Intestin, quand les virus attaquent!

Chère amie, cher ami,

On le sait, la santé de notre intestin est un des éléments principaux de notre santé générale.

De nombreuses études scientifiques ont confirmé ce que de nombreux médecins et thérapeutes disent depuis des siècles : quand l’intestin va, tout va !

Les scientifiques sont même parvenus à aller un peu plus loin dans l’analyse.

Le “noeud” de la santé intestinale, c’est l’intestin grêle.

C’est le long tube fin de notre intestin constitué du duodénum, du jujenum et de l’iléon.

C’est là qu’il faut à tout prix éviter la fermentation. C’est ce que les Américains appellent le S.I.B.O.

Cela veut dire le “Small Intestine Bacterial Overgrowth”, littéralement : la pullulation de bactéries dans le “petit intestin”, autrement dit la grêle.

Le SIBO : point de départ de nombreuses maladies

Les chercheurs ont associé de nombreuses maladies aux problèmes intestinaux, notamment :

  • Les problèmes de peau (rosacée) (1) ;
  • Des problèmes de circulation du sang (2) ;
  • Le diabète (3) ;
  • Parkinson (4) ;
  • L’autisme (5) ;
  • Les troubles du métabolisme (6) ;
  • Les maladies auto-immunes (7) ;
  • etc.

Par ailleurs, la multiplication des bactéries crée les nombreux désagréments que connaissent des millions de personnes :

  • Ballonnements ;
  • Douleurs abdominales ;
  • Reflux gastriques ;
  • Flatulences ;
  • Diarrhées et constipation.

En médecine chinoise, le centre de l’énergie est dans l’intestin. Cette constatation plusieurs fois millénaire est aujourd’hui confirmée.

On associe un déséquilibre bactérien au sein de l’intestin avec les problèmes de fatigue, de troubles cognitifs et d’états dépressifs.

Bref, l’invasion des mauvaises bactéries est une attaque en règle de votre corps.

L’attaque des virus

Le pire dans cette histoire est que les bactéries ne sont pas seules à semer le désordre dans votre intestin. De nombreux virus s’ajoutent à la fête.

La majorité d’entre eux (8) ont un effet a priori positif. Ce sont par exemple des phages, virus tueurs de bactéries qui permettent de réguler la population de bactéries dans l’intestin.

Ces virus nous ont parfois été transmis de manière héréditaire : ce sont les virus endogènes (9).

D’autres seraient beaucoup plus dangereux.

Leur prolifération est encore plus problématique que celle des bactéries. En effet, les virus ont la capacité de s’en prendre directement au génome.

Leur influence sur nos vies est potentiellement considérable.

C’est la raison pour laquelle le Dr Bruno Donatini a décidé d’en faire le thème de son intervention lors de la journée du 2 juin 2018 à Louvain-la-Neuve.

Ce sera un moment exceptionnel où il dévoilera les dernières découvertes des chercheurs du monde entier sur la question du microbiote.

Si vous souhaitez y participer, le plus simple est de vous inscrire ici.

Un déjeuner bio est prévu pour vous dans le cadre de votre inscription.

Comment soigner le SIBO et les infections intestinales ?

Lorsque l’on a des problèmes d’énergie, de fatigue, voire des troubles digestifs récurrents, il est fréquent que la cause vienne d’un problème de prolifération bactérienne et de virus.

Il est temps de réagir.

Pour cela, encore faut-il que le “bon” diagnostic soit posé.

Les médecins et thérapeutes qui ont été formés à l’école où enseigne le Dr Bruno Donatini (ECIM) savent que l’on peut utiliser des tests au gaz.

Ce sont les travaux du Pr Maximilian Ledochowski (Université d’Innsbruck, Autriche) qui ont permis de lancer ce type de diagnostic (10).

Ces tests respiratoires permettent de voir si le patient expire certains gaz.

En fonction des gaz présents, on en déduit différents types de difficultés (11).

La présence d(e) :

  • hydrogène indique une fermentation dans l’intestin grêle ;
  • methyl-acetate indique une fermentation dans le duodénum. Cette partie de l’intestin grêle arrive juste après l’estomac. Il est possible que le problème soit lié à une mauvaise vidange de l’estomac. Celle-ci peut être liée à la sédentarité. Assis toute la journée, on ne donne pas beaucoup de chance à l’estomac de se vider correctement. Mais peut-être est-ce le stress, ou l’alimentation… ;
  • méthane pointe vers un problème de colon.

Pourquoi les bactéries prolifèrent-elles ?

Les causes sont multiples. Il faut pouvoir les identifier avant de tenter d’améliorer le problème.

