Groupe de travail – Phytothérapie

Le nombre d’autorisation de médicaments à base de plantes diminue en France. Il est aujourd’hui très difficile pour un médecin phytothérapeute de soigner ses patients sans être hors la loi. Or, ce n’est pas le cas dans d’autres pays, y compris des pays de l’UE qui dépendent des mêmes législations européennes.

Ce constat inquiétant a conduit l’IPSN à créer un groupe de travail sur la phytothérapie clinique.

Avant de monter au créneau, et d’interpeller les pouvoirs publics, nous avons décidé d’analyser la situation en rassemblant des experts dans ce domaine.

Membres du Groupe de travail :

– Docteur Bérengère Arnal

– Monsieur Jean François Astier

– Monsieur  Jean-Dominique Beaujaud

– Docteur Bruno Dal Gobba

– Docteur Pierre Lapraz

– Monsieur Michel Pierre

– Monsieur Jacques Vernin

– Augustin de Livois

– Docteur. Victor Larger

Responsable du groupe de travail : Docteur Desgranges

 Coordinateur du groupe de travail : Augustin de Livois

1e réunion 21 décembre 2012

2e réunion 31 Janvier 2013

3e Réunion 21 Mars 2013

4e Réunion 2 Mai 2013

Si vous souhaitez nous rejoindre, ou contribuer au travaux du groupe de travail, n’héistez pas à nous contact à l’adresse mail suivante : contact@ipsn.eu

 

 

 

 


38 réponses à “Groupe de travail – Phytothérapie”

  1. mancip annie dit :

    nous sommes en République!! je me demande de quel droit on nous imposerait une certaine médecine plutôt qu’une notre ??

  2. Cher équipe,

    Voici, le résumé d’une livre que j’ai envoyé chez l’Harmattan.

    Université de Strasbourg
    Tél 03 88 34 03 33

    José Maria Tavares de Andrade

    Plantes Médicinales & Complexité

    Sommaire

    Présentation

    1. La nature des hommes

    2. Plantes médicinales, ressource en santé – Pernambouc/ Paraíba (Brésil)

    3. Phytothérapie, connaissance et service publique

    4. De l’ethnobotanique à la complexité phytothérapique

    5. De la culture phytothérapique

    6. Anthropologie du monde des plantes

    7. Du savoir traditionnel au savoir scientifique sur les plantes
    dans le savoir-faire sur les plantes

    8. L’expérience mexicaine d’études intégrées des plantes

    9. La médecine traditionnelle et les politiques publiques en Amérique latine

    Notes

    Présentation

    Les plantes médicinales représentent sur la planète la locomotive de la Médecine Traditionnelle (MT). C’est là le terme officiel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mais nous la connaissons tous comme la Médecine domestique et populaire, ou encore naturelle, alternative ou complémentaire. C’est dans le contexte de cette MT que nous trouvons surtout la Phytothérapie, car les plantes médicinales sont un héritage universel et l’un des plus anciens de l’humanité.
    Le titre de ce livre écrit d’abord en brésilien énumère trois mots clé – Plantes, remèdes Amérique latine – mais il peut être lu dans la perspective de l’altermondialisation et de la souveraineté agricole, sans parler de la sécurité alimentaire, comme un appel impératif : cultivez et préservez notre nature ! Et à propos de la pionnière rencontre d’herboristes populaires (Chapitre I) on a affirmé : Nous avons rencontré la nature, qui est aussi notre propre nature !
    La MT est le grand patrimoine de l’Humanité qui se présente toujours en accord avec les contextes écologiques divers et dynamiques qui constituent en même temps des contextes culturels – ce que nous appelons la diversité bio-culturelle.
    Nous sommes partis d’un point de vue interdisciplinaire pour reconnaître la complexité de l’usage des plantes médicinales qui font partie des ressources aussi bien naturelles qu’humaines ou culturelles. On s’écarte ainsi de la conception réductionniste qui ne voit dans les plantes qu’un élément du milieu ambiant ou encore qu’un élément de divers groupes culturels.
    Ce livre prétend retracer les étapes de la lutte de la Société civile brésilienne (et de toute l’Amérique latine) dont les ONG frappaient à la porte des gouvernements. Ainsi il revient sur les étapes de la mobilisation individuelle et collective, à la façon du Movimento Popular de Saúde (Mouvement Populaire de Santé), de la Fitoterapia em Serviço Público (Phytothérapie dans le Service Public) et des Agentes Populares de Saúde (Agents Populaires de Santé), dans une conjonction qui a réalisé deux Séminaires Latino-américains de Médecine Traditionnelle (SemLA-MT) dans les systèmes formels de santé : Pérou (1988) et Saint-Domingue (1992).
    Les neuf chapitres du présent ouvrage reprennent une action citoyenne vouée à la recherche, à l’extension et à l’enseignement universitaire. Cette nouvelle Anthropologie complexe appliquée à la Phytothérapie fonde et brandit la bannière des plantes médicinales au Brésil et en Amérique latine, comme le disait le Prof. F. J. de Abreu Matos dans la Préface de l’ouvrage officiel A Fitoterapia no SUS e o Programa de Pesquisas de Plantas Medicinais da Central de Medicamentos. (La Phytothérapie dans le Service Unique de Santé et le Programme de Recherches de Plantes Médicinales de la Centrale de Médicaments) (Ministère de la Santé, Brasilia, 2006, p.7) : C’est l’occasion de la renaissance du processus de fusion du savoir populaire et du savoir technique.
    Avec la politique Nationale des Pratiques Intégratives et Complémentaires, c’est maintenant au tour du Brésil d’assumer sa vocation et d’accueillir le IIISem LA-MT.

