L’aluminium, un métal toxique à l’extraction douteuse !

Chère amie, cher ami,

L’aluminium est un métal toxique. Cela a été démontré à différentes reprises dans des circonstances différentes, ainsi que je l’ai expliqué dans une lettre récente.

Ainsi, l’intoxication de l’eau potable au sulfate d’aluminium, dans le village de Camelford (Royaume Uni) en 1988, a créé des troubles neurologiques importants chez certaines personnes. Ces dernières en sont même décédées au fil du temps. L’analyse des tissus du cerveau de certains patients, réalisé par le Pr Christopher Exley de l’Université de Keele a révélé des taux d’aluminium extrêmement élevés.

La présence d’aluminium dans les eaux des appareils de dialyse d’insuffisants rénaux a créé de nombreuses démences dans les années 70. En supprimant, l’aluminium de l’eau utilisée, les médecins ont supprimé ces effets secondaires.

L’utilisation à long terme de médicaments contre les maux d’estomac contenant de l’aluminium crée des démences chez les patients.

En clair, l’aluminium est un poison qui rend fou. S’il s’aventure dans le cerveau, il peut créer des lésions irréversibles.

Pour autant, avant de trouver le chemin de nos assiettes, de nos médicaments ou de nos vaccins, l’aluminium a déjà une vie de destructeur derrière lui.

Un métal piégé par la nature

L’aluminium est le métal le plus répandu sur terre. C’est l’un des constituants principaux de la croûte terrestre (8%), avec l’oxygène (46%) et le silicium (27%). (1)

La croûte terrestre est pour l’essentiel constituée d’aluminium, d’oxygène et de silicone.

Mais l’aluminium est piégé. Il est présent dans les roches qui constituent le plateau continental de la planète comme le granite, le grès ou le schiste. Mais sous cette forme, il est très difficile à extraire et la concentration d’aluminium est faible.

Les industriels préfèrent le prélever à partir d’un minéral riche, très riche en aluminium : la bauxite. Ce minerai contient 30 à 60% d’aluminium selon les mines.

Mais si ce métal est piégé, ce n’est pas pour rien.

En effet, il ne présente aucune utilité pour les organismes vivants, pour lesquels il peut, par ailleurs, être très toxique.

C’est l’une des différences majeures entre l’aluminium et d’autres métaux qui sont toxiques en excès mais utiles, voire essentiel à doses adaptées. C’est le cas du cuivre, du fer ou du zinc par exemple.

Une industrie qui détruit des écosystèmes

C’est en France que le premier site industriel a été créé, en 1860, à Salindres dans le Gard où pendant 30 ans, il y eut la seule usine de production d’aluminium au monde. (2)

Aujourd’hui, les sites se trouvent plutôt en Australie, en Chine, au Brésil ou en Indonésie. La Guinée est, par ailleurs, le pays où se trouve les plus grandes réserves connues de bauxite dans le monde.

D’ici quelques années, ce pays où de grandes firmes de l’aluminium ont investi, devrait devenir l’un des plus grands producteurs du monde d’aluminium. (3)

Est-ce une bonne nouvelle pour ce pays ? A court terme peut-être. A plus long terme, cela reste à voir.

50% des sites se trouvent au milieu de la forêt tropicale. Le minerai y est quasiment à la surface de la terre. On défriche la forêt, on creuse la couche d’humus et on trouve la bauxite à quelques mètres de profondeur.

De vastes campagnes de déforestation sont entreprises pour assurer l’exploitation de la bauxite.

Cela a été le cas par exemple à Porto Trombetas au Brésil où se trouve l’une des plus grandes mines de bauxite au monde. (5)

Les groupes industriels qui exploitent ce site ont replanté des forêts en compensation des espaces déforestés. Mais la réplique humaine de la forêt tropicale est beaucoup moins riche en biodiversité.

Même lorsqu’ils sont de bonne foi et consciencieux, les industriels de l’aluminium causent un préjudice considérable aux écosystèmes sur lesquels ils installent leurs sites d’extraction : déforestation, poussières industrielles etc.

