Réponse du Professeur Joyeux aux attaques infondées visant la pétition sur le vaccin DT-Polio

« Cela faisait longtemps que les antivaccins ne s’étaient pas manifestés. C’est chose faite. Depuis quelques jours, une vidéo du Pr Henri Joyeux fait un tabac sur le Net. [1] »

Ce sont les premières lignes de l’article que le journal Libération a consacré le 25 mai 2015 à la pétition que nous avons organisée, avec l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle, pour le retour du classique vaccin DT-Polio dans les pharmacies.

Qu’une pétition demandant que soit respecté le droit des patients à avoir accès au vaccin obligatoire DT-Polio soit décrite comme « antivaccin » en dit long sur le caractère passionnel du débat.

Avons-nous encore le droit de soulever un sujet de santé délicat sans risquer aussitôt de se voir coller des étiquettes infamantes, par des personnes qui semblent plus chercher à caricaturer, ce qui est une manière d’empêcher le débat et la réflexion, qu’à contribuer à éclairer le public sur les questions qui le concernent ?

Reprenons notre calme et discutons ensemble posément.

Le DT-Polio obligatoire n’est plus commercialisé en France depuis 2008

Comme chacun le sait désormais, le vaccin DT-Polio obligatoire n’est plus commercialisé en France depuis 2008 par les laboratoires pharmaceutiques. C’est un fait. Personne ne peut affirmer, sans mentir, le contraire.

Depuis septembre 2014, la situation s’est aggravée avec une pénurie généralisée de vaccins tétravalents (DT-polio-coqueluche) et pentavalents (DT-polio-Haemophilus Influenzae B-coqueluche).

Le seul vaccin contenant le DT-Polio qui ne souffre d’aucune pénurie est le vaccin hexavalent DT-polio-Hib-coqueluche-hépatite B, Infanrix Hexa des laboratoires Glaxosmithkline.

Sur ces points, « le Pr Joyeux a raison », a reconnu le journaliste de Libération. Merci à lui pour cela, au moins.

Les parents sont donc actuellement obligés de recourir à l’Infanrix Hexa s’ils veulent protéger leurs enfants contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, éviter les poursuites pénales prévues par la loi en cas de non-respect de l’obligation vaccinale, et garantir l’accès de leurs enfants aux collectivités (crèches, garderies, écoles, cantines… dont les enfants n’ayant pas reçu les vaccins obligatoires sont en général exclus).

Logiquement, nous demandons que, puisque le vaccin DT-Polio est obligatoire, il y ait une obligation pour les laboratoires pharmaceutiques de le fournir aux parents.

En cas de défaillance, il serait logique que les autorités de santé interviennent pour empêcher les laboratoires de jouer sur l’obligation vaccinale pour vendre du même coup d’autres vaccins facultatifs, éventuellement inutiles pour certains, car un vaccin n’est jamais anodin. Il existe toujours un risque, même s’il est faible, et il peut ne pas être raisonnable de vacciner si le patient n’a pas, ou peu de risques d’être en contact avec la maladie. C’est en particulier le cas de la valence hépatite B, présente dans l’Infanrix Hexa.

Le seul vaccin disponible est 7 fois plus cher

À ce problème purement médical s’en ajoute un autre, d’ordre financier.

Il se trouve que l’Infanrix Hexa coûte 39,04 euros contre 6,10 euros pour le simple DT-Polio, qui n’est plus disponible, soit près de 7 fois plus cher.

Multipliez cette différence par 700 000 naissances en France chaque année. La plus-value réalisée grâce à cette opportune pénurie se chiffre en dizaines de millions d’euros pour les laboratoires pharmaceutiques.

Cela ne veut pas dire que cette pénurie soit organisée. Nous ne l’avons jamais dit. Mais il n’en reste pas moins qu’il est permis de s’interroger sur le peu d’empressement des laboratoires pour y remédier.

Est-ce une hypothèse vraiment invraisemblable que d’imaginer qu’ils ne soient, au fond, pas si gênés que cela d’être « obligés » de vendre massivement ce vaccin si sophistiqué… et si cher ?

En lançant cet appel public aux autorités à enfin réagir (je rappelle que cela fait maintenant 7 ans que le traditionnel vaccin DT-Polio n’est plus vendu en France), nous savions que nous allions heurter des sensibilités, autant que des intérêts financiers majeurs. C’est le lot inévitable du « lanceur d’alerte ».

