6 tisanes pour des articulations qui hurlent

 Chère lectrice, cher lecteur,

10 millions de Français seraient touchés par l’arthrose. C’est un mal si répandu que l’on finit parfois par croire que c’est une fatalité (1).

C’est l’âge, c’est le choc reçu lorsque j’avais 20 ans, c’est ma nature, c’est familial, que sais-je encore ? Toutes les formes de déterminisme y passent.

Comment expliquer alors que certaines personnes vivent très âgées sans avoir de douleurs aux articulations ? La chance ? L’hérédité ?

Comment expliquer que chez certaines populations l’arthrose, ou d’autres maladies généralement associées à l’âge, sont très peu présentes ? C’est le cas par exemple chez les habitants de l’île d’Okinawa située tout au sud du Japon. Car non seulement ces derniers vivent plus vieux qu’ailleurs, mais il restent en bonne santé tout au long de leur vie (2).

A 80, 90 ou 100 ans, ils sont encore actifs. Ils mènent leurs projets et s’occupent de leurs enfants, petits-enfants, voire arrière-petits-enfants ! (3)

Comment font-ils ?

Ils bénéficient d’un mode de vie protecteur.

Ce dernier repose notamment sur : 

  • une alimentation de qualité ;

  • une vie sociale apaisée et conviviale ;

  • une vie en mouvement.

Ces trois aspects sont fondamentaux si vous souhaitez éviter l’arthrose.

Votre corps a besoin de bouger, vous devez éviter le stress chronique et vous avez besoin d’une alimentation saine.

C’est évidemment un vaste programme.

Est-il réellement possible de révolutionner son mode de vie ?

La réponse est OUI.

Par où commencer, me direz-vous ?

Mais pour que cela fonctionne, il est bon d’y aller pas à pas.

Je vous propose 3 conseils et 6 tisanes pour vous lancer ou vous encourager à poursuivre vos efforts si vous avez de l’arthrose ou craignez d’en avoir !

Conseil n°1 : Regardez-vous et votre corps avec bienveillance

Quand on souffre, il est difficile d’être aimable. Et j’ai pour les gens qui parviennent à rester doux et affables, alors qu’ils souffrent, une admiration sans nom, même s’ils me semblent être des extra-terrestres !

Votre corps vous fait mal. C’est le poignet, l’épaule, le genou, le dos…

C’est lancinant, parfois aigu et toujours inconfortable.

Dans ces conditions, comment apprécier votre corps ?

Peut-être que si vous preniez le temps de penser à LUI.

Ce corps est avec vous depuis toujours. Il a grandi, évolué. Il a appris avec vous. Ce corps, c’est aussi votre première identité auprès des autres.

Avant votre prénom ou le son de votre voix, c’est votre silhouette que votre famille, vos amis connaissent.

Cette silhouette dit déjà tant de choses sur vous : votre tempérament, votre humeur du jour, votre histoire, vos douleurs peut-être.

Même s’il est fragilisé en ce moment, votre corps a tout vécu avec vous. En l’aimant, vous lui donnez plus de chances de s’apaiser.

Surtout, vous allez vous donner la MOTIVATION pour VRAIMENT en prendre de soin.

C’est VOTRE corps.

Il est là. Il est à vous. Il est avec vous.

C’est lui qui vous porte. Il faut l’aimer parce qu’il est EXTRAORDINAIRE et UNIQUE. Et il vous rendra bien l’amour que vous saurez su lui porter.

Conseil n°2 : Prenez le temps

Si vos articulations vous font mal, c’est peut-être que vous leur en avez beaucoup demandé sans leur donner ce dont elles avaient besoin.

Et pour bien vous alimenter, pour éviter le stress chronique, pour faire du sport ou une activité physique régulière, il faut SE DONNER du temps.

Dans nos vies surchargées où tout est sujet à alarme, il n’est pas toujours évident de se donner du vrai temps.

L’un des coupables, c’est le téléphone.

Le temps que vous passez à répondre à What’s app, à Facebook, à Twitter et autres n’est peut-être pas très bon pour votre corps.

Les écrans nous poussent à rester figés longtemps, parfois dans des postures inadéquates, ce qui constitue un stress pour votre corps… un de plus !

Il est bon de prévoir au moins une promenade en forêt par semaine. Oubliez votre téléphone durant cette balade !

Et si vous avez la possibilité de le faire tous les jours évidemment, c’est encore mieux. 

Conseil n°3 : Partez à la découverte pour abandonner définitivement vos vieilles habitudes

Si tant de personnes souffrent aujourd’hui d’arthrose en France, c’est que leurs habitudes ne sont pas bonnes ! 

Et peut-être est-ce aussi le cas pour vous.

Certaines habitudes ont pu vous être transmises durant l’enfance, ou par la pression publicitaire ou sociétale, peut-être même, allez savoir, par votre médecin !

Si par exemple, vous consommez un médicament toxique et inutile telle que des statines, cela peut avoir un effet sur vos articulations et sur le fonctionnement général de votre corps.

Attention, je ne suis pas en train de vous dire d’arrêter de prendre vos médicaments ! Avant de faire ce type d’acte radical, il faut en parler avec votre médecin. Car ce sont des molécules puissantes. Elles créent une accoutumance de votre corps. Pour en sortir, il faut y aller tranquillement avec le bon suivi médical.

Une chose est sûre, la plupart des personnes de plus de 50 ans prennent des médicaments au quotidien. Et après 80 ans, certaines personnes consomment jusqu’à 10 molécules chimiques par jour !

Il n’est pas surprenant qu’elles ne s’y retrouvent pas.