Et si la raffinerie se trouve dans les parages, c’est le pompon ! Je vais y venir.

Comment obtient-on de l’aluminium ?

Extraire la bauxite n’est que le début du processus. Il faut ensuite la raffiner pour obtenir l’aluminium. Aujourd’hui, la plupart des raffineries utilisent le procédé Bayer. (4)

L’opération se fait en plusieurs étapes. On concasse la bauxite, on la lave dans de la soude caustique (hydroxyde de sodium) dans une température de 270 °C. On filtre.

On obtient alors une poudre blanche. C’est de l’hydroxyde d’aluminium. (Al(0H)3). C’est lui que l’on utilise comme adjuvant dans les vaccins, ingrédient dans les pâtisseries industrielles ou encore dans les déodorants, les cosmétiques et les médicaments.

La poudre blanche est chauffée à plus de 1000 °C dans un four à calcination. On obtient alors de l’oxyde d’aluminium, une autre poudre blanche, plus fine. On la fait fondre par électrolyse pour produire de l’alumine, transformée à son tour, en produits semi-finis : plaques, barres ou lingots d’aluminium. Ces derniers sont expédiés dans le monde entier vers des usines de transformation.

Le raffinage de la bauxite : une opération au coût sanitaire élevé

La soude caustique a permis de séparer l’hydroxyde d’aluminium des autres éléments contenus dans la bauxite, qui sont évacués sous la forme d’une boue rouge corrosive.

Cette boue contient :

  • Des oxydes de fer qui lui donnent sa couleur caractéristique,
  • Du mercure,
  • De l’arsenic,
  • D’autres métaux toxiques
  • Et évidemment les résidus de soude caustique…

La boue rouge est stockée dans des bassins prévus pour accueillir tous ces éléments. On laisse l’eau s’évaporer avant de dépolluer les sites et de les réaménager.

C’est en tout cas ce qui se passe lorsque tout est sous contrôle par le groupe industriel exploitant la raffinerie.

Ces boues sont dangereuses. Des « incidents » sanitaires ou écologiques peuvent arriver.

Ainsi en octobre 2010, près de la ville d’Ajka, en Hongrie, une série de villages proches d’un bassin de stockage d’une raffinerie de bauxite a été inondée par 700 000 m3 de boue rouge liquide et caustique. 9 personnes sont mortes. 120 personnes ont été gravement brûlées.

Pour tenter de comprendre la vision d’horreur qu’ont eu ces villageois, il faut se représenter une crue dévastatrice de boues rouges chargées de soude caustique. Ceux qui ont été emportés ont été noyés et brûlés en même temps. Ceux qui sont allés aider leur proches et ont mis les pieds dans l’eau ont été sévèrement brûlés aux jambes.

A ce moment-là, ils ont compris à quel point ces eaux été dangereuses. Mais personne ne les avait réellement mis en garde auparavant.

Vous me direz, qu’ils auraient pu s’en douter. Mais nous sommes tous pareils, nous ne nous inquiétons réellement des dangers qui nous entourent que lorsque nous en voyons directement les conséquences. Et la vigilance des villageois avait été endormie par les promesses d’emplois et d’amélioration économique liés à l’installation du site Industriel.

Une partie des villages a été rasée après l’inondation. Les populations ont été traumatisées.

Un procès est en cours pour évaluer les responsabilités politiques et juridiques dans la catastrophe. Une enquête de l’OMS est censée être en cours également pour évaluer les dégâts sanitaires chez les habitants.

Comme toujours, il est facile de constater les pertes immédiates mais comme pour l’événement de Camelford (eaux intoxiquées à l’aluminium), il faudra du temps pour évaluer l’étendue réelle des atteintes à la santé des personnes.

Au Brésil, la population de Barcarena où est raffinée la bauxite de Porto Trombetas paye au prix fort cette installation industrielle (5) :

De la poudre d’aluminium, portée par les vents contamine les fleuves d’eau douces, ce qui tue les poissons et rend malades les habitants des villages voisins. Les enfants ont la peau brûlée, les femmes font davantage de fausses couches, les cas de morts prématurées et inexpliquées augmentent.