Les bactéries prolifèrent en raison :

  • d’un stress trop important. Il a été démontré que le stress transformait le microbiote ;
  • la perméabilité intestinale. L’intestin est poreux, aïe ! Les filtres habituels ne sont plus en place. Des toxines peuvent venir perturber la flore et créer une pullulation bactérienne !
  • la sensibilité au gluten peut créer une perméabilité intestinale… ;
  • les antibiotiques. Ils tuent les bactéries qui nous dérangent ainsi que d’autres bactéries, qui elles sont là, elles, pour nous aider. Lorsque la cure d’antibiotiques est achevée, il faut combler le vide laissé par le traitement. C’est la course à la prolifération bactérienne. Gare au gagnant !
  • les virus. Les infections virales comme les gastro-entérites perturbent le microbiote et peuvent créer une situation de prolifération bactérienne ;
  • le manque d’acidité de l’estoma Votre estomac brûle ? C’est peut-être qu’il n’est pas assez acide ! Les bactéries fermentent dans le duodénum (début de l’intestin grêle), cela repousse le suc gastrique dans l’œsophage et vous ressentez une brûlure. Aurait-il été plus acide, votre estomac aurait empêché la fermentation dans le duodénum et la réaction en chaîne qu’elle a provoquée !

Quelles sont les solutions à mettre en place contre le SIBO et les virus ?

À dire vrai, c’est un problème complexe. Il vous faudra établir une stratégie complète avec votre médecin ou votre nutritionniste.

Mais je peux vous donner trois grands axes d’actions que vous pourrez compléter en venant à notre grande journée d’information du 2 juin 2018 à Louvain-la-Neuve.

Sur ce sujet vous pourrez largement interroger le Dr Bruno Donatini et les nutritionnistes présents à l’événement. Inscription ici.

Conseil n° 1 : adopter une alimentation anti-fermentation

L’idée est d’éviter les sucres rapides ou lents grâce à une diète FODMAPS par exemple (12). Le régimes GAPS (13) peut aussi être intéressant.

Conseil n° 2 : adopter une attitude anti-stress et améliorer votre sommeil

Évidemment, c’est facile à dire. Nos vies sont stressantes. C’est vrai. Et le stress joue sur notre sommeil.

Pour éviter le stress, il y a quelques conseils que l’on peut mettre en place petit à petit :

 Ne plus regarder d’écran passé 20 h. Si vous travaillez dans la journée, le temps du soir vous appartient. Pourquoi le donner à un écran qui risque de vous empêcher de dormir et de vous apporter des messages stressants (mails, informations négatives, publicités etc.) ? Cela ne veut pas dire que de temps à autre vous ne puissiez pas regarder votre série préférée. Mais ce plaisir doit rester l’exception.
Vous pourriez par exemple,
  • lire une revue de santé en buvant une tisane ;
  • faire plus de jeux de société avec vos voisins, vos neveux ;
  • prendre un bain avec du houblon (pas trop souvent non plus pour ne pas gâcher l’eau !) ;
  • marcher une heure après le dîner avec quelqu’un que vous aimez bien ;
  • vous faire faire un massage de temps à autre ;
  • cuisiner une bonne salade pour le lendemain au petit-déjeuner (c’est mon petit déjeuner préféré);
  • jardiner sur votre balcon ;
  • vous faire une séance de danse avec quelqu’un que vous aimez bien ! On peut même apprendre des danses sur Internet maintenant. Regardez la danse avant 20h, puis pratiquez !

 En journée, vous accorder des temps de pause. Lorsque quelqu’un vous appelle ou vous envoie un mail et que c’est urgent, le plus souvent cette urgence est celle de la personne et non la vôtre. Vous n’êtes pas toujours obligé de répondre au téléphone, vous pouvez laisser passer une heure ou une journée avant de répondre à un mail. Vous pouvez vous accorder un petit moment de pause.

Lorsque vous êtes devant votre ordinateur et que vous travaillez, n’hésitez pas à vous étirer de temps en temps, ou à vous vous masser le visage. Vous pouvez aussi vous exercer quelque temps à la méditation.
Lorsque vous en avez l’occasion enfin, n’hésitez pas à faire une séance d’acupuncture pour soulager le stress, voire un massage chinois ou une séance d’hypnose…

Conseil n° 3 : soignez votre microbiote

Il existe de bons produits naturels pour votre flore intestinale : l’ail, l’huile d’origan, le thym, la cannelle, la berbérine, le gingembre…

J’aurai l’occasion de vous en dire plus à l’occasion de notre journée du 2 juin 2018, à laquelle je vous incite vivement à venir si vous en avez la possibilité.

