A la découverte du jeûne !

Goriachinsk. Au bord du Lac Baïkal.

Terre des « eaux minérales du Caucase » et de stations thermales. On en vante les sources chaudes ; les paysages aussi. Ils sont pittoresques l’été, magiques et mystérieux l’hiver…

On y vient pour se ressourcer, pour s’y promener ou même pour rencontrer les vieux chamanes et découvrir les légendes qu’ils continuent à faire vivre.

C’est le paradis des aventuriers, des rêveurs et des amoureux de la nature.

Mais c’est aussi un lieu de reconstruction et de guérison des malades. On y trouve un sanatorium, mondialement connu, où l’on soigne les maladies chroniques comme l’arthrose ou le diabète par une méthode inattendue : le jeûne.

Et nombreux sont ceux qui s’y rendent pour faire une cure d’une, deux ou même trois semaines ! (Vous trouverez un témoignage ici).

Et pourtant, pour arriver au village de Goriachinsk, il faut :

  1. Se rendre à Irkoursk, capitale de la Sibérie Orientale. C’est là que le Tsar, en son temps, envoyait ses opposants politiques. Le voyage est heureusement beaucoup plus simple aujourd’hui :

            >> l’avion y atterrit (comptez tout de même une ou plusieurs escales, selon votre point de départ).

            >> le transsibérien s’y arrête. Départ de Moscou ou Pékin !

2.Longer la côte sud du lac en bus jusqu’à la grande ville du coin : Ulan Udé.

3. Prendre un autre bus, ou faire de l’auto-stop, jusqu’à Goriachinsk, sur la côte est du Lac.

A défaut des étapes 2 ou 3, il doit y avoir un moyen de traverser le lac en passant, par exemple, par l’île Olkhon où Sylvain Tesson aurait rédigé son dernier livre. Si vous vous y rendez, n’hésitez pas à nous donner vos conseils !

Quoi qu’il en soit, c’est un sacré périple !

Psychiatrie et jeûne – l’expérience du Dr Yuri Nikolaev

La thérapie par le jeûne commence timidement à faire son apparition en France. Sont proposés de plus en plus, par exemple, des stages de jeûnes et de randonnées.

Ailleurs, en Occident (Suisse, Allemagne, Etats-Unis, Canada), il s’agit d’une approche thérapeutique en plein essor.

Mais, c’est en Russie, où l’Etat a financé un programme de recherche il y a plus de 40 ans, que le recours au jeûne semble être le plus accepté par les autorités.

C’est le seul pays où un programme national de jeûne a été testé. C’était dans les années 60. Tout est parti de l’expérience d’un psychiatre, le Dr Yuri Nikolaev. A court de solutions pour soigner un schizophrène, il le fit jeûner 25 jours. Et, contre toute attente, l’état du patient s’améliora.

Intrigué par ce phénomène, le Dr Nikolaev a reproduit l’expérience sur d’autres patients jusqu’à en faire un système de soin. En tout, il a traité près de 8 000 patients, en une ou plusieurs cures de jeûne, avec des bénéfices notables pour la santé mentale de 70% d’entre eux. 6 ans plus tard, 47% avaient maintenu cette amélioration.

Plus surprenant encore, l’état des patients s’est trouvé amélioré sur les plans psychique ET métabolique. Ainsi ont été soignés des cas d’eczéma, d’asthme ou de polyarthrite.

L’Académie des Sciences valide le jeûne

Devant ces résultats, le médecin de Moscou a décidé de prévenir les autorités qui, suspicieuses, ont voulu vérifier.

 

Deux professeurs de médecine ont été délégués auprès de l’hôpital où travaillait le Dr Nikolaev pour vérifier ses dires : le Pr Alexey Kokosov, pneumologue, et le Pr Valery Maximov, gastroentérologue.

Les deux hommes étaient dubitatifs.

Mais l’un comme l’autre, dans leurs domaines respectifs, ont observé des améliorations chez leurs patients.

Pour en avoir le cœur net, un programme de recherche a été lancé. Des milliers de patients ont été étudiés au travers d’examens physiologiques et de tracés d’encéphalogramme. Les hormones ont également été étudiées.