Les salariés de la raffinerie développent des maladies chroniques parce qu’ils sont exposés à de nombreux produits chimiques, à commencer par la soude caustique. Ils ont des brûlures, des troubles du sommeil, des problèmes de peau…

Le site lui-même est pollué. L’énorme bassin de stockage des boues rouges demeure une menace permanente pour les habitants et les écosystèmes locaux.

En France, l’affaire des boues rouges rejetées dans les calanques, le fameux ensemble de criques naturelles qui jouxtent Marseille, a fait scandale.

Pendant des décennies les boues toxiques ont été acheminées dans la méditerranée via un canal. 30 millions de tonnes de déchets se sont accumulés dans le fond de la mer.

En 2016, les autorités ont réagi à la suite de différents reportages télévisés. Il existe désormais un bassin de stockage près de Gardanne qui recueille les produits toxiques.

Le problème n’est pas résolu pour autant : depuis que les populations savent que ces déchets sont dangereux, elles se méfient, d’autant qu’une partie des déchets continue à être déversée dans la mer. (6) (7) (8).

Une industrie cancérigène

A l’heure actuelle, les institutions scientifiques et les agences sanitaires ne se sont pas ou peu prononcés sur la toxicité de l’aluminium en tant que tel.

Le plus souvent ce sont des chercheurs indépendants comme le Pr Christopher Exley ou le Pr Romain Gherardi pour l’aluminium dans les vaccins (retrouvez la lettre sur le sujet ici).

En revanche, le Centre International de Recherche contre le Cancer a classé la production de l’aluminium comme cancérigène notamment pour les personnes qui travaillent sur les sites industriels.

Les scientifiques débattent encore pour savoir si l’usage au quotidien de l’aluminium et notamment dans l’alimentation a un effet sur la santé.

En attendant, il est certain que pour bénéficier de toitures en aluminium, d’enjoliveurs brillants et d’emballages pratiques pour les dosettes de café, nous sacrifions la santé d’une partie de la population mondiale.

Ce sacrifice est-il nécessaire ?

N’est-il pas temps que les pays où se trouvent ces sites fassent évaluer leur législation pour protéger leurs travailleurs (il n’y a aucun risque de délocalisation puisqu’ils la matière première qui intéresse les industriels se trouve chez eux) ?

En tout cas, en Europe, la question d’une législation sur l’utilisation de l’aluminium se pose d’une manière de plus en plus urgente comme vous le verrez dans ma prochaine lettre sur l’usage de l’aluminium au quotidien.

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

PS : Retrouvez l’ensemble des vidéos de notre congrès ici.
PS 2 : Retrouvez l’ensemble de nos vidéos sur la vitamine C et ses bienfaits ici.

Sources:

(1)  Taux des éléments chimiques présents dans la croute terrestre
(2)  Usine de Salindres (1855 – 2005)
(3)  Guinée : EGA accélère pour extraire de la bauxite dès 2019
(4)  Alumine – Process de fabrication de l’Alumine et Dossier – L’Aluminium un métal d’exception
(5)  Reportage d’Arte « Aluminium, attention danger ».
(6)  Scandale des boues rouges : « Nous empoisonnons la Méditerranée »
(7)  A Gardanne, les boues rouges priées de se mettre au vert
(8)  Boues rouges, de l’usine de Gardanne au cœur du Parc national des Calanques
(9)  HUMAN HEALTH RISK ASSESSMENT FOR ALUMINIUM, ALUMINIUM OXIDE, AND ALUMINIUM HYDROXIDE


25 réponses à “L’aluminium, un métal toxique à l’extraction douteuse !”