  3. VITART dit :

    Ancien agriculteur spécialisé sans la production de plantes médicinales (sèches ou fraîches), j’ai accumulé un savoir sue les simples que j’applique pour ma propre santé. Mon médecin (homéopathe) me prescrit depuis des années de la teinture mère de « viscum album » qui régularise ma tension… Par exemple. Depuis ces dernières lois, je ne trouve plus cette teinture mère en pharmacie…
    Faudra-t-il qu j’aille m’approvisionner en Suisse, ou que je fasse moi-même mes teintures mères ?

  4. Comme beaucoup d’entre nous, j’ai découvert les médecines douces et la phytothérapie suite à de nombreuses déceptions avec le corps médical classique, y compris ses spécialistes. Je n’ai pas à le regretter et pourrais même les remercier tant leur insuffisance (ou leur suffisance liée à leur sentiment de pouvoir sur leur patient)a été à l’origine de mes recherches « ailleurs ».
    Savez-vous que, dans la même « chasse aux sorcières », la fasciathérapie a été identifiée comme étant à risque de dérive sectaire, donc fichée à la Mivilud. Conséquence : les kiné-fasciathérapeutes ont l’interdiction par l’Ordre des kinés, d’exercer les 2 compétences, et doivent choisir. Mon mari a de très bons résultats sur des pathologies où la médecine échoue……, et son agenda est plein à 4 mois !
    Je n’ai pas le temps de militer à vos côtés, déjà très engagée sur le social alternatif. Mais je vous soutiendrai par le biais des pétitions, et s’il le fallait, par des témoignages concrets.
    D’ailleurs, pour moi les différents médecines ne sont pas opposées, elles peuvent se compléter et s’associer si nécessaire.
    Dommage pour le patient qu’il y ait tentative de négation de l’une par l’autre. S’il m’arrive d’avoir recours aux techniques médicamenteuses classiques, c’est toujours en concertation ou au su de mon médecin phytothérapeute.
    Cordialement, Claire F.R.

  5. En tombant d’une échelle, sur une racine, je me suis fracturé la 1e dorsale. J’ai refusé le corset et, tout en restant allongé, j’ai pis de la « grande consoude » sous forme de teinture-mère, puis QI GONG en douceur. Depuis bientôt 3 ans, je ne ressens plus de gêne, malgré mes 79 ans.

  6. Je suis agé d 88 ans et depuis que j’ai commencé un regime gluten-free je ne ressens plus de peines, genre artrose etc.
    J’ai débutéce regime il y a 2 ans. Je mange beaucoup de fruits, avocat/bananes/mures/pommes mais plus de pain ordinaire.
    Le pain quotidien est remplaçé par du pain « gluten free  »
    Je mange chaque matin une asiette de flocons d’avoine avec des noix et un fruit.
    Je me trouve en bonne santé et j’espère continuer.

    • Votre remarque est exacte; » Je mange chaque matin une assiete
      de flocons d’avoine » veullez lire: « UNE ASSIETTE DE FLOCONS DE MAIS » prepare avec une tasse de lait YOGHA avec des noix, separement je mange un fruit; pomme/banane/avocat.
      Je m’en trouve très bien et je peu le conseiller.

  7. savonette dit :

    allergique à beaucoup de médicaments allopathiques (antibiotiques, levothyrox …) et autres choses (soleil..) j’ai eu, par chance, recours à:l’homéopathie, phyto, aromathérapie et autres médecines douces ou naturelles , je n’ai pu que constater leurs bienfaits et efficacité. quel dommage de proscrire la phytothérapie, qui certe n’est pas toujours sans danger et doit être conseillée par un médecin ou herboriste, mais à mon sens bien moins nocive que la médecine dite traditionnelle.
    Il y en a vraiment assez de ces lobby qui font pression sur les politiques censés nous représenter et qui souvent ne semblent pas y comprendre grand chose.