Désinformation et sape systématique par tous les médias

Ce à quoi nous n’étions pas préparés, en revanche, c’est que tous les aspects de notre pétition allaient être contestés, y compris en y opposant de pures inventions (je vais y revenir), comme s’il existait une sorte d’urgence de convaincre le public que nous n’aurions écrit que des âneries voire des mensonges.

Ces accusations, initialement formulées sur un simple blog anonyme, ont été reprises telles quelles par nombre de grands sites d’information, de Rue89 jusqu’au site du journal Le Monde, en passant par BFMTV, LObs ou encore France TV Info et le Journal de la santé sur France5.

L’écho qui leur a été donné, à notre grande surprise vu leur absence de sérieux, fut si grand, et l’objectivité scientifique tellement absente du propos, que je suis obligé d’y répondre de façon systématique.

Je commencerai par les arguments les plus ahurissants.

1/ Un kit DT-Polio gratuit mais réservé à des cas très rares

Le premier argument le plus utilisé pour discréditer notre initiative est que les laboratoires mettraient un kit DT-Polio gratuitement à disposition des personnes qui souhaitent éviter l’Infanrix Hexa. Cela écarterait donc toute possibilité que les laboratoires aient un intérêt quelconque à l’actuelle pénurie. Mieux, cela démontrerait que ces entreprises sont engagées dans une démarche purement désintéressée et philanthropique.

C’est une invention. Ce kit gratuit existe. Mais il est réservé aux rares cas de nourrissons présentant une contre-indication au vaccin anticoquelucheux, présent dans l’Infanrix Hexa, ainsi que l’indique le communiqué de Sanofi-Pasteur MSD indiqué en note [2].

Les contre-indications au vaccin anticoquelucheux sont les antécédents d’allergie, rares chez les bébés nourris au sein, les réactions intenses à d’autres vaccins, impossibles chez les nourrissons n’ayant jamais été vaccinés, l’encéphalopathie évolutive, la fièvre (égale ou supérieur à 40°C), une affection chronique et les affections graves de l’appareil pulmonaire.

En outre, la première partie du kit gratuit, celle qui contient les valences diphtérie et tétanos, a été en rupture de stock depuis le 1er janvier 2015, rupture à laquelle il n’a été remédié qu’au mois de mai, ainsi que l’indique l’Agence du médicament sur son site Internet consultable ici [3].

Prétendre que ce vaccin gratuit ait été librement et largement accessible aux parents ayant une méfiance à l’égard de l’Infanrix Hexa est donc absolument faux.

2/ Oui le vaccin hexavalent peut être dangereux

Le second argument le plus repris contre notre initiative pour le retour du vaccin DT-Polio est que les autorités sanitaires affirment que le vaccin hexavalent est sûr, et qu’il n’y a donc aucun danger particulier à le recevoir. Au contraire, les familles et les patients devraient être reconnaissants, puisqu’ils seraient ainsi protégés contre six maladies d’un coup, en une seule piqûre. Et six précautions valent mieux que trois !

Là encore, il s’agit d’une vision simpliste et trompeuse du choix qui s’offre aux patients. Sait-on ce que recouvre, dans le domaine médical, la notion de « sûreté » d’un médicament ou d’un traitement ?

Toute intervention sur le corps humain, et a fortiori toute injection de corps étrangers, comporte un risque. En tant que médecin, c’est la première chose que nous apprenons. Notre serment d’Hippocrate commence par ces mots : « D’abord ne pas nuire » (« Primum non nocere »). Les vaccins sont des médicaments actifs comme les autres. Affirmer qu’ils sont sûrs signifie seulement que, globalement, les risques qu’ils font courir aux patients sont inférieurs aux bienfaits qu’ils peuvent en attendre. Cela ne signifie absolument pas qu’il n’y ait aucun risque.

Les autorités, et c’est leur rôle, se bornent à estimer que, collectivement, la balance bénéfice/risque est en faveur de la vaccination.