Inscription et programme ici.

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

PS : Retrouvez également toutes les vidéos que nous avons consacrées au microbiote sur notre plateforme vidéo ici. 

Ce sont nos meilleures conférences sur le sujet. Elles vous permettront de comprendre parfaitement le fonctionnement de votre corps et de découvrir de multiples solutions de santé pour vous aider à mieux digérer. Les vidéos sont ici. 

PS 2 : Info Urgente : Diffusion gratuite du film Vaxxed, sur le scandale du Centre for Disease Control (CDC) et les études sur les vaccins. Ce film est mis à disposition pour tous par le diffuseur jusqu’à vendredi 18 mai 2018. Rendez-vous ici. Voici le lien : https://vimeo.com/203540788

Sources :

(1) Agnoletti AF, « Etiopathogenesis of rosacea : a prospective study with a three-year follow-up », G Ital Dermatol Venereol 2017 Oct ; 152(5) 152(5) : 418-423.
(2) Fialho A. Association between small intestinal bacterial overgrowth and deep vein thrombosis », GastroenterolRep 2016 Nov; 4 : 299-303.
(3) Rana SV, « Malabsorption, Orocecal Transit Time and Small Intestinal Bacterial Overgrowth in Type 2 Diabetic Patients : A Connection », Indian, J Clin Biochem. 2017 Mar ; 32(1) : 84-89.
(4) Niz XL, « Prevalence of small intestinal bacterial overgrowth in chinese patients with Parkinson’s disease », J Neural Transm, 2016 Déc ; 123(12) : 1381-1386.
(5) Wang L, « Hydrogen breath test to detect small intestinal bacterial overgrowth : a prevalence case-control study in autism », Eur Child Adolesc Psychiatry, 2017 Aug 10.
(6) Pimentel M, « A link between irritable bowel syndrome and fibromyalgia may be related to findings on lactulose breath testing », Ann Rheum Dis., 2004 Apr ; 63(4) : 450-2.
(7) The human gut microbiota and virome: Potential therapeutic implications
(8) Découverte d’un virus qui vivrait déjà dans les intestins de 50% de la population
(9) « Les humains sont apparentés aux virus »
(10) Implementation and interpretation of hydrogen breath tests:PDF
(11) Dr Bruno Donatini : traiter enfin les dysbioses intestinales
(12) Régime FODMAP pour le syndrome de l’intestin irritable 

(13) Régime GAPS

 

 


(1) Agnoletti AF, « Etiopathogenesis of rosacea : a prospective study with a three-year follow-up », G Ital Dermatol Venereol 2017 Oct ; 152(5) 152(5) : 418-423.
(2) Fialho A. Association between small intestinal bacterial overgrowth and deep vein thrombosis », GastroenterolRep 2016 Nov; 4 : 299-303.
(3) Rana SV, « Malabsorption, Orocecal Transit Time and Small Intestinal Bacterial Overgrowth in Type 2 Diabetic Patients : A Connection », Indian, J Clin Biochem. 2017 Mar ; 32(1) : 84-89.
(4) Niz XL, « Prevalence of small intestinal bacterial overgrowth in chinese patients with Parkinson’s disease », J Neural Transm, 2016 Déc ; 123(12) : 1381-1386.
(5) Wang L, « Hydrogen breath test to detect small intestinal bacterial overgrowth : a prevalence case-control study in autism », Eur Child Adolesc Psychiatry, 2017 Aug 10.
(6) Pimentel M, « A link between irritable bowel syndrome and fibromyalgia may be related to findings on lactulose breath testing », Ann Rheum Dis., 2004 Apr ; 63(4) : 450-2.
(7) The human gut microbiota and virome: Potential therapeutic implications
(8) Découverte d’un virus qui vivrait déjà dans les intestins de 50% de la population
(9) « Les humains sont apparentés aux virus »
(10) Implementation and interpretation of hydrogen breath tests:PDF
(11) Dr Bruno Donatini : traiter enfin les dysbioses intestinales
(12) Régime FODMAP pour le syndrome de l’intestin irritable

3 réponses à “Intestin, quand les virus attaquent!”

  1. Customeressay dit :

    Merci pour ces informations C.

  2. herbot dit :

    J aimerais rencontrer un de ces medecin pour faure le test de SIBO merci pour toutes ces information je souffre depuis 28 ans on me dit intestin irritable

  3. weiss anaelle dit :

    auriez vous des nom de docteur spécialisé pour cet maladie svp car je souhaite vite consulter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.