  8. Victor Ange dit :

    Je loue votre combat et vous soutiens depuis le Bénin en Afrique. En 1997, j’ai eu la fièvre thyphoide. Le docteur m’a prescrit en overdose et par erreur un médicament contre l’infection urinaire. Ce qui a entrainé une dégénerescence totale (diarhées, fourmillement, urine noire, amaigrissement, etc) Seules les plantes m’ont sauvé après 6 moi de traitement. Depuis, je deteste l’hopital. la mort de mon père du tancer de la prostate m’a forcé à devenir l’ami des vieux guérisseurs qui m’ont beaucoup formé. J’avoue que ce sont des simples plantes qui guérissent. Ici, le remède est à coté du mal. Nous avons ici une plante qui à elle seule guérit de la tension artérielle, du diabète, de l’hépatite, des maladies cardio vasculaires en agissant sur le foie, labo du corps humain. Ces maladies échappent totalement à la médecine des machines et des blouses blanches.
    Etant du développement humain durable, je suis porté à vous inviter à venir aux pratiques de nos ancetres dans une démarche encadrée. Toutes les controverses sur la medecine naturelle sont revelateur de ce que vos pays sont à polémiques, les neurones mis sans cesse à rudes épreuves, sans pragmatisme, sans proactivité.
    Salutations de mon Club 100ANS-EN-SANTE

  9. Entrée dans une herboristerie (il en reste) j’ai acheté du thé au jasmin. Le thé d’un côté et le jasmin de l’autre, bien sûr : le pharmacien (diplômé et recyclé en l’occurence) n’a pas le droit de faire de mélanges !!!!!!!!!!
    En réponse à mes questions sur les nouvelles règlementations concernant la phytothérapie il m’a précisé qu’il avait eu la visite de la répression des fraudes. Ayant affiché dans sa boutique la notice d’un dentifrice, il s’est vu dans l’obligation de raccourcir et découper la dite notice sous prétexte qu’elle vantait les propriétés d’une plante qui entrait dans la composition du dentifrice !!!!!!!!!!!!

    Faut-il envisager une révolution contre non plus les dictatures politiques mais les dictatures économiques ?????????????

    Avec tout mon soutien et mes félicitations pour résister contre la bêtise…et/ou le profit.

    Aude

  10. Mammoune dit :

    Bjr à vous,

    Moi ausssi,je pratique le régime sans gluten et sans maîs au possible mais vous dites prendre des flocons d’avoine au ptit déj mais il me semble que l’avoine contient du gluten ????

  11. Xavier Richez dit :

    Les bienfaits des plantes ne sont plus à prouver… de nombreux médicaments proviennent d’ailleurs d’extraits de plantes !
    Les laboratoires puisent dans les savoirs ancestraux de toutes les cultures… puis déposent des brevets et industrialisent « leur » molécule miracle. Mais bien sûr, une fois le brevet déposé, les savoirs traditionnels ne doivent plus faire concurrence à leur produit !!!

  12. debecker dit :

    comme la plupart d’entre vous je ne trouve plus ma TM dans les pharmacie (accorus calamus) c’était vraiment le seul médicament donnant des résultats bénéfiques sur mes brulures d’estomac !
    comment se procurer des adresses de pharmaciens en belgique ou en
    Suisse qui expédiraient ttes ces potions désormais interdites ?
    merci

  13. Je viens de soigner une toux coriace, qui s’éternisait depuis un mois, grâce à la tisane de buis (50 g de feuilles fraîches -assez long à récolter- pour un litre d’eau bouillante, puis laisser bouillir doucement pendant 10 à 15 mn, et en boire et se gargariser avec tout au long de la journée). Ceci, après avoir pris un antibiotique préventif (!) et un anti-inflammatoire, lequel avait certes supprimé les sensations de brûlure de la toux, mais sans doute aussi diminué mes mécanismes de défense. D’où cette toux qui ne voulait plus s’en aller… Il me reste actuellement un chat dans la gorge…
    PS : si j’avais eu du sureau noir, j’en aurais pris en alternance avec le buis, suivant ainsi les conseils de Raymond Dextreit, mais je n’en avais pas.

