Autisme : le lien avec la flore intestinale confirmé

Chère amie, cher ami,

Les chiffres sur l’autisme dans le monde sont affolants à tout point de vue.

Il semble que cette maladie n’ait pas existé avant les années 50. A cette époque, 1 enfant sur 10 000 aurait été touché par l’autisme. (1)

Dans les années 80, ce chiffre est monté à 5 sur 10 000 (2).

Voici les chiffres actuels :

  • 1 sur 59 aux Etats-Unis (3) ;
  • 1 sur 38 en Corée du Sud (4) ;
  • 1 sur 100 au Royaume Uni (5) ;
  • 1 sur 150 en Belgique (6) ;
  • 1 sur 150 en Chine (7) ;
  • 1 sur 100 en France (8).

Certains médecins pensent qu’aux Etats-Unis, il y aura un autiste sur 2 d’ici 2050 (9). Ce chiffre a même été débattu au Sénat américain (1).

Réaliste, un sénateur a demandé qui allait payer pour cette situation ? D’autres personnes se demandent si cela veut dire que la moitié “saine” de la population devra s’occuper de la partie “malade.”

Des débats semblables ont eu lieu au Canada (10).

Hélas, si les causes probables de l’essor de l’autisme sont avérées dans les prochaines années, non seulement une personne sur deux pourrait être atteinte d’autisme, mais les autres pourraient ne pas être en très bonne santé non plus…

Ici ou là vous verrez peut-être des débats sur les chiffres.

Une chose est sûre : leur augmentation ces dernières années est considérable.

Comment expliquer ce phénomène ?

Il s’explique peut-être en partie par l’évolution du diagnostic de l’autisme.

En effet, on parle aujourd’hui du spectre des troubles de l’autisme. C’est une définition plus large qu’autrefois qui englobe de nombreux troubles comportementaux ou relationnels chez le patient.

Mais ce changement d’approche de la maladie ne saurait expliquer à lui seul la multiplication par 100 du nombre de cas en quelques décennies !

Il faut chercher d’autres causes.

Selon la neurologue Natasha Campbell McBride, il faut chercher du côté de l’intestin, et plus particulièrement de la flore intestinale. (11)

Depuis des années, ce médecin extraordinaire accompagne des familles d’enfants autistes.

Elle ne prend jamais la parole sans rappeler le courage extraordinaire de ces familles et notamment des mères de famille pour qui la vie avec un enfant autiste devient très difficile.

Elle a connu le problème à titre personnel. Son fils était autiste. Il en est sorti. Il a même fait des études de communication !

Elle a mis en place un protocole alimentaire pour soigner ces enfants. C’est le protocole GAPS (12).

Ce sigle renvoie à l’expression en anglais “Gut and psychology syndrome.” La traduction proposée est syndrome entéropsychologique et/ou entérophysiologique.

L’expression française est un peu complexe.

Mais l’idée derrière est simple : il s’agit d’aider les patients dont les troubles seraient liés à un problème entre l’intestin et le cerveau.

Ces troubles sont notamment (12) :

  • la dyspraxie ;
  • l’hyperactivité ;
  • l’autisme ;
  • la dyslexie ;
  • la schizophrénie ;
  • la dépression ;
  • le déficit d’attention.

L’approche GAPS c’est aussi un régime alimentaire restrictif mis en place par Natasha Campbell à partir des travaux d’un pédiatre américain, Sydney Valentine Haas, dans les années 50. Ce médecin cherchait à aider les enfants cœliaques (13).

Cette alimentation restreint ou interdit (14) :

  • les pommes de terre ;
  • le riz, le blé, le maïs, le quinoa, le millet et la plupart des céréales ;
  • la viande transformée ;
  • les produits laitiers, sauf le beurre et les yaourts maison fermentés ayant fermenté pendant au moins 24 heures ;
  • tous les sucres industriels et contenus dans l’alcool ;
  • les aliments transformés ou industriels.

Ce régime autorise en revanche :

  • les fruits, les jus de fruits maison, les fruits en conserve s’ils ne contiennent ni sucres ajoutés, ni amidon ;
  • les légumes, sauf ceux qui contiennent trop d’amidon comme les pommes de terre ;
  • la viande la plus naturelle possible ;
  • les œufs ;
  • certains produits laitiers comme les yaourts maison ;
  • toutes sortes de noix, noisettes, etc. ;
  • les herbes et les épices.

Cette approche est très restrictive mais elle a obtenu d’excellents résultats d’après Natasha Campbell et toute la communauté de thérapeutes qui travaille avec elle, depuis de nombreuses années, dans le monde entier.