  1. Groux dit :

    Bonjour
    J’aI lu très souvent que le chocolat est l’ingrédient où se trouve le plus d’alluminium.
    Comme beaucoup de personnes,j’en mange tous les soirs (conseillé par de nombreux médecins dont Professeur Joyeux) dois-je en déduire que des conséquences sur ma santé sont possibles ?
    Cdlt

    • Gérard dit :

      Bonjour !
      Merci pour cet article très intéressant ! au sujet du Chocolat Noir que j’aime beaucoup et j’en mange aussi souvent que possible! (2 à 3 carrés par jour) j’ai lu dans certains articles que le chocolat contient beaucoup d’aluminium ! et bon pour lutter contre les maladies Cardio vasculaires et quelle en est la raison?
      Quelles sont les conséquences sur la Santé !
      Cordialement;

  2. Aude Chazy dit :

    merci pour votre lutte et cette information

  3. Plancade Denis dit :

    Bonjour,
    J’aurais aimé savoir sous quelles formes chimiques l’aluminium est-il le plus assimilable et donc le plus toxique pour les êtres vivants.
    L’argile par exemple (que l’on utilise en externe ou même en interne) contient des composés à base d’aluminium,est elle toxique pour autant?
    On parle évidemment beaucoup de la toxicité de l’Al dans les vaccins,dans l’eau ,produits cosmétiques, … mais qu’en est-il des autres sources éventuellement toxiques,notamment dans les objets du quotidien,en cuisine ,alimentation,etc…
    Merci de bien vouloir me renseigner.
    Cordialement

    Denis
    Cordialement
    Denis

    • BALEZ Yonnel dit :

      Les travaux de Chris EXLEY montrent qu’i est absorbé de toutes les manières possibles.
      Les Travaux de la cancérologue Mme DARBRE montrent que l’aluminium des déodorants est absorbé par la peau et provoque des cancers du sein (pour les femmes qui s’en mettent sous les aisselles).

    • BALEZ Yonnel dit :

      Il faut proscrire l’aluminium de la cuisine. Cependant on peut utiliser les poêles recouverte d’un non adhésif en bon état. La poêle est à jeter dès qu’il y a la moindre rayure.
      Le papier alu ne doit jamais être en contact avec la nourriture. Pour des papillotes, mettre un papier sulfurisé au préalable.
      Pour le chocolat, il faut immédiatement enlever la totalité du papier d’aluminium et prendre du silicium pour compenser

    • Kamel B. Slimane dit :

      Bonjour,

      Je n’ai pas la réponse formelle à votre question mais je sais que l’aluminium est utilisé en homéopathie (donc en doses infinitésimales) sous forme d’oxyde d’aluminium (forme liée donc).
      Un cas similaire est l’additif alimentaire neurotoxique E621 (glutamate de sodium) dont les industriels se défendent en prétendant qu’il est déjà présent dans nombre d’aliments naturels. Mais le Dr Russel Blaylock (USA) à montré que les glutamates sont naturellement présents sous forme liée et à petites doses, laissant à l’organisme la possibilité de les métaboliser correctement et progressivement.

      Cordialement.

  4. DELATTRE dit :

    Bravo pour cet article, court, clair et compréhensible.

  5. Levoisin dit :

    Je n’ignorais pas que l’aluminium avait un impact sur notre santé.
    La question que je me pose est pourquoi notre président, E. Macron, veut absolument rendre obligatoire les 11 vaccins pour les nourrissons alors qu’il sait que ces derniers contiennent de l’aluminium et autres substances dangereuses en grandes quantités. Satisfaire les lobbys pharmaceutiques ? Le pouvoir de l’argent contre des vies humaines sacrifiées…?
    Cela me révolte….
    Et que dire des déodorants et autres cosmétiques qui circulent encore dans le commerce sans que personne s’en inquiète ? Pour ma part, je me suis mise au bicarbonate de soude que je mélange avec huiles essentielles pour mon déodorant (plus sain)
    En outre, si les sacs plastiques ont été interdits dans les supermarchés, grandes surfaces…. je vois encore des petits commerçants emballer la marchandise dans du papier aluminium….
    Je pense que le gouvernement a son rôle à jouer dans l’information au grand public et trouver des produits de substitution aux produits dits dangereux (aluminium, nitrite, pesticides ……).
    Revenir à des méthodes plus naturelles par exemple.