Les médecins ont observé qu’il y avait des liens entre les évolutions physiologiques et hormonales et les améliorations des maladies. L’Académie des Sciences (en Russie) a validé la thérapie par le jeûne.

En 2013, le Dr Valéry Gurvich, psychiatre à l’Institut Psychiatrique de Moscou, conclut que le jeûne a trois effets :

>> C’est un stimulant (dans les premiers jours),

>> C’est un antidépresseur (lors de la réalimentation),

>> C’est un sédatif (autour du troisième jour au moment de la crise d’acidose (cf. plus loin).

 Les forces du corps…

Ayant reconnu l’efficacité du jeûne, les scientifiques russes ont dressé une liste d’indications et de contre-indications précises pour guider les médecins dans l’accompagnement de leur pratique. Les autorités russes ont en effet estimé que le jeûne était bon en cas de pathologies cardiovasculaires, respiratoires, endocriniennes, digestives, articulaires, osseuses et dermatologiques.

Les scientifiques russes soulignent également différentes contre-indications comme le cancer, la tuberculose, le diabète de type I, l’hépatite chronique, la thrombophlébite ou l’anorexie.

Les études russes, parfois citées en Occident[i] (1), suscitent toutefois des réserves chez les sceptiques. Peu connues en dehors de Russie, elles n’ont pas été traduites et ont été menées en plein régime soviétique, il y a plus de 40 ans.

Pire encore pour les chercheurs de l’Ouest : si les scientifiques russes ont observé des évolutions positives chez les patients, ils ne les ont pas expliquées.

Tout repose sur une hypothèse : le jeûne provoque un stress chez le patient. Cela produit une réaction hormonale qui déclenche des mécanismes de régénérescence du corps. C’est ce que les médecins russes appellent la sanogenèse.

Et de l’esprit !

Le jeûne est souvent associé à une démarche spirituelle.

Si certains le pratiquent uniquement pour le bien-être physique qu’il peut procurer : soulager l’arthrose par exemple, d’autres cherchent aussi un bien-être intérieur à travers cette démarche.

De fait, le jeûne a toujours été pratiqué.

Dans les civilisations anciennes, il pouvait être ritualisé. Chez les sumériens, par exemple, on jeûnait à la fin de chaque mois, les jours sans lune[ii].

Les bouddhistes ou les daoistes, dans la chine ancienne, recommandaient de jeûner également.

C’est aussi le cas des religions du livre : judaïsme, christianisme et islam prévoient des temps de jeûne durant l’année.

Les objectifs ne sont pas toujours exactement les mêmes. Mais dans l’ensemble, il s’agit toujours de prendre un temps de répit pour retrouver l’essentiel.

Et en effet, le jeûne est une démarche à part entière qui demande une préparation et oblige le curiste à changer de rythme.

 En Allemagne, la sécurité sociale rembourse le jeûne !

En Allemagne, la pratique du jeûne est répandue. 15 à 20% de la population aurait déjà tenté l’expérience.

A l’hôpital de la Charité à Berlin, les médecins suivent, au sein d’un service spécialisé, plus de 500 patients par an. Des problèmes de rhumatismes, de cœur ou du métabolisme y sont traités.

Le Pr Andreas Michalsen, qui dirige cette unité, a étudié méthodiquement les données hormonales de ses patients. Il est arrivé à des conclusions proches de celles des médecins russes (sans avoir eu connaissance de leurs travaux).

Selon lui, le chamboulement hormonal provoqué par le jeûne joue de manière favorable sur l’humeur des patients. Il insiste par ailleurs sur la prévention : les personnes ayant jeûné sont davantage susceptibles de mener une vie saine à l’issue de cette expérience.

Des dizaines d’hôpitaux proposent un suivi semblable à leurs patients. Les cures de jeûne peuvent être remboursées par le système de sécurité sociale allemand.

A l’hôpital de la Charité de Berlin, les médecins sont satisfaits des résultats obtenus pour leur patients par le jeûne, mais ils militent pour que davantage d’études soient menées sur cette thérapie, notamment dans le domaine du diabète, de l’hypertension et de l’arthrite.

