Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Pétition à l’attention du Président de la République Française et de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé.


Libres de choisir nos vaccins !
Dites-nous la vérité sur les risques et bénéfices réels des adjuvants dans les vaccins



Monsieur le président de la République,
Madame la ministre,


Les dangers liés aux adjuvants utilisés dans les vaccins ont été soulignés par de nombreuses études.

Le Conseil d’Etat a reconnu en 2012 que l’aluminium contenu dans un vaccin contre l’hépatite B avait déclenché un myofasciite à macrophages chez un employé de la ville de Paris.

Un nombre grandissant de nos concitoyens s’inquiète des conséquences des adjuvants dangereux et du maintien de politiques de vaccination massive et systématique malgré les risques possibles liés à ces adjuvants.

Par la présente pétition, nous vous demandons donc de :

1/ Mener des études sur les adjuvants dangereux afin d’éclairer les scientifiques, les soignants et le public sur les risques qu’ils comportent.

Ces études ne peuvent avoir de sens que si elles intègrent des scientifiques indépendants dans leur comité de pilotage ou scientifique et qu’il existe un dialogue avec la société civile par le biais d’Internet ou des associations de patients.

2/ De suspendre au nom du principe de précaution l’utilisation d’adjuvants dangereux dans les vaccins tant que les résultats de ces études n’ont pas été publiés.

3/ Proposer d’urgence une réflexion sur le calendrier vaccinal et le nombre de vaccins recommandés.

Veuillez agréer Monsieur le président de la République, Madame la ministre, l’expression de mes salutations respectueuses.

Nombre de signatures :

0

Cochez ici si vous souhaitez être tenu(e) informé(e) des suites de notre action en recevant l'info-lettre de l'IPSN par courrier électronique.
Cochez ici si vous désirez recevoir des informations pratiques sur la santé naturelle par courrier électronique.

Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.


Tweeter