Laits infantiles : les révélations du Professeur Exley à prendre très au sérieux

Chère amie, cher ami,

Protéger nos enfants contre la pollution, c’est important.

Tous les parents, tous les grands-parents veulent donner ce qu’il y a de meilleur à leurs enfants et petits-enfants.

Le meilleur lait, les meilleures couches, un lit douillet, une poussette de compétition, un doudou câlin !

Chacun fait au mieux, selon ses moyens.

L’attention que l’on porte aux tout-petits n’a JAMAIS été aussi grande.

Et pourtant, 32 % des parents (1 ; 2) donnent TOUS les jours, 4 fois par jour, un produit hautement toxique à leurs nourrissons dès les premiers mois de leur vie.

Et au-delà de 6 mois, la très grande majorité donne TOUS les jours, 3 fois par jour, ce même produit toxique à leur bébé.

Ce n’est PAS de leur faute.

Ces parents ignorent totalement que la très grande majorité des laits infantiles contiennent de l’ALUMINIUM.

Lorsqu’ils donnent le biberon à leur tout-petit, ils le nourrissent aussi avec de l’aluminium.

Or le taux d’allaitement est de 68% en France (1) pour les premiers mois de bébé, et tombe à 18% après 6 mois (2).

Cela veut dire que 8 bébés sur 10 sont potentiellement exposés à l’aluminium avant l’âge de 1 an, certains dès leur premier biberon !

En clair, presque TOUS les parents sont concernés. Il faut les prévenir. Il faut les MOBILISER.

Car l’aluminium n’a RIEN à faire dans le corps d’un nourrisson. 

C’est un métal toxique, souvent des années plus tard, partout où il est stocké, les poumons, les os, les reins, les muscles et même le cerveau.

Dans une interview récente (3), Christopher Exley, professeur à l’Université de Keele au Royaume-Uni et expert de l’aluminium, résume la situation ainsi :

“ Les laits maternisés sont très lourdement contaminés à l’aluminium. C’est un énorme scandale ! Ce scandale existe depuis que ces laits maternisés ont été inventés (…).

Nous parlons des êtres les plus faibles de notre société au moment où ils nous rejoignent. Souvent une mère n’a pas le choix. Elle n’arrive pas à allaiter. Ce n’est pas qu’une question de confort.

Les enfants, qui sont les plus vulnérables à la toxicité de l’aluminium, sont les plus directement exposés.”

Le professeur Christopher Exley et son équipe ont publié leur première étude sur les laits infantiles en 2010 dans le Journal “BMC Pédiatrics” (4), une revue scientifique reconnue dans le monde de la pédiatrie.

L’étude portait sur les 15 laits infantiles les plus consommés au Royaume-Uni.

TOUS les laits infantiles, même les laits infantiles bio, étaient contaminés à l’aluminium !

En 2013, une nouvelle étude est publiée. Elle porte, cette fois, sur les 30 laits infantiles les plus consommés au Royaume-Uni.

Voici la conclusion de l’étude (4) :

“Les 30 laits infantiles étaient contaminés avec de l’aluminium. Aucune donnée n’indique que le problème de l’aluminium, souligné lors d’une précédente étude, publiée dans ce journal, n’a été pris en compte”.

Le marché des laits infantiles est réparti entre les mains de quelques géants de l’agro-industrie qui couvrent 80% du marché (5).

Les boîtes distribuées au Royaume-Uni sont remplies, a priori, des mêmes formules que celles distribuées en France et partout en Europe.

Toutefois, l’association 60 millions de consommateurs a voulu vérifier ces données en France.

Elle a étudié 38 laits infantiles de 1er et 2e âge (6).

Résultat :

  • sur les 19 laits de 1er âge, destinés aux nourrissons de moins de 6 mois, 11 sont contaminéssoit 58%.
  • sur les 19 laits de 2e âge pour les bébés de 6 mois à un an, 13 sont contaminés, soit 68%.

La majorité des laits sont contaminés.

D’où vient cet aluminium ?

Il y a trois sources possibles.