 Jeûner sur les bords du lac Constance

Sur les bords du lac Constance, la clinique Buchinger accueille des patients venus du monde entier. Elle propose des cures de jeûne destinées à soigner le diabète de type II ou l’obésité. De nombreuses personnes y séjournent également dans une démarche de bien-être ou de prévention.

Chaque année, ce sont plus de 2 000 patients qui y jeûnent. Certains patients viennent même chaque année à la clinique pour refaire le plein d’énergie.

Le traitement proposé y est un peu moins radical qu’au sanatorium de Goriachinsk où est pratiqué le jeûne total ou hydrique (seule de l’eau est bue en grande quantité).

A la clinique Buchinger, les résidents peuvent prendre un repas par jour de 250 calories. Il s’agit notamment de jus de légumes.

Dans les deux cas, cette diète radicale, qui peut durer une, deux ou trois semaines, s’accompagne d’exercice physique régulier : le tout est d’éliminer.

Pour autant, en Allemagne, comme en Russie, les patients bénéficient d’un suivi médical rigoureux : relevés biologiques, prises de sang, suivi journalier, etc. Si les bienfaits du jeûne sont reconnus, la démarche constitue tout de même un stress pour le corps. Il faut surveiller le bon déroulement de la cure.

Mais, les résultats sont si satisfaisants pour de nombreux patients que la directrice de la clinique Buchinger, le Dr Françoise Wilhelmi de Toledo, prône la mise en place du jeûne comme pilier de la santé en Allemagne.

Ce qui la motive ? Les résultats obtenus et documentés du jeûne pour des pathologies courantes comme l’arthrose, les rhumatismes ou le diabète.

Comment le jeûne est entré dans les soins ?

L’histoire médicale du jeûne est née de ce même enthousiasme. Car les médecins et thérapeutes qui se sont mis à le prescrire ont eux-mêmes connus des expériences bouleversantes grâce au jeûne. Ainsi :

>> Le Dr Otto Buchinger[iii], lui-même, a fait l’expérience du jeûne réparateur. Atteint d’une polyarthrite rhumatoïde liée à une infection, il a dû en 1917 quitter la Marine dans laquelle il était mobilisé en pleine Première Guerre Mondiale. Aucune des solutions de la médecine conventionnelle de l’époque ne lui apporte la moindre amélioration. Il se lance alors dans un jeûne supervisé par l’un de ses confrères, le Dr Riedling.

Alors qu’il était presque immobilisé, le jeûne a soulagé ses peines et permis de retrouver toute son énergie. Il a consacré celle-ci à développer une méthodologie du jeûne que la clinique qu’il a fondé – et qui porte son nom – continue à proposer aujourd’hui à ses patients.

>> Le fils du Dr Edward Hooker Dewey était atteint de diphtérie (une puissante angine) et souffrait horriblement. Le traitement de l’époque consistait en une lotion à base de quinine et de fer associée à… du whisky pour que cela passe !

Le médecin n’avait pas à cœur d’employer ce traitement qu’il considérait comme trop cruel, même pour un cheval. En dépit d’une angoisse extrême, il s’est contenté de ne pas nourrir son enfant qu’il a veillé jour et nuit en espérant qu’il ne meure pas d’étouffement. Et contre toute attente, au bout de quelques jours, l’enfant a guéri et s’est remis. A partir de là, le Dr Dewey a fait du jeûne, un pilier de guérison.

Ce ne sont que deux exemples parmi d’autres. On aurait pu citer d’autres « promoteurs » du jeûne qui, au XIXe ou au XXe siècle, ont tous été témoins des résultats patents des thérapies par le jeûne. On peut citer Bernard MacFadden, Upton Sinclair, Herbert Shelton, Guillaume Guelpa, etc.

Et encore aujourd’hui, le succès du jeûne n’est pas démenti par les foules qui le pratiquent. Les forums santé sur Internet regorgent de témoignages sur les effets positifs du jeûne.[iv][v].