Mais on ne peut en déduire qu’en toutes circonstances il soit sûr, d’un point de vue individuel, de se faire vacciner. Chez un individu donné qui n’est pas exposé à une infection et chez qui la vaccination présente un risque, la gestion individuelle du risque doit recommander de ne pas vacciner. C’est pourquoi il peut être logique de vacciner tout le personnel soignant contre l’hépatite B, une maladie qui se transmet par le sang et les fluides corporels – et je le suis moi-même bien sûr, en tant que chirurgien.

En revanche, pour un bébé de deux mois, qui ne pratique pas d’interventions médicales, qui n’est pas toxicomane et qui n’a pas de rapports sexuels ni de contact étroit avec des malades potentiels de l’hépatite B, il n’est pas du tout sûr que les bénéfices de la protection contre une maladie très peu probable justifie de courir les risques du vaccin.

Discuter le risque d’un vaccin, ce n’est pas être anti-vaccin, c’est dire la vérité

Affirmer qu’un vaccin est risqué, informer les patients que tout vaccin comporte un risque, ce n’est pas être « antivaccin ». C’est dire la vérité, et les familles et patients ont droit de savoir la vérité sur les médicaments qu’on leur administre.

Vouloir la leur cacher, même partiellement, au nom d’objectifs généraux de santé publique, comme la maximisation de la couverture vaccinale, n’est pas respectueux des Droits de l’Homme, et c’est pourquoi nous nous y opposons.

3/ Les vaccins multivalent sont plus dangereux que les autres

Vient le troisième argument, selon lequel les vaccins multivalents, c’est-à-dire qui vaccinent contre plusieurs maladies en une seule injection, ne posent pas plus de problèmes que les autres.

En réalité, le principe de la vaccination consiste à solliciter le système immunitaire avec un agent infectieux affaibli pour provoquer une réponse, afin d’accélérer cette réponse la prochaine fois qu’il sera confronté avec cet agent infectieux. Notre système immunitaire est configuré pour faire face à plusieurs infections mineures, et une ou deux attaques majeures.

Le vaccin hexavalent consiste à demander à l’organisme d’un bébé de 2 mois de faire face à 6 infections majeures simultanées, et donc chez un nourrisson dont le système immunitaire est encore immature (il dépend fortement de celui de la mère, via l’allaitement qui reste idéal pour l’enfant).

Le système immunitaire est une mécanique très délicate. Son emballement est au moins aussi dangereux que son insuffisance. La surréaction du système immunitaire peut produire une « tempête de cytokines » créant des maladies auto-immunes graves.

Que sait-on de la réponse immune lorsqu’il y a 6 valences d’antigènes dans un vaccin ? Pas grand chose à long terme, tout simplement parce que cette pratique de multiplier les valences n’est pas assez ancienne pour que l’on ait aujourd’hui le recul suffisant. Et dans la mesure où l’on ne prend pas en compte le groupe HLA des personnes avant de les vacciner, il est impossible de prédire les risques sanitaires à long terme.

De la même façon, il a été dit et répété dans les attaques contre notre pétition que les adjuvants présents dans le vaccin hexavalent ne sont pas dangereux. Pourtant, pour mémoire, les adjuvants servent à créer une réponse inflammatoire, afin de mieux « marquer » le système immunitaire. Ils fonctionnent forcément en agressant le corps, sans quoi celui-ci ne chercherait pas à se défendre. Ce sont par définition des produits agressifs.

On nous dit, pour nous tranquilliser, que les adjuvants à base de mercure et d’aluminium, des neurotoxiques, ou de formaldéhyde, un cancérogène certain, ne sont pas dangereux parce que les doses sont trop faibles, jusqu’à 10 000 fois inférieures à la dose létale pour l’adulte.

Des poisons injectés, non pas à des adultes, mais à des nourrissons, directement dans le sang

Mais il faut considérer le fait que les adjuvants sont administrés non à des adultes mais à des nourrissons. Qu’ils ne passent pas par le système digestif, et donc pas par le filtre du foie, mais qu’ils sont injectés directement dans le sang. Que ce que l’on redoute n’est pas l’empoisonnement immédiat du bébé, mais les conséquences à long terme, la myofasciite à macrophages ou, nettement plus tard, telle ou telle maladie neurodégénérative, telle la sclérose en plaque (SEC), comme cela a été prouvé après la campagne de vaccination contre l’hépatite B au collège à la fin des années 90.