  1. L’aluminium serait un ingrédient pour certaines poudres de lait infantile.C’est l’explication proposée par le professeur Exley (7). En effet, l’aluminium est un anti-agglomérant efficace qui permet d’éviter les grumeaux dans les poudres. On s’en sert pour le sel de table par exemple. Les fabricants réfutent cette accusation.
  2. Un transfert de l’aluminium de l’emballage au produit.La plupart des boîtes de poudre de lait infantile sont faites en aluminium. Une réaction chimique imprévue, comme la présence d’une substance acide, peut provoquer un transfert d’aluminium vers des aliments. C’est ce qui se passe si vous mettez au four du saumon en papillote dans du papier d’aluminium avec du citron, par exemple (8).En théorie, les chaînes de production agro-industrielle sont très surveillées. Cela n’évite pas les scandales pour autant. Encore récemment, (9) Lactalis a dû retirer 16 000 boîtes du marché en raison d’une contamination à la salmonelle. L’accident industriel peut toujours arriver. Mais il n’existe pas de données spécifiques sur l’éventuel transfert d’aluminium de la boîte à la poudre de lait.
  3. La présence d’aluminium dans la poudre de lait en raison de la contamination des sols.L’agriculture intensive acidifie les sols. Des sols acides libèrent de l’aluminium. Les plantes qui poussent sur ces sols sont gorgées d’aluminium.Or, les vaches sont nourries d’herbe ou de fourrage. L’essentiel du fourrage est importé de pays comme le Brésil ou l’Argentine. Il s’agit de tournesol, de soja ou de maïs, le plus souvent OGM, produits à partir de sols dénaturés (10,11).Il peut même arriver que des cultures bio soient touchées. Si elles ont reçu des pluies acides par exemple, ou si le terrain sur lequel elles se trouvent est contaminé (12).

Quelle que soit la raison, il ne devrait PAS y avoir d’aluminium dans les laits infantiles.

En réalité, l’aluminium devrait être purement et simplement BANNI des laits infantiles et de TOUS les produits à destination des enfants.

En effet, l’aluminium est un métal hautement toxique, notamment pour le cerveau humain (13).

L’aluminium serait responsable de la maladie d’Alzheimer et de différentes démences (13).

Selon le Pr Christopher Exley :

“Dans une vie d’une durée normale, disons de cent ans, si on ne trouve pas d’aluminium dans les tissus du cerveau, il n’y a aucune raison d’avoir Alzheimer dans les 100 premières années de la vie.” (14)

L’aluminium jouerait également un rôle dans l’autisme.

Une étude récente de mars 2018, publiée dans une grande revue internationale de biologie, démontre que le niveau d’aluminium présent dans le cerveau de patients atteints d’autisme est anormalement élevé (15).

L’aluminium pourrait provoquer des maladies comme :

  • la maladie de Parkinson (16) ;
  • la sclérose latérale amyotrophique (16) ;
  • les troubles neurologiques 16) ;
  • des tumeurs mammaires chez les souris (17) ;
  • les encéphalopathies (17) ;
  • des troubles psychomoteurs (17) ;
  • des atteintes du tissu osseux (17) ;
  • la myofasciite à macrophages (18) ;
  • la maladie de Crohn (19) ;
  • la colopathie fonctionnelle (19).

En vérité, aucun scientifique sérieux ne met en doute la toxicité de l’aluminium qui serait responsable de très nombreux maux, certains n’étant pas encore totalement identifiés.

Pierre Souvet, Président du réseau Santé environnement, qui réunit 2500 médecins français, est encore plus explicite :

“Il n’y a pas d’aluminium dans l’organisme. C’est quelque chose que l’on apporte et qui est toxique, qui provoque plus de 200 perturbations biologiques. Et on en trouve partout. Alerter les populations sur les dangers de l’aluminium ça me paraît important. » (19).

Comment peut-on, en CONSCIENCE, continuer à donner à des bébés du lait en poudre contaminé à l’aluminium après avoir entendu cela ?

Il faut cesser absolument de mettre en contact les bébés avec l’aluminium !

Et cela commence par une disparition TOTALE de l’aluminium dans les laits de bébé !

Il existe aujourd’hui un débat sur la dose exacte à laquelle sont exposés la plupart des êtres humains.

Nous manquons encore de données sur le sujet.

Toutefois, selon Pierre Desreumaux, gastro-entérologogue et chercheur à l’INSERM, cité par le journal Sciences et Avenir (20) :

« La dose recommandée de consommation en aluminium des habitants des pays les plus riches est de 1 milligramme par kilo de poids de corps et par jour (mg/kg/j). Or, 10% au moins de cette population excède les 10 mg par jour ».

Et cela commence dès la plus tendre enfance !