  6. Anne Dimeur dit :

    J’ai trouvé votre article très intéressante et je suis consciente des dangers, mais je me pose une question : si l’aluminium (en tant que récipient ou isolant alimentaire) et les films et objets en plastiques utilisés en cuisine peuvent nous empoisonner, que nous restera t-il pour un usage quotidien? Le verre ou la céramique, plus lourds et moins commodes? Il me semble que des intoxications nous guettent de tous parts. Faudrait-il retourner à une façon de vivre « à l’ancienne »? Pourtant, nos grand-mères utilisées bien des casseroles en alu. J’avoue que je ne sais plus à quel saint me vouer.

  7. Hélène Delafaurie dit :

    Et on va injecter aux nourrissons 43 fois la dose toxique d’aluminium avec simplement 1 vaccin, et d’autres en contiennent aussi. Mais où va-t-on?

  8. Agnès DURAND dit :

    BRAVO !
    Merci pour se dossier Salutaire, qui donne vraiment tout ce que tous le monde devrait savoir sur ce sujet, particulièrement les jeunes qui sont de gros consommateurs de boisson douteuses en canettes mortelles§
    Agnès D

  9. Nicolas dit :

    je partage les craintes sur l’aluminium (et les métaux en général).
    juste une remarque sur l’article: « Mais si ce métal est piégé, ce n’est pas pour rien.En effet, il ne présente aucune utilité pour les organismes vivants, pour lesquels il peut, par ailleurs, être très toxique. »
    Il faudrait plutôt dire que les organismes vivants ne l’ont pas utilisé car il n’était pas disponible dans la nature (ne peut pas être extrait de l’argile et des silicates) et qu’il a un effet toxique parce qu’ils n’y étaient pas confrontés jusque-là.

  10. DELBOSC D AUZON FREDERIQUE dit :

    Comment éviter les 11 vaccins désormais obligatoires pour les enfants à naître en 2018, et l’aluminium qu’ils contiennent ?? Merci

  11. Elisabeth P. dit :

    Bonjour,
    Pourriez-vous nous informer sur l’innocuité ou non de la pierre d’Alun utilisée comme déodorant. J’ai entendu dire que l’aluminium qu’elle contient n’est pas nocif car il reste en surface de la peau, contrairement à l’aluminium contenu dans les déodorants de l’industrie cosmétique qui pénètre dans le corps… Qu’en est-il exactement ?
    Merci pour votre avis éclairé.
    Cordialement.

  12. Christiane Garbil dit :

    Qui ||||et comment arrêter cela oui pour la vaccination et non pour l’aluminium si tous on pouvait arrêter ça merci

  13. Guy Rochefort dit :

    Parmi les autres substances toxiques découlant de la purification de l’aluminium, il ne faut pas oublier de mentionner le FLUOR, dont une partie est utilisée pour la fluoration des eaux « potables » et la production des dentifrices industriels.. Et, bien que la fluorose soit un empoisonnement bien documenté en cas d’excès de fluor, et que la consommation de l’eau et la fréquence des brossages dentaires soient laissés à la discrétion de chacun, il n’y a, dans le cas de ce MÉDICAMENT, aucune ordonnance ni supervision d’un médecin et/ou d’un pharmacien ni, au Canada du moins, aucune évaluation ni approbation par l’autorité en matière d’évaluation et d’approbation des médicaments, Santé Canada.
    La décision de fluorer l’eau ou non est à l’entière discrétion du conseil municipal.
    L’évaluation de l’efficacité et de l’innocuité du produit est laissée à …?