Pour toutes ces raisons, nous réfutons toute accusation d’approximation, de « dérapage verbal », et plus encore de « complotisme » et de « charlatanisme ». Notre appel à pétition est justifié, pour ne pas dire urgent, par un impératif de santé publique. L’opposition bête et méchante, parfois même de mauvaise foi, que nous rencontrons nous conforte dans l’impression que, si nous ne bougions pas, personne ne le ferait.

Continuons notre mobilisation

C’est chose faite aujourd’hui. Le débat est enfin lancé. Puissent les autorités de santé entendre la voix des 500 000 citoyens et professionnels de santé qui ont déjà signé notre pétition, et de tous ceux qui se joindront à eux prochainement.

Et n’hésitez pas à diffuser largement autour de vous cet argumentaire qui répond à des attaques infondées, et à poursuivre la campagne de signature de la pétition (ici).

signer la petition
Professeur Henri Joyeux

Sources :

[1] Les vaccins à la peine

[2] Pour lire le communiqué de Sanofi-Pasteur MSD, cliquer ici.

[3] DT VAX, Vaccin diphtérique et tétanique adsorbé (Suspension injectable en flacon multidose) – Rupture de stock


25 réponses à “Réponse du Professeur Joyeux aux attaques infondées visant la pétition sur le vaccin DT-Polio”

  1. […] « Cela faisait longtemps que les antivaccins ne s’étaient pas manifestés. C’est chose faite. Depuis quelques jours, une vidéo du Pr Henri Joyeux fait un tabac sur le Net. [1] » Ce sont les premières lignes de l’article que le journal Libération a consacré le 25 mai 2015 à la pétition que nous…  […]

  2. […] « Désinformation et sape systématique par tous les médias : Ce à quoi nous n’étions pas préparés, en revanche, c’est que tous les aspects de notre pétition allaient être contestés, y compris en y opposant de pures inventions, comme s’il existait une sorte d’urgence de convaincre le public que nous n’aurions écrit que des âneries voire des mensonges. »  […]

  3. […] « Cela faisait longtemps que les antivaccins ne s’étaient pas manifestés. C’est chose faite. Depuis quelques jours, une vidéo du Pr Henri Joyeux fait un tabac sur le Net.  […]

  4. FONTAINE dit :

    Bonjour,
    Ma fille a 2 enfants la première une petite fille de 4 ans sort d un trautement de 3 ans pour une leucémie, elle va devoir refaire certains vaccins, car ils sont peut être effacés par la chimio.
    Son petit frère 5 mois, n est toujours pas vacciné. Elle hésite trés fortement de le vacciner avec le nouveau vaccin.
    OU PEUTON TROUVER DU VACCIN DT POLIO ( ancienne formule )EN FRANCE OU EN BEELGIQUE; La péttition a été signée et fait le tour de tous mes contacts.

    Merci de votre réponse

    CORDIALEMENT
    Michel FONTAINE

  5. Pierre B. dit :

    Le point de vue d’un « anti-vaccin »:

    Bonjour,

    je me targue d’être un « anti-vaccin » (authentique) et à ce titre, je n’ai pas jugé bon de signer la pétition. En effet, je doute de l’innocuité du DTP simple et obligatoire, de celle de tout vaccin en général et à fortiori de celle des autres vaccins tetra, penta et hexavalents. Si je devais justifier mon point de vue « infâme » (il l’est de fait, car injustement mis à l’index), je dirai entre autre que je crains les risques de chocs anaphylactiques et de maladies auto-immunes sur le long terme (même si ces risques sont moindre pour le DTP que pour les autres vaccins, il faut bien le reconnaître).
    Cependant mon but n’est pas ici de débattre de l’innocuité des vaccins, mais de préciser pourquoi un « anti-vaccin » ne signerai pas cette pétition, et l’organiserai encore moins. En effet, l’absence du DTP sert de justification à la non-vaccination d’enfants de nombreux « anti-vaccins », de plus un « anti-vaccin » ne demanderai pas aux autorités la mise à disposition d’un vaccin quel qu’il soit.

    Aussi j’appuie donc le propos de l’article, en confirmant que le Pr Joyeux n’est donc pas un « anti-vaccin ».