Les enfants en France et en Europe seraient exposés à 1 mg d’aluminium par kg de poids corporel, par semaine, rien qu’avec les laits infantiles (21, 22, 23).

A cela s’ajoute l’aluminium dans les vaccins, c’est-à-dire 3,8 mg d’aluminium, la première année de leur vie (24) et toutes les sources d’intoxication que l’on ne comptabilise pas :

  • l’eau du robinet ;
  • l’alimentation solide que l’on introduit généralement à six mois ;
  • la pollution de l’air dans la maison ou à l’extérieur ;
  • la crème solaire, si vous l’avez protégé ainsi du soleil ;
  • etc.

Les bébés se retrouvent exposés à des seuils d’aluminium supérieurs à ceux que les adultes peuvent tolérer, alors même que :

  • ils sont 10 fois plus petits (5 ou 6 kg contre 60 kg au moins pour les adultes) ;
  • leur corps se défend beaucoup moins bien : chez les bébés, la barrière hémato-encéphalique n’est pas formée. Et c’est elle qui protège votre cerveau des agresseurs extérieurs, comme l’aluminium, qui circulent dans le sang.

Le pire est que ces chiffres sont des moyennes, des estimations.

Chaque bébé, malgré des joues joufflues pour tous, est différent. Chaque système immunitaire en construction, est différent.

Où se situe votre enfant dans les courbes ? En haut ? En bas ? Nul ne le sait.

Est-ce qu’il élimine bien l’aluminium ? Nul ne le sait avant qu’il ne soit trop tard.

Il est donc urgent d’agir.

Car les bébés sont en danger.

N’oubliez pas qu’après quelques mois, 18% des bébés seulement sont encore allaités. TOUS les autres sont nourris au lait infantile. Et la très grande majorité des laits infantiles seraient contaminés à l’aluminium.

Cela veut dire que, potentiellement, 80% des bébés boivent tous les jours de l’aluminium dans leurs biberons.

Cela est totalement inutile et totalement évitable.

Et pour cela, il faut que les industriels s’engagent à ne plus mettre d’aluminium dans le lait infantile.

Cela permettrait de réduire considérablement le risque d’exposition à l’aluminium chez TOUS les bébés.

Aidez-nous à mettre une pression considérable sur les industriels pour qu’ils changent leur mode de production et améliorent leurs contrôles.

Eux-mêmes n’ont aucune envie de passer pour des empoisonneurs.

Seulement, à ce jour, personne n’a pris l’exacte mesure du danger que représente l’aluminium.

Les sources de pollution pour les enfants sont multiples et complexes.

Ce sont :

  • les hydrocarbures ;
  • les particules fines ;
  • les perturbateurs endocriniens ;
  • les additifs et les conservateurs ;
  • les métaux lourds ;
  • etc.

Nous ne parviendrons peut-être pas à toutes les éliminer à court terme.

Mais éviter l’aluminium dans les laits infantiles est POSSIBLE. Cela ne coûte pas grand-chose aux industriels et cela aurait une incidence directe sur la santé de millions d’enfants.

C’est la raison pour laquelle, je vous demande de signer notre grande pétition contre l’aluminium dans le lait pour bébé.

Nous devons créer un grand mouvement citoyen, capable de faire le contrepoids face aux pratiques industrielles inconscientes.

Pour l’industrie, chaque signature représente un, voire plusieurs consommateurs potentiels.

Si nous sommes des dizaines, voire des centaines de milliers, nous représenterons des pans entiers du “marché” de l’agro-industrie.

Ni le gouvernement, ni les industriels n’auront alors envie de prendre le risque de passer pour des criminels, cautionnant le déploiement sur le marché de produits contaminés pour les petits enfants.

Vous leur aurez donné ENVIE d’agir.

Rappelez-vous de ce qui s’est passé pour le Glyphosate.

Il a été montré du doigt par des scientifiques courageux qui ont été sévèrement critiqués à l’époque (25).

Depuis, cette molécule a été interdite dans les jardins publics et pour les particuliers. (26)

Il a fallu pour cela une simple proposition de loi déposée par le sénateur Joël Labbé (27).

L’interdiction devrait être étendue à l’agriculture en 2021 (28).

Cette victoire a été celle d’une poignée de scientifique et d’une opinion publique mobilisée.

Ce que VOUS avez obtenu par votre mobilisation pour le glyphosate, vous pouvez l’obtenir pour l’Aluminium.