  14. Alain dit :

    Bonjour,
    Lettre intéressante, dommage qu’elle comporte deux anomalies , vous écrivez : « La croûte terrestre est pour l’essentiel constituée d’aluminium, d’oxygène et de silicone. », alors qu’il aurait fallu écrire : »La croûte terrestre est pour l’essentiel constituée d’aluminium, d’oxygène et de SILICIUM ».
    Vers la fin, vous écrivez : « N’est-il pas temps que les pays où se trouvent ces sites fassent évaluer leur législation pour protéger leurs travailleurs » au lieu de : « N’est-il pas temps que les pays où se trouvent ces sites fassent ÉVOLUER leur législation pour protéger leurs travailleurs »;
    Faute d’inattention pardonnable mais gênante pour la crédibilité de vos publications.
    Cordialement.
    Alain

    • ipsn dit :

      Bonjour Monsieur,
      Merci pour votre lecture attentive. Votre remarque bienveillante nous permet de progresser.
      Nous sommes en train de mettre en place un système de vérification des lettres pour éviter que ce type d’erreur ne se reproduise.
      Nous allons corriger le tir.
      Cordialement,
      L’équipe IPSN

  15. Alain Bara dit :

    Au risque de paraître rabat-joie je rappelle que vivre est un danger. Pas seulement par le risque de contact ou d’ingestion mais aussi par les génocides (exemple : le communisme, à ce jour 85 millions de morts) Le plomb est dangereux, l’amiante, le mercure, et maintenant l’aluminium, les pesticides, la route, et j’en passe…Il ne reste plus qu’une solution: arrêtons le progrès totalement et tachons de bien nous conduire afin que nos guerres ne surpassent pas en nombre le nombre de morts évitées par la négations de ces nuisances qui autrement serait inutile.

  16. BASS André dit :

    bonjour, il me semble que les canettes alimentaires (coca, bière et autres boissons..)sont très très très largement utilisées et sont à base d’aluminium et surement plus toxiques lors d’une consommation régulière que la présence de sel d’aluminium comme adjuvant dans 10 à 20 doses de vaccins au courant d’une vie!!??

  17. BOISARD Josette dit :

    Merci beaucoup pour vos informations.
    J’aimerais savoir si les petites dosettes de café dont vous avez parlé, une fois que l’opercule est déchiré, peuvent transporter de l’aluminium, et si, de ce fait, il y en a qui a migré dans le café. Y a -t-il eu des analyses de faites ? Mais elles ont peut être été tues.

    Merci
    J. B

  18. Danielle dit :

    Bonjour
    Merci pour votre article et votre engagement.
    Ma mère, 92 ans, s’est fait vacciner contre la grippe cette année ; conséquence : bras et main enflés, puis grosse douleur au niveau du nerf sciatique. Le pharmacien nous a assuré que ce vaccin ne contient pas d’aluminium, est-ce vrai ? Merci pour votre réponse

  19. BAUD CLAIRE dit :

    LES SITES D’EXPLOITATIONS DE L’ ALUMINIUM VONT SE DEVELOPPER DE PLUS EN PLUS :
    BILL GATES ET MONSANTO EN ONT LE PLUS GRAND BESOIN :
    EN EFFET ILS EN ASPERGENT LA PLANETE AFIN QUE LES AGRICULTEURS SOIENT OBLIGES D’ ACHETER LES NOUVELLES PLANTES OGM ANTI ALUMUNIUM .
    MONSANTO VIENT D’ ACHETER LE BREVET DE CES PLANTES A UN LABORATOIRE DONT IL A FINANCER CETTE RECHERCHE.
    LE BIO SERA DETRUIT SI ON LES LAISSE FAIRE ….
    VOIR VIDEO DE CLAUDIA STAUBER SUR FCB

  20. Kamel B. Slimane dit :

    Bonjour,

    BON A SAVOIR : La silice organique de prêle et d’ortie est présentée par Michel Dogna (naturothérapeute holistique reconnu dans le milieu et auteur d’une vingtaine d’ouvrage) comme un ANTIDOTE de l’aluminium.

    Silice d’ortie (plus concentrée paraît-il) :
    https://micheldogna.fr/la-silice-dortie/

    Silice de prêle :
    https://micheldogna.fr/la-silice-de-prele-antidote-de-laluminium-cerebral-et-de-lalzheimer/

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.

A NE PAS MANQUER