    Par ailleurs, je souhaiterai que vous n’ajoutiez pas à la surenchère concernant les « anti-vaccins », en évitant des mots tels que « étiquettes infamantes ». En effet, le point de vue de chacun lui est propre, et devrai être respecté en tant que tel dans le cadre d’une démocratie, si tant est que nous soyons encore en démocratie (j’en doute fortement, car quel état démocratique obligerai ses citoyens à mettre sa santé et celle de ses enfants en danger pour des raisons qui relèvent de la corruption de nos dirigeants par les laboratoires pharmaceutiques?). Merci donc simplement de respecter le point de vue d’autrui.

    Cordialement,

    Pierre B.

    • dag dit :

      Avec tout le respect dû à votre point de vue, un anti vaccin laisserait donc une industrie pharmalhonnète et un état complice empoisonner le reste de la population? n’a-t-il pas un devoir pédagogique d’informer ceux qui n’y sont pas sensibilisés?,je pense que justement une pétition de cette ampleur permet à des milliers de gens d’apprendre et de découvrir le contexte mercanto-croissant dans lequel leur santé n’est pas une priorité….

  6. Francoise GB dit :

    Monsieur le Professeur,
    J’ai pris la peine d’écouter (un peu grâce à Roland-Garros…) en entier votre discours, et je suis atterrée, heureuse de n’avoir pas de bébé dans mon entourage. C’est encore bien pire que ce que je pensais !
    J’ai envoyé un message sur les réseaux sociaux, je peux le reporter ici.
    Un témoignage ? Une jeune mère de famille anglaise qui s’était fait vacciner avant un voyage au Kenya : morte de Sclérose en plaque peu d’années après.
    Ne serait-ce que sur le point de l’aluminium, il me semble que l’on devrait s’interroger sur les risques d’un énorme scandale sanitaire à venir, un de plus : il sera alors trop tard pour les victimes !
    Une idée peut-être : tous les débats importants trouvent beaucoup d’écho actuellement sur la 5e chaîne de TV : « C dans l’air », « C à dire » : pourquoi n’y porteriez-vous pas votre débat ?

  7. lefrancois dit :

    J ai mis au monde des jumelles dont la plus chétive pesait 2kg100.le 3eme jour en couveuse fut celui où un vaccin lui a été effectué au talon, le 4eme jour le simple pansement de la veille avait été changé pour un autre , de plusieurs centimètres d épaisseur et qui enfermait tout le pied. dans la nuit du 4eme au 5 eme jour, Aude est morte.

    • marie dit :

      Bonjour,
      Je viens d avoir un enfant et je suis atterrée Parce que je viens de lire: votre bebe reçoit les premiers vaccins à l âgé de 2 mois. Or la piqure au pied n est pas dû à un vaccin mais a une prise de sang pour vérifier si votre bebe a une maladie auto-immune…

      • nadine dit :

        Non Marie, il est très fréquent que les vaccins soient faits au pied et dans les 48h après la naissance !

        • Caroline dit :

          Faux et archi faux Nadine. Aucun vaccin n’est fait le 3e jour et encore moins au talon ! Il s’agit d’un prélèvement sanguin appelé test de Guthrie. Ceci dit la maman qui témoigne doit bien avoir eu un motif de décès autre que ce qu’elle avance.

  8. je suis diabétologue et Micro-Nutritionniste, je dispose d’un outil (spectrophotomètre) qui me permet de chercher les carences ou excès en oligo-éléments et la recherche de présence des métaux lourds au niveau du derme palmaire. ma surprise est que 99 % de mes patients présentent des taux de métaux lourds allant de 50 % à 100 %, et que l’aluminium est présent chez tous mes patients.

  9. Atchoum dit :

    Le kit n’est pas réservé à des cas très rares.

    http://www.magicmaman.com/,vaccin-dtp,2576970.asp

    Enfin, la « solution du kit DT Vax + Imovax polio » est possible et ce, depuis plusieurs années pour les réfractaires à toute vaccination non obligatoire (hors DTP). Elle nécessite de s’adresser directement à l’industriel (Sanofi-Pasteur-MSD) qui ne les commercialise pas, mais en possède un stock et propose de les envoyer gratuitement. Cette « solution » est malheureusement préjudiciable aux enfants concernés en les privant de toute protection contre la coqueluche, mais surtout contre les infections invasives à Haemophilus influenzae b (méningites, septicémies et autres localisations…). La responsabilité des parents qui acceptent ce risque pour leurs enfants est donc à prendre en considération.

    https://www.mesvaccins.net/web/news/6924-rupture-de-stock-du-vaccin-dtvax-le-laboratoire-sanofi-pasteur-msd-propose-un-vaccin-equivalent-en-substitution

    [..] kit « DTVax + Imovax polio » envoyé gracieusement par Sanofi Pasteur MSD aux médecins demandeurs qui doivent vacciner des enfants de moins de 6 ans dont les parents ne veulent pas réaliser la vaccination contre la coqueluche ou présentant une contre-indication à la vaccination contre cette maladie.