Vous me direz que les témoignages n’ont aucune valeur scientifique. Il est vrai que ce ne sont pas des études en double aveugle randomisées. On en est même loin. Pour autant, l’afflux de ces témoignages et la fidélité des patients aux cliniques qui proposent le jeûne montrent qu’il existe un réel engouement pour cette pratique et qu’elle apporte satisfaction à grand nombre de patients.

Tout le monde peut jeûner !

Parce que le jeûne est fascinant, tant dans son histoire que dans sa mise en pratique actuelle, je me propose de vous expliquer plus en détail dans une seconde lettre, ce qui rend l’expérience du jeûne si enrichissante et comment s’organiser au mieux pour faire de sa cure de jeûne, détox ou monodiète, un véritable moment de plaisir et de bien-être !

Pour aller plus loin :

Pour en savoir plus sur le jeûne vous pourrez retrouver des informations sur les supports suivants :

>> Le documentaire sur arte de Sylvie Germain et Thierry de l’Estrade (2011).

>> Notre vidéo de la conférence avec Thomas Uhl qui répondra aux nombreuses questions que vous pouvez vous poser sur le jeûne.

>> Le site de la Fédération Française de Jeûne et de Randonnée (FFJR).

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

Sources :

[i] http://orthomolecular.org/library/jom/1974/pdf/1974-v03n04-p301.pdf

[ii] http://www.persee.fr/doc/assr_0003-9659_1964_num_18_1_1766

[iii] https://www.buchinger-wilhelmi.com/fr/content/fr/dr-otto-buchinger?language=fr

[iv] http://jeune-et-sante.forumcanada.org/t296-le-jeune-et-l-arthrose

[v] http://www.freedomyou.com/healing_fasting_testimonies_freedomyou.aspx

 

 


17 réponses à “A la découverte du jeûne !”

  1. Meriem dit :

    Toi d’abord, je tiens à vous remercier pour ce magnifique sujet qui est « le jeûne ». Je le pratique régulièrement et effectivement, il est très bénéfique aussi pour le corps (j’ai perdu des kgs) mais aussi pour l’esprit. Moi qui était souvent sujette aux migraines, je n’ai même plus besoin de prendre de médicaments et lorsqu’une migraine pointe le bout de son nez, je mets immédiatement de l’huile essentielle de menthe poivrée sur les tempes et en moins de temps qu’il en faut pour le dire….La douleur a disparu,……
    Je me sens très bien dans ma peau, dans ma tête et dans mon corps….VIVE LE JEÛNE !!!!
    Je conseille vivement à tout le monde d’essayer…
    Bonne journée à vous,
    Meriem

  2. Kohlman Robert dit :

    Bonjour,
    J’ai pratiqué un jeûne d’une semaine à la maison de Sania
    https://www.ecole-de-sante.org/lamaisondesania
    J’ai été très satisfait de cette démarche et de ce centre !

  3. chauveau michel dit :

    Personnellement j’ai jeûné 17 jours (jeûne hydrique, seulement de l’eau), aprés une préparation de quelques jours, pas de viandes, seulement des soupes de légumes. Je ne me suis jamais senti aussi bien dans mon corps qu’à cette période, plein d’énergie, exceptionnel. Mes acouphénes avaient disparus

  4. amigosone dit :

    bonsoir’ le vrai jeune c’est l’abstention de manger ,de boire ,de desir sexuelle et de proferer des mots grotesque du crepuscule -fajr- au coucher du soleil -magrib-

    • janot dit :

      Bonjour, comment peut on dire le « vrai jeûne », l’humanité à existé largement avant la religion et la venue des prophètes et je pense qu’au paléo le jeûne était déjà pratiqué par obligation parce que la nourriture n’était pas abondante

    • Jak dit :

      S’abstenir de nourriture solide est bénéfique pour la santé. S’abstenir de boire mène rapidement à la déshydratation avec un danger de mort. Pour ce qui est des gros mots vous faites comme vous voulez, quant à « s’abstenir de désir sexuel » je crois que ce n’est pas quelque chose qu’on peut maîtriser
      Au total vous confondez jeûne et principes religieux foireux…