Lorsqu’elle a commencé son travail, Natasha Campbell a été très critiquée. Mais aujourd’hui la science lui donne raison.

De très nombreuses études ont montré l’importance du microbiote dans de nombreuses maladies telles que :

  • les problèmes de peau (15) ;
  • de nombreux cancers tels que les cancers du côlon, du pancréas, du sein, ou de l’estomac (16,17) ;
  • l’autisme (18) ;
  • la dépression (19) ;
  • la fibromyalgie (20) ;
  • le vieillissement (21) qui n’est évidemment pas un trouble mais que l’on souhaite tous ralentir autant que cela est possible !
  • l’arthrite rhumatoïde (22).

Désormais, c’est un fait connu : il n’est plus possible de prendre soin de sa santé, sans être attentif à ce qui se passe dans notre ventre.

Voilà pourquoi j’ai décidé de consacrer du temps à construire un programme de santé spécial pour le ventre. J’aurais l’occasion de vous en parler bientôt.

Pour l’instant, nous travaillons dessus avec acharnement et je suis impatient de pouvoir vous le livrer !

Mais il faut attendre encore un peu !

En attendant, prenez soin de vous, et de votre ventre !

Augustin de Livois

Références :

  1. Congrès autisme : Site Internet Congressortirdelautisme.com
  2. Autisme 1980 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17367287
  3. Autisme aux Etats-Unis : Site Internet Tacanow : AUTISM STATISTICS & COST
  4. Autisme en Corée du sud : Site Internet Le Figaro : La fréquence de l’autisme sous-estimée
  5. Autisme au Royaume Uni : Site Internet Autism.org.uk : Autism facts and history
  6. Autisme en Belgique : Site Internet Participate-autisme.be : L’autisme en chiffres
  7. Autisme en Chine : hSite Internet French.peopledaily.com.cnAutisme : un taux de prévalence revu à la hausse en Chine
  8. Autisme en France : Site Internet Vaincrelautisme.org : L’AUTISME EN CHIFFRES CLES
  9. Débats au Sénat américain et autisme d’ici 2050 : https://doyle.house.gov/issue/autism-caucus
    https://www.trueactivist.com/half-of-all-children-will-be-autistic-by-2050-according-to-mit-scientist-t1/
  10. Débats au sénat du Canada : https://sencanada.ca/content/sen/Chamber/411/Debates/pdf/150db_2013-03-27-e.pdf
  11. Conférence du 2ème Congrès International de Santé Naturelle
  12. Qu’est-ce que le GAPS : Site Internet gaps.me : GAPS – what is it?
  13. Qu’est que l’alimentation GAPS : Site Internet gaps.me- GAPS diet
  14. Quels sont les aliments interdits ou autorisés par le régime GAPS : Site Internet healthline.com : SCD: Can the Specific Carbohydrate Diet Improve Your Digestion?
  15. Microbiote et problèmes de peau : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6048199/
  16. Microbiote et cancers : https://www.canceractive.com/article/different-cancers-linked-to-different-gut-bacteria
  17. Microbiote et cancers : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24114492
  18. Microbiote et autisme : https://www.medicalnewstoday.com/articles/321566.php
  19. Microbiote et dépression : https://www.nature.com/articles/d41586-019-00483-5
  20. Microbiote et fibromyalgie :https://www.fibromyalgia-symptoms.org/fibromyalgia-and-leaky-gut-syndrome.html
  21. Microbiote et vieillissement : Site Internet hyperbiotics.com : Healthy Aging Starts in the Gut
  22. Microbiote et arthrite rhumatoïde : Site Internet healthline.com : Could Balancing Our Gut Bacteria Be the Key to Unlocking RA?

 


Une réponse à “Autisme : le lien avec la flore intestinale confirmé”

  1. BRUGIROUX NORMA dit :

    Ma petite fille, âgée de 15 ans aujourd’hui, née en Norvège, a présenté des signes qui ont inquiété le personnel de la crèche en charge de sa garde. Très rapidement elle a été prise en charge par une équipe médicale pluridisciplinaire. Avec le recul tu temps je pense qu’ils ont préféré dire à la maman pour ne pas l’affoler « nous ne savons pas ce qu’elle a mais nous savons comment a soigner ». A partir de ce moment là elle a eu une personne auprès d’elle jusqu’à l’entrée en primaire qui a mis en pratique la méthode ABA. Aujourd’hui elle est une adolescente heureuse, belle, souriante, avec un parcours scolaire brillant. Le mauvais démarrage n’est qu’un mauvais souvenir. Son cas a été illustré par un film qui retrace son retour au monde « Le cas Eleonora ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.