  10. LE GURUN dit :

    Mon fils et sa femme viennent d’avoir leur 1er bébé, mais né prématurément à 6 mois de grossesse. Le bébé est né à Hong Kong et les médecins veulent que ce fragile bébé soit déjà vacciné avec un vaccin tout-en-un. Ils voudraient savoir s’il n’est pas trop tot pour un 1er vaccin pour un bébé prématuré, où peut-on se procurer les vaccins sans aluminium pour le BCG et le DT Polio en France et/ou en Europe, quels sont les textes de loi français pour se défendre vis à vis des autorités diverses françaises.
    Merci de votre aide

  11. francois dit :

    bonjour,

    pour témoignage,
    mon fils de 3 ans a été vacciné avec le revaxi, seul proposant les trois valence DTP (meme si normalement proposé aux plus de 6 ans) en novembre 2014.
    5 jours après, il a manifesté des vaisseaux sanguins éclatés sur tout le corps. le dermatologue a attesté d’une vascularite (les vaisseaux sanguins deviennent poreux) en lien avec la vaccination récente. cette manifestation a duré plus d’un mois, avec l’inquiétude de son évolution et des séquelles possibles.
    cordialement

  12. Sarah LM dit :

    Un billet récent de lIPSN reçu dans nos boîtes email souligne l’incohérence des réactions des media.
    Par contre, on peut déplorer qu’il soit si peu mentionné dans les différentes communications que l’on peut trouver le Tetravac Acellulaire dans les pays limitrophes avec la France. C’est notamment le cas de la Suisse, de la Belgique (fief de GSK…) et de l’Espagne.
    Je suis personnellement allée chercher ce vaccin en Suisse, où je n’ai eu absolument aucun problème à en obtenir trois doses (avec une péremption suffisante pour couvrir le calendrier vaccinale jusqu’aux 11 mois de mon bébé) dans la première pharmacie appelée en prenant leur liste dans un annuaire en ligne.
    A souligner également : la CPAM va nous rembourser ces vaccins, suite à un courrier que nous leurs avons adressé et en utilisant le formulaire ‘soin à l’étranger’.
    Il serait donc important de souligner également pour les parents qui ont la chance d’habiter près des frontières qu’ils peuvent se procurer le Tétravac.

  13. Flo dit :

    Bravo Pr Joyeux ! Il faut des gens comme vous ! Vous avez tout mon soutien ! Je vous souhaite beaucoup de courage dans ce combat difficile !

  14. Professeur Joyeux,

    Je vous invite à apporter la preuve scientifique de votre argumentation et la démarche scientifique de votre affirmation sur les dangers de la vaccination.

    Les Citoyens pourront se faire une libre opinion et verront ce que pourra répondre l’Ordre des Médecins.

    Parfois, il me semble qu’en médecine, la méthode et la démarche ne soit si fiable que cela, les intérêts économiques prévalent peut-être sur la réelle santé des patients.

    La maladie est une source d’enrichissement économique pour certains.

    La santé pourrait-elle l’être ?

  15. bonjour professeur joyeux enfin un homme qui a le courage de defendre toute ces victime des mauvais vaccin. moi meme atteint de sclérose en plaque a cause du vaccin de l’hepatite b en 1996 don les laboratoire ne veule pas reconnaitre leur tord or la sep s’est déclencher 3 mois aprés il se croient tout permis courage a vous je fait passer le message à toute les victime que je connais merci.

  16. Je vous félicite docteur,vous osez dévoilé la vèritè,à savoirla toute puissance de certaines industries pharmaceutiques plus prèoccupèes par leur chiffre d’ affaires que par la santè d une population,trop longtemps ignorante.C est gràce à votre action courageuse que les choses peuvent changer,un grand merci.