  5. Gerrit dit :

    En Allemagne, (Forêt Noire) certains hôtels se sont spécialisés dans l’accueil de séjour de jeûne accompagné. De 5-6 jours à 2-3 semaines. On y propose la méthode du Dr Buchinger : infusions à volonté le matin, à midi jus de légumes d’après Rudolf BREUSS, et le soir bouillon de légumes . Tous les jours des Sels de Schüssler pour éviter la déminéralisation + randos accompagnées pour éviter la fonte des muscles. Mais on y propose aussi une autre méthode de jeûne : le jeûne « basifiant » ( Basenfasten pour les germanophones). Plus facile pour ceux à qui rien que l’idée de jeûner fait peur.Il s’agit de ne manger que des fruits et des légumes, frais ou cuits. Zéro féculents, zéro céréales. Un ami l’a testé avec succès. Au bout du 3ème jour, plus de tension, un pouls qui se normalise et perte de poids.

    • marlène glaçon dit :

      Bonjour , j’aimerai avoir des précisions sur le jeûne en Forêt Noire , pouvez vous donner des adresses ? Merci
      Marlène62

  6. Gilles de La Buharaye dit :

    j’ai pratiqué la mono diète, cure de raisin pendant plus de 20 ans à l’automne. Entre une semaine et 9 jours chaque année. C’est un parcours étonnant, d’une grande richesse intérieure. Nettoyage du corps et nettoyage de l’esprit.

  7. Kadri dit :

    J’ai souvent entendu les bienfaits du jeûne, mais je n’arrive pas à connaître les contre indications, par exemple si on est presque maigre, problème d’intestins perméables, c’est vrai que cela paraît être une bonne solution quand on ne sait plus quoi avaler sans avoir mal..,

    • Gerrit dit :

      Intestin perméable = risque de maladies auto-immune.
      Solution : Régime du Dr Jean Seignalet : zéro Gluten , zéro caséine et évidemment zéro écart.

  8. MARTIN Bernadette dit :

    Vous avez donnez en France des adresses pour jeûner, mais vous avez oubliez de citer le Réseau très professionnel de Jeûne & Bien-être qui regroupe plus de 20 centres en France, mais aussi au Maroc et prochainement en Suisse.
    Je trouve qu’il serait normal de donner une information complète et de ne pas passer à coté de ce groupe Jeûne & Bien-êtrequi font d’excellent stage de très bonne qualité.

  9. Hélène Chelmis dit :

    Bonsoir et merci de votre article sur le jeûne, je trouve très intéressant. Je voudrais faire une remarque: le centre Buchinger près du lac de Costance n’est pas celui que le Dr Buchinger a créé. L’original se trouve près de Hanovre. Je crois que ça vaut la peine de le mentionner!! Merci

  10. BENIA dit :

    Bonjour,
    Le jeûne est un des piliers de l’Islam. Ce que vous écrivez, à juste titre, est bien connu depuis 14 siècles !!!. ce qui est navrant c’est que vous en faites pas référence dans aucun de vos écrits. ?? moi même je pratique le jeûne et, étant hypertendu, ma tension baisse de façon significative tout comme mon rythme cardiaque…

  11. Philippe dit :

    Bénia , dans l’hindouisme le jeûne est connu depuis au moins 24 siècles!!!! Pas de référence…. Mais franchement on s’en fou ! L’important c’est je jeûne peu importe qui en a parlé le 1 er……. Il faut rester dans le présent , et pratiquer !!!

  12. Bryet dit :

    bonjour, je suis atteint de sclérose en plaques récurrente rémittente deouis 2013 souvent je vois des articles sur ks bienfaits du jeune…comme par exemple que trois jours de jeune permettaient de renouveler entièrement le système….le remettre en bon état que pensez -vous de cela? la clerose en plaques étant une maladie auto immune…un renouvellement complet de mon système immunitaire..pourrait théoriquement me guérir de ma sclérose en plaques?…je pense néanmoins qu’il ne faut pas « s’amuser » a jeûner seul et qu’il faille etre entouré dans un cadr médical? pour jeuner 3 jours consécutifs qu’en pnsez vous?
    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.