Et c’est LE moment de le faire.

D’ici quelques semaines, le Conseil d’Etat, que nous avons saisi avec 3000 citoyens, doit donner sa position sur l’aluminium présent dans les vaccins obligatoires.

Dans quelques mois, les élections européennes auront lieu.

C’est le moment d’accentuer la pression sur les responsables politiques et les pouvoirs publics.

C’est le moment de montrer aux autorités que vous n’êtes pas disposés à laisser empoisonner vos enfants ou vos petits-enfants.

Nous devons monter au créneau et formuler de manière directe et ferme cette demande légitime : nous ne voulons plus d’aluminium dans le lait de bébé !

Signez et faites signer notre grande pétition en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Je signe la pétition

N’hésitez pas à transmettre ce message à vos proches, vos amis, vos voisins. C’est la meilleure manière de faire connaître ce scandale, ignoré depuis trop longtemps.

Votre geste pourrait bien permettre d’améliorer la santé de nombreux enfants.

Faites-le pour eux.

Les petits bébés représentent l’avenir de l’humanité. C’est eux qui devront relever les défis que leurs aînés n’auront pas sur gérer.

Ils ont besoin de toute leur énergie, de toutes leurs forces.

Une simple petite mesure peut améliorer considérablement leur santé.

Aidez-nous à l’obtenir.

Signez notre grande pétition et faites-la signer autour de vous.

Je signe la pétition

Un immense merci pour les bébés, leurs familles, leurs parents et leurs grands-parents !

Augustin de Livois

 

Références :

  1. https://www.lllfrance.org/vous-informer/actualites/1825-les-derniers-chiffres-de-l-allaitement-en-france
  2. https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er958.pdf
  3. https://www.ipsn.eu/les-dangers-de-laluminium-expliques-par-le-pr-exley-interview-filmee/
  4. https://bmcpediatr.biomedcentral.com/articles/10.1186/1471-2431-13-162
  5. Site Internet docplayer.fr – Étude de marché Les poudres de lait
  6. Site Internet 60 millions de consommateurs – Trop d’aluminium dans les laits pour bébés
  7. Site Internet – Sante-nutrition.org- De l’aluminium dans le lait des bébés
  8. L’aluminium notre poison quotidien, Dr Pierre Souvet, reportage de France télévisions : https://www.youtube.com/watch?v=Iu18r7x52is 
  9. Site Internet Parents.fr- Lait infantile : Lactalis rappelle des boîtes de lait Picot
  10. Site Internet Agri-mutuel.com – Des OGM interdits et dangereux disséminés dans des aliments pour bétail
  11. http://www.resogm.org/IMG/pdf/RAPPORT_SOJA_BD_1.pdf
  12. https://www.ipsn.eu/les-dangers-de-laluminium-expliques-par-le-pr-exley-interview-filmee/
  13. Site Internet Academic.oup.com- Relation between Aluminum Concentrations in Drinking Water and Alzheimer’s Disease: An 8-year Follow-up Study
  14. https://www.ipsn.eu/les-dangers-de-laluminium-expliques-par-le-pr-exley-interview-filmee/
  15. Site Internet sciencedirect.com – Aluminium in brain tissue in autism
  16. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2819810/
  17. Site Internet Futura-sciences.com- Les dangers de l’aluminium
  18. Dr Romain Gherardi, Toxic Story, Actes Sud, 2016
  19. Site Internet Sciencesetavenir.fr – Alerte à la toxicité de l’aluminium
  20. L’aluminium notre poison quotidien, Dr Pierre Souvet, reportage de France télévisions : https://www.youtube.com/watch?v=Iu18r7x52is 
  21. https://www.anses.fr/fr/system/files/RCCP2008sa0196.pdf
  22. Site Internet Agro-media.fr – L’aluminium intoxique nos aliments
  23. https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2008.754(voir la page 4)
  24. Chiffres officiels du Ministère de la Santé 2019.
  25. Site Internet Reporterre.net – À nouveau attaqué, le professeur Séralini répond à ses détracteurs
  26. Site Internet Gerbeaud.com – Interdiction totale des pesticides dans les jardins en 2019
  27. Site Internet – joellabbe.fr – Adieu les pesticides chimiques dans les rayons !
  28. Site internet Terre-net.fr – Une impasse pour l’agriculture de conservation des sols

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.