Détox : un peu de fumeterre et beaucoup de douceur…

Chère amie, cher ami,

C’est une plante au nom obscur.

Personne ne sait au juste pourquoi, elle a été nommée fumeterre, c’est à dire fumée de terre.

Est-ce comme l’a indiqué au 17e siècle, Olivier de Serres, le père de l’agronomie française, parce que le jus fait pleurer les yeux ou qu’elle a un goût fumé ?

Est-ce en raison de son apparence ? En effet, c’est une plante proche du sol, aux racines légères et aux feuilles légèrement grises. Quand le vent vient la chatouiller et qu’elle volète, c’est comme si soudain, sortait du sol quelques vapeurs égarées des tréfonds de la terre…

Laissons ce débat aux botanistes et aux poètes…

En attendant, si j’ai eu envie de vous parler aujourd’hui de cette jolie plante aux fleurs mauves au printemps, c’est qu’elle peut être très utile pour votre santé durant toute l’année. 

Ce n’est pas la plus connue des plantes médicinales.

Ce n’est pas non plus la plus facile à utiliser. Pour autant, elle mérite que vous la connaissiez parce qu’elle fait partie des plantes dépuratives.

“La détox attitude”

Utiliser la fumeterre de temps à autre, c’est adopter l’esprit détox.

C’est quelque chose qu’autrefois les gens faisaient assez naturellement. Tous les mois ou à chaque changement de saison, ils avaient l’habitude de faire des cures pour se détoxifier le corps. 

Or aujourd’hui, les raisons de faire des cures de détox se sont multipliées : alimentation industrielle, cosmétiques, maquillage, pollution…

Tous les toxiques que nous ingérons sont traités par le corps. Ils passent par le foie. Mais lorsque cet organe sature, c’est la peau qui prend le relai. D’où les problèmes d’eczéma, de dartre, de prurit ou de psoriasis[2], qui sont des inflammations de la peau liées, souvent, à un excès de toxiques. 

Une plante pour le foie

La fumeterre est donc une sacrée alliée pour la santé d’aujourd’hui.

Comme toutes les plantes médicinales, son action est multiple. Et c’est logique car elle réunit de nombreux constituants, dont beaucoup sont actifs.

Elle contient de l’acide caféique et de l’acide fumarique, deux éléments qui lui donnent un goût amer, des minéraux, des flavonoïdes, des tanins et une variété d’alcaloïdes.

Ces derniers, d’après la tradition[1], stimuleraient le flux biliaire.

Elle permettrait au foie de fabriquer plus de bile et à la vésicule biliaire d’en éjecter davantage[2]

Gargantua connaissait-il la fumeterre ?

La fumeterre serait également bonne pour votre système digestif. Elle contient des mucilages, de la choline et de l’acide malique qui peuvent avoir un effet laxatif[1].

D’après Christophe Bernard[2], si vous recherchez un effet sur votre système digestif, il est bon de la consommer 10 minutes avant les repas.

Il suggère que vous utilisiez une dizaine de gouttes de teinture mère mêlée à de l’eau. Faites tourner ce liquide amer dans votre bouche. Votre organisme devrait apprécier.

C’est une plante qui est particulièrement indiquée en cas de repas un peu lourd que votre organisme peine à traiter…

Tonique ou calmante ?

La fumeterre est réputée être tonifiante. Elle va apporter de l’énergie à l’organisme et c’est l’une des raisons pour lesquelles elle peut être utile à un système digestif endormi[3].

Pour autant, elle aurait également un potentiel calmant.

C’est là que l’herboristerie est un art subtil.

Contrairement au médicament qui ne contient qu’une molécule très dosée aux effets puissants, voire dévastateurs, la plante est complexe.

Par ailleurs, c’est un être vivant. Elle intègre les paradoxes, les équilibres de la vie.

La fumeterre appartient à la famille des papavéracées ou des fumariacées selon le type de classification botanique que l’on retient. Dans tous les cas, cela en fait une voisine du pavot et du coquelicot.

Tiens, tiens.

Est-ce pour cela qu’elle peut également avoir un effet calmant ?

Certains experts, affirment que l’effet change avec le temps[3]. La fumeterre serait d’abord énergisante pendant 8/10 jours puis calmante.

S’agissant d’une plante avec des alcaloïdes, il est bon de toute façon, d’être prudent[2]. Cela veut dire d’en parler avec votre herboriste ou votre pharmacien, s’il connaît quelque chose aux plantes, et de respecter les doses qu’ils vous recommandent.

Par ailleurs, ce sont des plantes que l’on prend plutôt en cure ou sur quelques jours. Ce n’est pas une plante à consommer au quotidien. 

Seule ou en groupe ? 

Enfin, la fumeterre, on l’a vu, a un goût amer. Et les composants amers sont du reste utiles au foie.

C’est quelque chose que l’on retrouve dans le café par exemple, qui est parfois recommandé pour le foie à dose raisonnable, c’est à dire deux ou trois tasses par jour maximum.

Toutefois, ce goût prononcé rend la fumeterre un peu difficile à avaler seule.

Il faut lui associer de la douceur.

Christophe Bernard, un herboriste professionnel installé en Provence, qui connaît bien la fumeterre, suggère un mélange avec un quart de fumeterre, un quart de mélisse et le reste de matricaire[2].

Vous pouvez également mélanger fumeterre, fenouil et mélisse par exemple.

Pour faire vos tisanes, prévoyez une tasse d’eau pour une cuillère à soupe de votre mélange dans lequel la fumeterre sera toujours plutôt minoritaire.

Si vous souhaitez ne prendre que de la fumeterre, associez 30 gouttes de teinture mère dans de l’eau avant le repas. Il existe également des gélules qui présentent l’avantage de la facilité ou encore des sirops pour les enfants. Une centrifugeuse vous permettra par ailleurs de tirer un suc de la plante fraîche [3].

En herboristerie, il y a toujours plusieurs options !

Prendre une tisane, c’est agréable…

Mais n’oubliez jamais qu’une tisane, c’est des plantes – pour la fumeterre, on utilise les sommités fleuries – et des principes actifs, qui se libèrent dans l’eau.

C’est un remède vivant !

Il vous apporte de multiples bienfaits que l’on ne sait pas toujours mesurer…

C’est une manière délicate de prendre soin de soi.

Et au remède lui-même s’ajoute une démarche bénéfique. La tisane c’est aussi une préparation tranquille, c’est un peu de temps que l’on prend pour soi ou avec les autres. 

C’est un art de vivre.

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois 

 


Références :

[1] Michel Pierre, Les plantes du Bien-être, Editions Chêne, 2014
[2] Vidéo Christophe Bernard : https://www.youtube.com/watch?v=6DNmgi5nY3w
[3] Fiche technique Christophe Bernard : https://www.altheaprovence.com/fumeterre-fumaria-officinalis/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.