  14. Germanier Christian dit :

    Incroyable d’éliminer les choses qui fonctionnent réellement et qui sont moins nocif que les médicaments de synthèse!
    Que ce soient directement les plantes (tisanes) ainsi que les huiles essentielles, qui sont prouvées depuis des millénaire, faut arrêter de toujours imposer des choix qui sont juste commerciaux!
    Laissons ce choix aux personnes!
    La médecine allopathique de toute façon soigne de façon superficielle, mais pas au coeur du problème!
    La plupart des médicaments ont de effets secondaire qui sont pas négligeables!
    Ont devrait plutôt reprendre ce que certaines ethnies faisaient pour soigner les malades de manière durable, simplement les indiens qui considéraient les patients comme des gens uniques et dans son intégralité.
    Alors stop, et laissons les gens si ils veulent se soigner avec les plantes, le faire!
    A méditer au plus profond de l’humanité!

  15. Gluten-free; je me suis détecté une intolérance au gluten car les résultats sont probants, au bout d’un an, plus de grippe cet hiver, sans vaccin, de tendinite, d’hèrpès labiale fort gênant, reflu gastrique, brulure d’estomac récurent et tendance à l’oedème au genoux et pour finir, en encouragement ressort d’énergie le matin, meilleure puissance à l’effort sportif et récupération améliorée. Perte de 6 Kg en 1 mois et ventre plus plat. A ces résultats, je me suis rapproché de l’association des intolérents au gluten,(AFDIAG) et me suis rendu compte que je suis loin d’être un cas isolé. Il est aisé contrairement à ce que l’on pense, de pouvoir se passer par une alimentation équilibré du gluten sans dépenser plus. S’implement se passer des plats préparés et discipline régulière sans tentation gastronomique excessive. Un bonheur de bien être salutaire. Jacques RAUSSIN

  16. à quel lien pouvons-nous trouver la pétition la plus pertinente pour le maintien des droits de/à la phytothérapie ? En vous remerciant pour votre éclairage. C.S.

  17. Laurence T dit :

    Bonjour,
    Encore une atteinte à la liberté individuelle, au profit des laboratoires. J’espère que ce groupe de travail trouvera des arguments pour revenir à de meilleures décisions, je suis prête aussi a offrir mon soutien par le biais de pétitions ou autres actions locales.

  18. Il semble que la gangrène de l’argent gagne de plus en plus de terrain. Il faut que l’on résiste d’une part pour les générations futures et d’autre part en hommage à nos ancêtres qui nous ont transmis ces connaissances et surtout ces pratiques.
    Dans les temps les plus reculés, comment on fait nos aïeux pour se soigner. Tous les médicaments et les médecins dont on dispose aujourd’hui n’existaient pas. Et pourtant, ils ont vécu de grands âges et j’en veux pour preuve ma grand-mère qui a quitté ce monde à 96 ans et qui a du voir son médecin une dizaine de fois dans sa fin de vie. Elle ne soignait qu’avec des plantes de son jardin. Merci à vous pour ces actions, je vous soutiens.

  19. LEICEAGA dit :

    Lu dans Nice Matin du 21/02 un article de 2 pages sur le vol des plantes dans la campagne des Alpes Maritimes dont l’euphorbe épineuse, la camomille, etc…ramassées par des clandestins puis vendus à des laboratoires en Italie !!!!

  20. Bonjour
    Moi aussi je suis intolérente au gluten et aussi au lactose – depuis que j’ai supprimé tout ce qui en contient je me sens beaucoup mieux et je n’ai plus mal au ventre – avant j’avais des ballonnements maintenant j’ai un ventre beaucoup plus plat – je trouve honteux que l’on nous impose des médicaments toxiques alors qu’il y a des choses naturelles qui soignent plein de maladie : l’aloé vera, le pollen, le miel et la cannelle…

  21. Bonnin Maguy dit :

    Je soutiens votre demarche et suis prete a signer les petitions.Depuis 3 ans je prends de la levure de riz rouge pour diminuer le ch olesterol . Les resultats de prise de sang parlent d’eux meme.J’en ai parle au cardiologue qui s’est rendu à l’evidence;il m’avait prescrit du crestor!!!

