Éolien : et si le vent tournait ?

 

Dans quelques semaines a lieu à Paris un colloque sur l’énergie éolienne.

La journée entière est consacrée à cette question. Les organisateurs m’ont demandé de diffuser cette information. J’ai accepté de le faire parce que c’est un colloque sérieux et parce que le sujet est très important.

C’est aussi une question sensible qui demande de prendre un peu de recul.

Le débat autour de l’implantation d’éoliennes sur l’ensemble du territoire français soulève cinq grandes discussions :

  • la protection de l’environnement ;
  • la santé des citoyens, autrement dit la question des ondes ;
  • la gestion des ressources naturelles ;
  • la gestion de la mise en place des éoliennes et le respect des habitants des zones concernées ;
  • l’harmonie et l’équilibre des territoires concernés.

Le sujet est économique, sanitaire, environnemental et local.

C’est un grand enjeu de société. Bref, c’est un sujet politique.

 

Une histoire de vaches…

Lorsqu’un débat citoyen sur les éoliennes est lancé, on aborde plutôt les questions économiques (la rentabilité) et écologiques (la transition énergétique).

La question de la santé des habitants est peu traitée.

Elle n’est pas neutre pourtant.

Il y a quelques années, lors d’une conférence à Toulouse, j’ai entendu un vétérinaire expliquer qu’il avait vu des troupeaux de vaches devenir fous à cause des éoliennes.

Voici l’histoire qu’il nous a racontée.

Un fermier trouve que ses vaches ont un comportement bizarre depuis qu’une éolienne a été implantée à proximité.

Avec le vétérinaire et un ami scientifique, et en accord avec l’exploitant de l’éolienne, ils tentent une expérience.

Le vent souffle. L’éolienne est en mouvement.

L’exploitant coupe la machine qui cesse son activité.

Le fermier déplace la mangeoire des vaches. Il l’oriente selon un certain angle par rapport à l’éolienne.

D’après le scientifique, les ondes de l’éolienne produites par le mouvement des pales doivent parvenir à hauteur de la mangeoire.

La mangeoire est approvisionnée. Les vaches viennent se nourrir.

L’éolienne est relancée. Les pales se mettent à tourner. Et soudain, à la surprise générale, c’est la panique générale.

Les bovins meuglent d’angoisse et se mettent à courir dans tous les sens. Les vaches sont devenues folles !

L’exploitant de l’éolienne, sidéré, fait arrêter sa machine.

Les vaches se sont retirées à l’autre bout du champ. Elles n’osent plus aller à la mangeoire. Le fermier devra la déplacer à nouveau pour leur redonner confiance.

J’ai entendu ce témoignage il y a plusieurs années. Je ne sais pas quelle est la suite de cette histoire.

À l’époque, cela m’avait surpris mais je n’y avais pas prêté davantage attention.

Aujourd’hui, c’est différent. D’autres témoignages sont venus s’ajouter à celui-ci, d’autres scientifiques commencent à dénoncer l’usage massif des éoliennes.

J’ai envie d’en savoir plus. C’est la raison pour laquelle je me rendrai à ce colloque.

 

Et la transition énergétique alors ?

Je vous entends déjà bondir. Et la transition énergétique alors ? On ne peut tout de même pas continuer à dépendre des énergies fossiles !

C’est certain. Je suis bien d’accord avec vous.

Il y a en effet plusieurs problèmes :

  • le réchauffement climatique ;
  • la pollution des villes, des rivières et des océans ;
  • la question des ressources naturelles.

D’après Jean-Marc Jancovici (1), un ingénieur et chef d’entreprise, spécialisé dans les questions d’énergies, les réserves en ressources fossiles s’épuisent. Et nous n’avons pas prévu l’après-pétrole.

Dans cinquante ans, il est possible qu’il n’y ait plus de pétrole disponible. Le seul recours fossile crédible sera alors le charbon…

Vous me direz, “Augustin, vous voyez bien que nous avons besoin des éoliennes ”!

Je vous répondrai : “Peut-être, mais à condition que cela ne mette pas nos vies et celles de nos écosystèmes en danger ! »

Sans doute est-il nécessaire de discuter du nombre de machines à installer, de leur taille, des effets qu’elles peuvent avoir sur la santé etc,.

