Reine des prés ou reine de cœur ?

Chère amie, cher ami,

Elle a le port fier et altier.

Elle est feuillue. Elle est vivace. Elle est velue.

L’été, lorsqu’elle fleurit, sa belle robe blanche drape les marécages. Plus haute que les autres plantes des marais, elle domine : c’est la reine des prés.

On l’appelle aussi barbe des chênes, barbe de bouc, herbe aux abeilles, ormière ou grande potentille.

En anglais, elle est appelée “plante de la mariée” (1).

Ce nom renvoie à une ancienne tradition celtique. Considérée comme une plante de l’amour, on s’en servait pour constituer des philtres d’amour ou pour doter le bouquet de la mariée : reine des prés, reine de coeur ! (2)

Une plante multi-usage

Chez les celtes, c’est l’une des trois grandes plantes sacrées avec la verveine et la menthe aquatique (3).

Elle était précieusement gardée par les druides. Les archéologues en ont trouvé des traces dans d’anciens tombeaux et porcelaines celtiques.

Plus tard, la reine des prés est devenue une plante de tous les jours : plante potagère ou aromatique, on s’en est servi couramment dans l’alimentation ou même la fabrication de la bière. On en mettait dans le vin ou dans le vinaigre (4).

En raison de son odeur agréable qui rappelle l’amande, la reine des prés a longtemps servi de plante aromatique d’intérieur. On la répandait au sol ou dans les chambres des habitations pour les rendre accueillantes (5).

Les racines ont également été utilisées pour fabriquer des détergents.

Enfin, la reine des prés a depuis toujours été considérée comme une plante médicinale.

Une plante qui soigne

Selon les époques et les lieux, son usage a évolué.

Elle a longtemps servi de plante médicinale pour les maladies liées au marais : paludisme, rhumatisme, fièvres diverses et maux d’estomac. (6)

Aujourd’hui, on reconnaît aux sommités fleuries de la reine des prés les vertus suivantes (7) :

  • Elles sont anti-inflammatoires. Elles soulagent les douleurs articulaires et rhumatismales grâce aux dérivés salicylés.
  • Elles sont utiles pour accompagner les états fébriles, la grippe, et les rhumes (8).
  • Elles contiennent des flavonoïdes (9) qui sont des nutriments présents dans les végétaux. Ils sont utiles à la bile et à l’intestin (10). La présence de ces éléments donne à la reine des prés son caractère diurétique.
  • Elles contiennent des tanins qui peuvent aider à la cicatrisation des plaies.

En clair, les celtes avaient raison : la reine des prés est une plante extraordinaire. Elle est bonne pour le foie, les intestins, les articulations, les poumons, le cœur et les vaisseaux sanguins ! Seul l’estomac a parfois du mal avec la reine des prés.

Elle est utile aux systèmes digestif, respiratoire et immunitaire.

Quel champ d’action !

Elle n’est pas reine pour rien !

Championne des labos pharmaceutiques

Et c’est pour cela qu’elle a été repérée au tout début de l’ère des laboratoires pharmaceutiques.

En 1897 Felix Hoffmann, un chimiste allemand a isolé l’acide salicylique présent dans la reine des prés pour en faire un remède contre les rhumatismes.

Il voulait soigner son père dont l’estomac supportait mal le remède de l’époque.

Et cela a fonctionné ! Hoffmann était salarié chez Bayer. Le laboratoire a commercialisé le médicament et l’a appelé “aspirine”. Ce nom vient de l’ancien nom botanique de la reine des prés.

Cette première aspirine a permis de créer une classe entière de médicaments : les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Comment prendre de la reine des prés ?

S’agissant d’une plante médicinale, il est d’abord bon de prendre conseil auprès de son médecin et de son herboriste.

En infusion, prenez une cuiller à café de sommités fleuries à laisser infuser 5 minutes dans une eau à 90 degrés.

Evitez l’eau bouillante ! Elle détruit les principes actifs !

Vous pouvez prendre plusieurs tasses par jour entre les repas. Pour les douleurs articulaires et rhumatismales, il est parfois conseillé d’ajouter du cassis et de la prêle.

Il vous est également possible de prendre de la reine des prés en compléments alimentaires (gélules ou poudre) ou en teinture.

A dire vrai, la forme que je préfère reste la tisane.

C’est un remède qui soigne à tous les niveaux :

  • physiologique et énergétique car vous mélangez la plante avec de l’eau : c’est un ensemble vivant de molécules qui vient séjourner dans votre corps.
  • psychologique et kinesthésique : une tisane, cela se prépare. Ce qui compte, ce sont vos gestes, vos pensées, votre préparation. Cela fait partie de l’instant bien-être.

Si je décompose cet instant, voilà ce que cela donne :

  • Vous achetez ou cueillez vos plantes.
  • Vous les mettez dans une boule à thé.
  • Vous faites chauffer votre eau.
  • En attendant, vous reprenez votre souffle, puis vous sortez une théière du placard.
  • Vous veillez à ce que l’eau ne bouille pas.
  • Vous versez l’eau frémissante dans la théière.
  • Vous sortez une tasse, peut-être deux ou trois si vous partagez ce moment avec un(e) ami(e), un(e) voisin(e), une personne heureuse de soigner ses articulations avec vous.
  • Vous versez délicatement la tisane dans votre tasse posée sur la table devant vous. Une légère vapeur monte de la tasse.
  • Vous attendez un peu.
  • Vous prenez la tasse dans vos deux mains. C’est chaud. C’est agréable. Vous souriez malgré vous.
  • Vous portez à vos lèvres la tisane. C’est encore un peu chaud.
  • Vous attendez et vous prenez votre souffle.
  • Vous tentez à nouveau. C’est bon.

Il y a l’art de vivre.

Il y a l’art de se soigner.

Parfois, les deux se rejoignent, non ?

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

Crédits photo : © Starover Sibiriak – Shutterstock.com

Références :

  1. Bridewort qui désigne la Reine des près mais peut aussi désigner la fausse spirée ou Sorbaria sorbifolia.
  2. https://www.indigo-herbs.co.uk/natural-health-guide/benefits/meadowsweet
  3. https://www.herbalremediesadvice.org/meadowsweet-herb.html
  4. https://www.botanical.com/botanical/mgmh/m/meadow28.html
  5. http://www.wightdruids.com/index.php?option=com_content&view=article&id=108&Itemid=125
  6. http://www.wightdruids.com/index.php?option=com_content&view=article&id=108&Itemid=125
  7. Les plantes du Bien-être, Michel Pierre, Editions du Chêne 2017
  8. http://www.wightdruids.com/index.php?option=com_content&view=article&id=108&Itemid=125
  9. Les flavonoïdes sont des métabolites secondaires présents dans de nombreux végétaux.
  10. Les plantes du Bien-être, Michel Pierre, Editions du Chêne 2017

 


2 réponses à “Reine des prés ou reine de cœur ?”

  1. Thomas dit :

    Attention, l’image en tête de cet article sur la reine des prés ne correspond pas à la plante ! C’est une photo d’une ombellifère que vous avez mis, très certainement une carotte sauvage (point noir au milieu de l’ombelle, caractéristique de cette plante). Si cela peut éviter des confusions pour les lecteurs qui souhaiteraient se lancer dans la cueillette… (surtout qu’entre la carotte sauvage et la ciguë la ressemblance est grande !)

    • ipsn dit :

      Bonjour
      Nous vous remercions de votre observation, une coquille qui a été rectifiée sur la lettre d’information diffusée sur notre site.
      Naturellement vôtre,
      L’IPSN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.