  22. hurpy dit :

    je poursuis mon témoignage car il y a eu un problème, je reprends donc à un orl qui me fait un bilan (témoignage de hurpy du 23 fevrier).
    ce bilan est impeccable, je suis donc dirigée vers un neurologue, le bilan est impeccable mais il me prescrit un antihypertenseur.
    en moins d’une semaine, je ressens des douleurs dans le poignet, puis je commence à avoir du mal à marcher tant je souffre de nouvelles douleurs à ma hanche,
    la troisième nuit, je suis réveillée par des brulures aux muscles des cuisses.
    je décide d’arreter le traitement,je revois le neurologue qui me soutient dans ma logique de chercher la cause à effet.
    je précise aussi que durant mes vertiges (sans la teinture mère), j’ai passé un scanner (rien dessus) puis une irm (trois points blancs dessus!) le neurologue m’a dit « sérieux » il faut surveiller ».
    Je dois voir un cardiologue semaine prochaine pour une mapa.
    voilà mon histoire mais le plus surprenant, c’est qu’avec un tensio, je prends ma tension plusieurs par jour et je suis très très bien régulée!!!
    alors, une panoplie d’examens qui coutent une fortune à la sécu, alors qu’une teinture mère à bas prix me convenait parfaitement.
    Nous n’avons plus confiance dans le système, il faut savoir écouter autour de nous, les gens ne sont pas idiots et tout se communique.
    je suis très déçue une fois de plus par cette médecine allopathique.
    j’ai subi un effet indésirable de l’antihypertenseur qui aurait pu m’obliger à prendre en plus un anti douleur contre celui ci et l’engrenage était en route sachant que j’ai 56 ans, c’est le virage ou il faut justement faire attention (mammo, ths, colon, etc..une panoplie d’examens ou de toute façon on arrivera à trouver quelquechose)je décide donc de suivre mes idées à savoir que les plantes sont ancestrales, ont fait leurs preuves et que je viens encore d’en avoir LA PREUVE.
    L’internet est un outil révolutionnaire pour compléter notre savoir,il faut consulter les bons sites et croyez moi que l’on peut en apprendre à chaque page (par ex: le site du dr marc girard,il suffit de voir son cv pour comprendre à qui on a à faire), idem pour bernard junot…
    lire tous les livres de Marc Girard, nicole Delépine, michel de lorgeril, laurent hervieux, jean briffaut, françoise cambeyrac, etc…. on en apprend des choses.
    Il faut vraiment réagir, nous avons tous une descendance et nous n’avons pas le droit de les laisser se détruire.

  23. Aurore dit :

    Je suis pharmacien et je m’intéresse depuis plus de 10 ans à la phytothérapie .
    Je pense que nous devrions arriver à soigner en France en utilisant d

  24. Elisa Blasco dit :

    Je suis un professionnel de la phytothérapie et ici (Espagne) je travaille avec peur. D’une part, je soigne beaucoup de maladies de la peau et les patients que je soigne guérissent vite, bien et sans les effects secondaires des produits chimiques….. mais je sais qu’un jour j’aurais des ennuis avec la « justice »…. c’est terrible de travailler ainsi….

    • Je viens de déménager en Espagne et je voudrais savoir où je peux trouver un professionnel de la phytothérapie. J’habite sur la Costa Blanca, si vous pouvez me renseigner quelqu’un cela ferait mon bonheur car je me soigne depuis plus de 30 ans ainsi et j’en suis ravie!
      D’avance un tout grand merci.

  25. Annie dit :

    cela fait des années que je me soigne avec des médicaments et aujourd’hui mon foie ne suit plus, mes plaquettes sont en baissent et je n’ai pas assez de globules blancs ainsi que des douleurs musculaires tout ceci pour me soigner sans disant, le médicament vous soigne d’un côté et vous détruit ailleurs je suis pour la phytothérapie

  26. Quand je suis rentrée grippée, il y a 30 ans, de la maternité le médecin allopathe voulait me soigner aux antibiotiques et m’interdisait d’allaiter mon bébé! Je lui ai demandé s’il n’y avait pas d’autres solutions. C’est alors pour la première fois que j’ai entendu parler d’homéopathie. J’ai tout de suite pris contact avec un homéopathe qui m’a soigné et j’ai pu allaiter mon bébé sans problème!!! Depuis lors, j’ai compris l’énorme différence entre les produits chimiques qui soignent et détruisent en même temps et que je me garde d’utiliser! Autour de moi j’en ai fait la publicité et c’est incroyable combien d’amis et connaissances ont suivi le pas et se soignent comme moi grâce aux plantes.
    Ma fille vient d’avoir un bébé à son tour et utilise l’homéopathie pour soulager les gencives de la petite à la percée des dents.
    Micheline Berger

  27. lanier dit :

    Bonjour

    En 2015 quelles sont les avancées de ce groupe de réflexion et
    de défense de la phyto en France ?
    les échanges et témoignages ne sont disponibles que jusqu’en aout éà& »
    depuis rien … ?

    cordialement

  28. GALONNIER dit :

    Bonjour,
    J’ai le projet un peu fou de constituer un groupe de personnes désireuses de s’informerer sur les plantes et leurs bienfaits pour se soigner naturellement dans le Tarn. Certaines personnes seraient-elles intéressées ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.