Les médicaments sont à prendre avec prudence, et de préférence pour régler des crises aiguës, car ils fatiguent votre organisme.

J’en reviens à l’esprit de découverte”

Changer ses habitudes, c’est surtout en adopter de nouvelles, en espérant qu’elles soient meilleures.

Et pour cela, n’hésitez pas à développer votre esprit d’aventure.

Vous devez être prêt à expérimenter, peut-être à vous tromper.

Je vous encourage à découvrir de nouveaux aliments, de nouveaux fournisseurs de produits – oubliez le supermarché ! – ; découvrez les épices, les algues, les plantes….

Il y a tant de bons aliments auquel on ne pense pas !

En revanche, il faudra sans doute oublier ceux qui causent du tort à vous articulations : le lait, la plupart des produits laitiers, les aliments acidifiants comme le parmesan ou la viande en excès, ou encore les sucreries. La charcuterie sera à limiter ou à exclure.

Peut-être apprendrez-vous à faire votre pain vous-même ? Dans ce cas, utilisez du sarrasin plutôt que de la farine de blé. Vous éviterez ainsi le gluten. Utilisez du bicarbonate alimentaire mélangé au citron : ce sera votre levure. Exit ainsi les levures boulangères industrielles !

Découvrez le curcuma, le gingembre, le poivre noir (4). Variez les aromates : thym, romarin, menthe basilic, coriandre, achillée etc (5). 

Prenez de la salade à chaque repas et diversifiez : roquette, mâche, radicchio, frisée, scarole, iceberg, laitue…(6) 

Explorez le monde des choux et des crucifères…

Bref, vous n’avez pas fini de vous amuser !

Et mes 6 tisanes ?

Ce que j’aime dans la tisane, c’est qu’elle vous permet de mettre en oeuvre les trois conseils de vie que je propose plus haut. 

C’est un remède délicat et vivant. La tisane réunit de l’eau, indispensable à la vie, et des plantes qui vous donnent leur meilleur d’elles-mêmes : leurs principes actifs.

Vous buvez de l’eau informée.

C’est un remède qui, par nature, incite à la tendresse. Son mode d’action est doux ; son mode de préparation demande de l’attention. C’est une boisson chaude, agréable si le mélange est bien constitué, puissante si les plantes qui ont servi sont fraîches et bio. 

Il est facile de faire de la préparation de la tisane un acte d’amour. Votre corps endolori en a bien besoin !

La tisane vous demande de prendre votre temps.

Il faut aller acheter les plantes, ou les commander, préparer votre mélange de plantes, prévoir la dose, faire chauffer l’eau, sans la faire bouillir, attendre que l’eau refroidisse, prendre le temps de la savourer…

C’est un art de vivre !

Enfin, boire une tisane, c’est aussi aller à la découverte de la nature. Cela suppose de sortir des choix tout faits que l’on vous propose dans les supermarchés.

Allez voir votre herboriste, demandez-lui des conseils. Puis, faites vos propres mélanges !

En attendant, voici six plantes avec lesquelles vous pouvez commencer. Elles ont la réputation de soulager les douleurs aux articulations.

Les plantes que vos articulations apprécient  

L’ortie : c’est la mal-aimée des enfants ! Lorsqu’ils la touchent, leurs mains “brûlent”. C’est l’effet urticant de l’ortie. Pourtant, c’est une plante miraculeuse. Elle est à la fois anti-inflammatoire, reminéralisante, diurétique et détoxifiante… (5)

C’est une alliée de choix pour lutter contre les douleurs de l’arthrose.

La prêle est une plante commune, presque une “mauvaise herbe”. C’est pourtant un fabuleux trésor pour votre santé, plus particulièrement si vous avez de l’arthrose. Elle vous apporte de nombreux minéraux comme de la silice, qui va stimuler la production de l’os et renforcer les cartilages. (5)

Si vous ne devez retenir qu’une association, c’est celle-ci : ortie/prêle.

La reine des prés est l’ancêtre de l’aspirine. Elle contient de l’acide salicylique que les chimistes ont copié pour en faire une molécule de synthèse. C’est une star de l’action anti-inflammatoire ! Elle est bien utile pour soulager les douleurs (5).

Mais si vous êtes allergique à l’aspirine, mieux vaut l’éviter.

Les feuilles de frênes permettent de mieux éliminer l’acide urique et l’acide oxalique. Ces deux-là, lorsqu’ils s’accumulent dans les tissus articulaires, provoquent les douleurs de l’arthrose.

Les feuilles de cassissier éliminent également l’acide urique tout en favorisant une régénération du cartilage (5). 

La grande camomille est la reine des anti-douleurs. Prenez-en deux bols par jour (5) !

Il existe d’autres plantes pour accompagner l’arthrose ainsi que d’autres manières de les utiliser.

Celles-ci présentent l’avantage d’être cultivées en Europe. C’est un traitement local et efficace !

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

 


2 réponses à “6 tisanes pour des articulations qui hurlent”

  1. Oculi dit :

    Merci beaucoup pour vos conseils pour le soulagement de l’arthrose. J’en ai au genou gauche depuis que je m’alimente mal et que j’ai pris du poids. D’après vous, la douleur due à l’arthrose au genou ainsi que la réduction de sa mobilité peut-elle disparaître un jour définitivement si je suis un « traitement, régime » stricte pendant un certain temps?
    Merci
    Bien à vous.
    Fabien Oculi

  2. Christiane SUSINI dit :

    Comment peut on avoir accès aux publications mentionnées dans les lettres ?.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.