  17. bernadette dit :

    Bravo pour votre combat que je rejoins; je ne suis pas anti vaccin mais là je trouve qu’il y a un vrai VIOL de notre corps et surtout de celui de nos bébés par les laboratoires et tous les gouvernements qui les ont soutenus et les soutiennent; on voit comment s’est passé la vaccination pour H1N1, on nous culpabilise pour enrichir ces monstres alors qu’ils savent pertinamment qu’ils nous empoisonnent…rappelez vous le sang contaminé « pas coupables »!!! fabius reviens il n’a pas honte….je vous envoie mon soutien financier aussi et suis prête à relayer votre action partout où je peux
    MERCI

  18. MORSE dit :

    j’ai fait l’erreur de ma vie ,en 2009 , le vaccin contre la grippe H1N1 PANDEMRIX avec adjuvant de type lipidique SQUALENE AS03 , celui ci à provoqué sur moi et sur des milliers d européens des maladies auto immunes neurologiques sévères: narcolepsie , syndrome de goujerot, sclerose en plaque , kleine levin…..et majoritairement le syndrome de SHOENFELD ASIA : syndrome autoimmun induit par les adjuvants, (j’ai la même maladie que les soldats de la guerre du golf 1991 qui ont reçus 6 doses de vaccins contre l’Anthrax contenant également du SQUALENE)mes jours sont comptés , la france refuse de me soigner prétextant que cette maladie n’existe pas, je suis obligé d’aller regulièrement à mes frais en californie pour recevoir du RITUXIMAB : cout total 25 000 EUROS !! tous cela a cause de cette fausse pandémie de grippe !! il y a eu plus de victimes provoqué par ses vaccins ( 5000 européens) que de morts par le virus de la grippe H1N1 ! c’est un génocide MONDIAL qui a été orchestré par l’OMS et l’agence européenne du medicament en accord avec les laboratoires de vaccins : GSK (PANDEMRIX / AREPANRIX)et NOVARTIS (FOCETRIA), quand a SANOFI , ils ont proposé que le PANENZA (sans adjuvant: aucunes victimes!) le HUMENZA au squalene était pret a être commercialisé avec le même risque que les autres ! en fait le squalene est interdit depuis 2011. (temps d’analyse des agences de sécurité),interdit aux USA depuis 1994 !! quand à moi je suis totalement handicapé à plus de 80% et il faut que je me batte contre la société ! j’espère que mon témoignage sera publié car il faut le savoir , tous les adjuvants vaccinaux sont capables de provoquer une maladie auto immune pour la vie et même la mort , exple : les test du PANDEMRIX réalisés sur 2000 volontaires saints ont mis en évidence le décès de 7 jeunes personnes ! évidemment l’urgence vaccinal et la cupidité à remporter sur la raison, le PANDEMRIX à couté la vie à plus de 400 personnes en europe et à provoqué la mort intra-utéro de milliers d’ enfants a naitre ( augmentation de 4000% de fausses couches pendant la période de vaccination ) toutes ses informations sont vérifiables sur le net , le pire dans tout cela c’est que GLAXO SMITH KLINE n’est absolument pas inquiété par son Génocide mondial (il bénéficie de l’immunité juridique demandé avant la vente du produit, seule le ministre de la santé Polonaise à refusé cette condition: pas de victimes en pologne) , la responsabilité revient à chaque gouvernement! et seul le royaume unis a indemniser les victimes avec un prix proportionnel à l »incapacité des victimes .je recommande à tous les lecteurs de ne plus jamais se faire vacciner ,ni leurs enfants car tous les vaccins contiennent des adjuvants trés dangereux et je terminerai en affirmant que la BALANCE BENEFICE/RISQUE est toujours trés défavorable, il vaut mieux faire confiance à son système immunitaire face à une infection que de jouer à la roulette russe avec des produits DANGEREUX , je ne suis d’aucune secte, j au fait confiance a notre ministre R.Bachelot qui n’a pas reçu elle de PANDEMRIX mais a su le vendre , détruire la vie de 195 français dont je détiens les coordonnées, aussi répertoriés dans les services de l’ANSM

  19. Bonjour, impossible d’accéder à la page opermettant de signer la pétition sur le vaccin DT-Polio. Détournement étatique ou panne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.