Ainsi, pour savoir si ces éoliennes représentent un danger, je me rendrai à la conférence du 16 novembre prochain afin d’écouter des équipes de scientifiques ayant travaillé sur le sujet.

Je réserve donc ma réponse définitive et vous en ferai part dans les semaines qui viennent !

Mais n’hésitez pas à vous joindre à nous.

Cela vous donnera de bons arguments pour vos prochains débats ! Surtout, cela pourrait vous donner des indications utiles sur votre santé ou celles de vos proches concernés par le problème. C’est précieux.

Vous trouverez le programme définitif et les modalités d’inscriptions ici.

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois


7 réponses à “Éolien : et si le vent tournait ?”

  1. Alexandre Pépin dit :

    Bonjour,
    pourriez vous me dire quand aura lieu ce colloque?

    Cordialement,

    Alexandre Pépin

  2. Sophie Laügt-Pambrun dit :

    Bonjour,
    Je me suis renseignée sur la construction des éoliennes géantes. Voici ce que vous ne citez pas :
    – des milliers de mètres cubes de béton pour servir de socle, donc des terrains impossibles à remettre en état en fin de vie de l’éolienne, sans parler des voies d’accès qui détruisent des terres agricoles.
    – les métaux de terres rares extraits essentiellement en Chine, et pour une bien moindre part en Amérique, en Australie, et dans la moitié sud de l’Afrique, et qui servent à fabriquer les aimants permanents très puissants des alternateurs. Il existe très peu de gisements, d’où le nom de ces éléments. La pollution liée à l’extraction de ces oxydes est énorme.
    – les oiseaux et insectes qui sont tués par les pales sont sans doute inclus dans les problèmes environnementaux.
    A mon sens, l’éolien pourrait être acceptable avec de petites éoliennes verticales de hauteur inférieure à 12 mètres, beaucoup moins problématiques que les grandes.
    Une habitude à remettre en question à l’échelle de la société est la fourniture centralisée de l’électricité. Les panneaux photovoltaïques vont dans le bon sens de ce point de vue (leurs problèmes sont différents de ceux des éoliennes).
    J’arrête là ce résumé de mes réflexions sur les problèmes énergétiques, la priorité étant, à mon sens, la réduction de la demande. Je reste ouverte à la discussion.

  3. FD dit :

    Bonjour et merci pour cette info,
    Je vous conseille de parler aussi du problème des « terres rares » lors de ce colloque , voir ce lien : https://www.contrepoints.org/2013/11/05/145159-eoliennes-terres-rares-et-desastre-environnemental-une-verite-qui-derange
    Cordialement
    FD

  4. Daffos dit :

    Bonjour,

    Je souhaiterais assister à votre colloque ÉOLIEN du vendredi 16 novembre prochain au Centre SEVRES.
    Que dois-je faire pour m’y inscrire ?
    Quel est son coût et les modalités de règlements ?
    Merci
    Marie Françoise D.

  5. PUYGRENIER Marcel dit :

    Je vis à 1 700 m d’un parc éolien (Saulgond/lesterps) en Charente. Il a été mis en fonctionnement en 2011. Depuis janvier 2015, je souffre d’acouphènes pouvant être provoqués par les infrasons émis par les éoliennes. Dans le village d’à côté, c’est un agriculteur qui ne dort plus depuis la mise en route de ces machines. Dans un autre, un,e personne souffre de vertiges, d’insomnies, de migraines et d’acouphènes, pour les riverains qui habitent à moins de 1 km et sous le vent c’est le bruit quand les éoliennes tournent à certaines vitesses. En faisant une petite enquête j’avais trouvé que 17 personnes étaient concernées par ces problèmes de santé, regroupés sous le terme de syndrome éolien.
    La télé allemande ZDF a réalisé une émission à ce sujet : lien :
    https://www.zdf.de/dokumentation/planet-e/planet-e-infraschall—unerhoerter-laerm-100.html
    Il ne fait aucun doute que ces infrasons ont un effet sur la santé qui n’est pas reconnu officiellement. Dans les années 1950 et 1960 les autorités de l’époque avait le même comportement en ce qui concerne la radioactivité et l’amiante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.