’ai fait aucune confiance dans ce discours et j’ai cru ma fille lorsqu’elle me disait qu’elle souffrait ; j’ai donc fait seule des recherche sur internet et j’ai decouvert le professeur Horowitz de NY et également le Dr Nicholaus du BCA en allemagne
    J’ai immédiatement emmené ma fille dans cette clinique allemande ou le Dr Nicholaus a tout de suite reconnu ma fille dans sa souffrance et a indentifié la maladie dont elle souffrait depuis 2 ans: heureusement ma fille etait au stade avancé d’une neuroborreliose et avait 5 coinfections
    ma fille a été traité longuement et regulièrement par ce centre et adolescente elle va mieux et sait maintenant reconnaitre les signes de sa maladie et se soigner (plante et vitamines) en conséquence
    j’apporte ce témoignage à tous les malades qui sont niés dans leur souffrance : faites vous confiance d’abords et croisez les avis

  52. bonjour voici un lien des causes de la lyme….
    j’ai une grande pensée aux personnes comme moi atteint de cette saloperie de maladie.qui me rend invalide et sans travail..
    que cette personne qui a dut souffrir comme nous repose en paix sans douleur maintenant…
    http://www.associationlymesansfrontieres.com/wp-content/uploads/Lettre-LSF.-suicide-Vuillemin-.pdf

Trackbacks/Pingbacks

  1. Lyme : Chronicité n’est pas fatali... - [...] Le rapport que nous proposons n’est pas exhaustif. Ce n’est pas non plus un document médical. Il s’agit d’une…

Laisser votre témoignage